El Prado museum gallery

Jean Delaunay

Le musée du Prado milite pour un langage plus inclusif et respectueux

L’un des musées d’art les plus renommés au monde change le langage des descriptions attachées à ses peintures dans le but d’accroître l’inclusion et de promouvoir l’égalité.

Dans le but de lutter contre l’inclusivité et l’égalité, le musée El Prado de Madrid modifie le langage trouvé dans les brèves descriptions à côté des peintures exposées.

Au total, 1 800 cartouches ont été révisées, mais outre les galeries, il y avait aussi beaucoup de travail à faire sur le site Internet qui compte quelque 27 000 fiches. Des dizaines de descriptions de peintures ont déjà été modifiées.

Des mots et des termes tels que « nanisme », « handicapé », « l’épouse de » et « obésité » ont été supprimés pour utiliser un langage plus inclusif et moins sexiste.

Victor Cageao, responsable de la conservation, a déclaré : «Prado est convaincu de la nécessité de s’adapter à son époque, de respecter chacun. Il ne s’agit pas de politique, mais de terminologie, de linguistique et de respect de tous.« .

Il a cependant noté que le musée ne change pas un titre si le peintre a donné à l’œuvre ce titre spécifique.

Victor Cageao a conduit le département de tutelle à rechercher des exemples de formulations qui – à l’heure actuelle – pourraient être considérées comme discriminatoires ou insultantes.

Jusqu’à présent, le changement a été bien accueilli par les visiteurs du musée.

L’infirmière stagiaire Ana Maria Rodriguez profitait d’un visionnage en avant-première de l’une des œuvres les plus célèbres de Diego Velaquez, « Les Ménines ». Elle a estimé que les changements étaient positifs : « C’est un progrès, dans le sens de l’égalité et que chacun doit être valorisé ». dit-elle.

Un changement linguistique provoqué par un amendement constitutionnel

Le Parlement espagnol a voté jeudi dernier un amendement à sa Constitution pour la troisième fois seulement afin de supprimer le terme « handicapés » et de le remplacer par « personnes handicapées ».

Le changement de terminologie est une demande de longue date de la communauté espagnole des personnes handicapées.

L’amendement à l’article 49 ajoutait également que « les administrations publiques poursuivront des politiques qui garantissent la pleine autonomie et l’inclusion sociale des personnes handicapées.

Le parti socialiste au pouvoir en Espagne et le parti populaire conservateur d’opposition ont convenu d’effectuer ce changement dans un rare moment de consensus entre les plus grands partis politiques du pays européen.

L’amendement a également été soutenu par tous les autres petits partis présents à la Chambre, à l’exception du parti d’extrême droite Vox. Il a été adopté par 312 voix contre 32.

Laisser un commentaire

18 − 18 =