A German national flag waves on a field in the outskirts of Frankfurt, Germany, Wednesday, May 22, 2024. (AP Photo/Michael Probst)

Milos Schmidt

Le nombre total de chômeurs en Allemagne grimpe et reste proche de son plus haut niveau depuis trois ans

Les entreprises allemandes sont aux prises avec le coût du recrutement du personnel après la pandémie, leurs marges bénéficiaires étant toujours affectées par la faiblesse des revenus, la hausse de l’inflation, des taux d’intérêt et un coût de la vie toujours élevé.

Le nombre de personnes sans emploi en Allemagne a atteint 2,762 millions en mai, selon le nouveau rapport sur le taux de chômage pour le mois de mai.

Cela représente un bond de 25 000, et bien plus que les 10 000 prévus. C’est le 17e mois consécutif que le chômage augmente et le nombre total de chômeurs continue de se rapprocher de son plus haut niveau depuis trois ans.

Parallèlement, le taux de chômage désaisonnalisé s’est établi à 5,9% le mois dernier, soit le même niveau pour le sixième mois consécutif, conforme aux attentes des analystes.

Il s’agit du sixième mois consécutif où le taux de chômage se situe à ce niveau, conforme aux attentes des analystes.

Selon Statista, le chômage allemand s’élevait en moyenne à 5,7 % en 2023, avec des chiffres en baisse depuis 2005. L’Allemagne a donc historiquement connu des niveaux de chômage relativement inférieurs à ceux des autres pays européens.

Cependant, depuis la pandémie, les chiffres du chômage ont commencé à augmenter, la plupart des entreprises ayant dû licencier du personnel et plusieurs entreprises ont fermé leurs portes.

À son tour, moins d’employés s’est traduit par une baisse de productivité pour les entreprises, ce qui a entraîné une baisse du chiffre d’affaires et de l’intérêt des investisseurs.

Même les entreprises qui envisagent de réembaucher après la pandémie ont été confrontées à une inflation plus élevée et à une augmentation du coût de la vie, notamment la flambée des prix de l’énergie. Cela a porté des coups répétés aux marges bénéficiaires.

Une autre raison essentielle de la hausse du chômage allemand est la forte augmentation des nouveaux emplois à temps partiel et à bas salaires.

Le secteur allemand de la construction est le plus touché par les licenciements

Les secteurs à forte intensité de main-d’œuvre, tels que les secteurs allemands de la construction et de la construction de logements, ont été les plus touchés par les licenciements, les projets interrompus pendant la pandémie ayant été encore reportés ou abandonnés.

Le durcissement des lois sur la construction de logements, comme la loi sur l’énergie du bâtiment, a également contribué à ce que les entreprises suspendent davantage de projets. En effet, cette loi, une nouvelle loi allemande sur le chauffage, exige que tous les nouveaux systèmes de chauffage des bâtiments utilisent au moins 65 % d’énergie renouvelable, ce qui augmente les coûts des constructeurs.

Alors que les nouvelles commandes sont à la traîne depuis la pandémie, l’industrie allemande du bâtiment n’a tout simplement pas assez d’affaires en cours pour réembaucher des travailleurs.

Les entreprises en col blanc ont également été touchées par le climat économique. Deutsche Bank a annoncé en février qu’elle supprimerait 3 500 emplois au cours des deux prochaines années.

De même, le fabricant de produits chimiques BASF a également révélé en février un plan de réduction des coûts, qui impliquait la fermeture de plusieurs sites peu performants, une réduction des coûts et la suppression d’environ 2 600 emplois en Europe. Un nombre important de ces emplois se trouveraient probablement au siège et sur le site de Ludwigshafen, a-t-il indiqué.

Laisser un commentaire

18 − 17 =