Le musée français du Louvre s'apprête à restituer des artefacts italiens volés

Jean Delaunay

Le musée français du Louvre s’apprête à restituer des artefacts italiens volés

Sept pièces achetées par le musée il y a plus de 30 ans pourraient être restituées en Italie dès cet automne prochain.

Plus d’une demi-douzaine d’objets volés exposés dans la galerie Campana du Louvre devraient désormais retourner dans leur pays d’origine avant la fin de l’année.

Le directeur du Louvre Le musée de Paris et les autorités italiennes ont conclu un accord pour restituer les pièces volées après qu’une enquête a révélé qu’elles n’avaient pas été acquises légalement.

Entre 1982 et 1998, le musée a acheté les objets à des collectionneurs privés qui, selon les enquêteurs, les ont obtenus par des moyens illégaux.

Parmi les sept pièces, la plus remarquable est un vase étrusque datant du Ve siècle avant notre ère. L’artiste a été surnommé le « peintre de Berlin », mais l’identité exacte de l’artiste est encore inconnue.

Dans une déclaration au journal français Le Monde, la directrice du Louvre Laurence des Cars a déclaré : « Je considère les œuvres de provenance douteuse comme une tache sur les collections du Louvre. Nous devons tout examiner rigoureusement et clairement.

Appels au rapatriement des artefacts

Au cours des dernières années, il y a eu de plus en plus d’appels pour que les musées d’Europe et d’Amérique du Nord restituent des artefacts et des restes humains qui ont souvent été obtenus par des moyens infâmes.

L’an dernier, l’ancien ministre d’État égyptien aux Antiquités, Zahi Hawass, a demandé au Louvre et au British Museum de restituer des objets provenant d’Égypte.

Parmi les pièces que l’Égypte a réclamées, il y a la pierre de Rosette qui se tient au British Museum et le zodiaque de Dendérah du Louvre.

Processus de retour lent

Le mois dernier, l’Italie a restitué à l’Irak une ancienne tablette de pierre qui avait été confisquée par les autorités italiennes dans les années 1980. Cette tablette remonte au 7ème siècle avant notre ère et a été attribuée au souverain assyrien, le roi Shalmaneser III.

Deux musées néerlandais prévoient de restituer plus de 400 artefacts pillés à l’Indonésie et au Sri Lanka.

Les artefacts ont été volés pendant la domination coloniale néerlandaise en Asie du Sud-Est entre les XVIIe et XXe siècles. Les artefacts comprennent des métaux précieux, des bijoux et un canon orné originaire du Sri Lanka.

Laisser un commentaire

20 − 11 =