Le nouveau gouvernement néerlandais sème la zizanie parmi les libéraux européens

Martin Goujon

Le nouveau gouvernement néerlandais sème la zizanie parmi les libéraux européens

BRUXELLES — La décision du parti libéral du Premier ministre néerlandais sortant Mark Rutte d’entrer au gouvernement avec le Parti de la Liberté d’extrême droite de Geert Wilders a provoqué une vive réprimande de la part du principal allié du président français Emmanuel Macron à Bruxelles.

Jeudi, Valérie Hayer, eurodéputée française qui dirige le bloc libéral Renew Europe au Parlement européen, exprimé « désapprobation totale » suite à l’annonce d’un accord de coalition quadripartite néerlandais comprenant à la fois le parti de Wilders (PVV) et le Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD) de Rutte.

Elle a suggéré que la question soit discutée lors de la première réunion post-électorale du groupe Renew. Malik Azmani, député européen du VVD, est le second de Hayer.

Les tensions pourraient diviser davantage la faction parlementaire Renew à un moment où elle risque de perdre son statut de faiseur de roi, les sondages suggérant que les partis de droite gagneront des sièges.

Hayer fait campagne contre le Rassemblement national d’extrême droite de Marine Le Pen, un parti dont les députés siégeront aux côtés des législateurs de Wilders au prochain Parlement européen. Hayer a décrit le parti de Wilders comme « le contraire de ce que nous défendons » en matière de valeurs, d’État de droit, de climat et de l’UE.

L’entrée de l’extrême droite au gouvernement néerlandais, une première pour ce pays traditionnellement libéral et progressiste, met en évidence la croissance de l’extrême droite à travers le continent – ​​et met les partis centristes dans une position difficile.

Cela survient également quelques semaines avant une poussée d’extrême droite attendue lors des élections au Parlement européen du 6 au 9 juin, au cours desquelles les Conservateurs et Réformistes européens (ECR) et les groupes radicaux Identité et Démocratie (ID) devraient remporter des sièges.

Le Les Verts européens n’ont pas tardé à le noter que l’accord de coalition néerlandais est intervenu juste une semaine après que Renew a signé une déclaration publique avec d’autres groupes parlementaires désignant l’extrême droite comme une « menace » pour l’UE.

« Nous ne coopérerons jamais ni ne formerons de coalition avec les partis d’extrême droite et radicaux à quelque niveau que ce soit », ont promis Renew et d’autres groupes politiques le 8 mai.

Le VVD est un pilier de Renew Europe, formé en 2019 lorsque Macron s’est associé au parti de Rutte. Mais les tensions entre les deux ne sont pas nouvelles. Les deux partis n’ont jamais fusionné au niveau européen, au milieu de désaccords latents sur la question de savoir qui dirigerait un parti libéral paneuropéen à part entière.

Le groupe du Parti populaire européen n’a pas signé la déclaration contre l’extrême droite et ses partis nationaux gouvernent aux côtés de l’extrême droite en Italie et en Finlande. Deux partis qui lui sont affiliés – le Nouveau contrat social et le Mouvement paysan-citoyen – font également partie de la coalition néerlandaise.

Les partis nationaux sont parfois exclus au niveau européen. Les socialistes au Parlement européen ont exclu l’année dernière le parti populiste de gauche Smer de Robert Fico, après avoir formé une coalition avec un parti nationaliste d’extrême droite, et le PPE s’est séparé du parti nationaliste Fidesz de Viktor Orbán en 2021.

Laisser un commentaire

trois × deux =