Le monde est en passe d’atteindre un réchauffement de près de 3°C selon les plans climatiques actuels, prévient un rapport de l’ONU

Milos Schmidt

Le monde est en passe d’atteindre un réchauffement de près de 3°C selon les plans climatiques actuels, prévient un rapport de l’ONU

Le monde est sur la bonne voie pour atteindre une température de 2,5 à 2,9°C au cours de ce siècle, selon les plans climatiques actuels de l’Accord de Paris, selon un nouveau rapport de l’ONU.

Un nouveau rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), publié plus d’une semaine avant le début du sommet sur le climat COP28 à Dubaï, affirme qu’une action urgente est nécessaire pour empêcher que cette projection ne devienne une réalité.

Les gaz à effet de serre mondiaux doivent être réduits de 28 pour cent pour rester sous la barre des 2°C et de 42 pour cent pour maintenir la limite de 1,5°C. Pour y parvenir, les efforts d’atténuation doivent être considérablement renforcés au cours de cette décennie.

« Le rapport Emissions Gap d’aujourd’hui montre que si rien ne change, en 2030, les émissions seront supérieures de 22 gigatonnes à la limite de 1,5 degré autorisée », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

« C’est à peu près le total des émissions annuelles actuelles des États-Unis, de la Chine et de l’UE réunis. »

2023 a été une année record

Les émissions mondiales de gaz à effet de serre atteignent des niveaux sans précédent après une augmentation de 1,2 pour cent l’année dernière, selon le PNUE.

Ces émissions record provoquent des températures records.

Jusqu’au début du mois d’octobre, des températures moyennes supérieures de 1,5 °C aux niveaux préindustriels ont été enregistrées pendant 86 jours.

Septembre a été le mois le plus chaud jamais enregistré, avec des températures mondiales moyennes atteignant 1,8°C au-dessus des niveaux préindustriels.

Et les températures moyennes mondiales ont probablement dépassé le seuil critique de 2 °C au-dessus des niveaux préindustriels la semaine dernière, selon le service Copernicus sur le changement climatique de l’UE.

Ces températures moyennes doivent toutefois être maintenues sur une période plus longue afin de dépasser les limites officielles telles que celles fixées dans l’Accord de Paris.

« Cette année, nous avons assisté à un nombre effroyable de records et d’extrêmes en termes de chaleur, d’incendies de forêt et d’établissement de nouveaux records mondiaux de température », a déclaré Anne Olhoff, rédactrice scientifique en chef du rapport, à L’Observatoire de l’Europe Green.

« Mais tout ce que nous voyons maintenant sera comme un murmure alors que ce que nous verrons dans le futur sera un rugissement. »

Les habitants d'une communauté riveraine de l'État d'Amazonas transportent de la nourriture et des récipients d'eau potable distribués en raison de la sécheresse et des températures élevées.
Les habitants d’une communauté riveraine de l’État d’Amazonas transportent de la nourriture et des récipients d’eau potable distribués en raison de la sécheresse et des températures élevées.

L’Accord de Paris a-t-il fait une différence en matière d’émissions ?

Des progrès ont été réalisés depuis l’Accord de Paris en 2015. Dans le cadre des politiques en vigueur à l’époque, le PNUE prévoyait une augmentation des émissions de 16 pour cent d’ici 2030. Aujourd’hui, l’augmentation projetée est de 3 pour cent.

« Je pense que nous avons constaté des progrès, je ne dis pas que rien ne s’est produit », déclare Olhoff.

« Mais c’est vraiment le moment ou jamais de maintenir au moins la fenêtre permettant de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré ».

De grandes opportunités de réduction des émissions ont été perdues ces dernières années, ajoute-t-elle. Alors que la guerre en Ukraine et la crise énergétique qui en a résulté ont poussé certains pays à adopter des solutions vertes, d’autres l’ont utilisée pour lancer de nouvelles explorations pétrolières et gazières ou prolonger la durée de vie des mines de charbon.

Selon Olhoff, l’un des principaux obstacles à la réduction de l’écart en matière d’émissions est « le manque de leadership mondial ».

Un manque de leadership mondial

Si les efforts d’atténuation dans le cadre des politiques actuelles se poursuivent comme ils le sont aujourd’hui, le réchauffement climatique ne sera limité qu’à 3°C au-dessus des niveaux préindustriels. La mise en œuvre complète des efforts prévus dans les plans climatiques des pays ou dans les contributions nationales déterminées (CDN) place le monde sur la bonne voie pour atteindre 2,9°C.

Aucune des 20 plus grandes économies du monde ne réduit ses émissions à un rythme conforme à son objectif de zéro émission nette. Même dans le scénario le plus optimiste, selon le PNUE, la probabilité de limiter le réchauffement à 1,5°C n’est que de 14 %.

Le rapport montre que l’écart d’émissions « ressemble davantage à un canyon d’émissions », a ajouté Guterres.

« Un canyon jonché de promesses non tenues, de vies brisées et de records battus.

« Tout cela constitue un échec du leadership, une trahison des personnes vulnérables et une énorme opportunité manquée. »

Plutôt que de se concentrer uniquement sur des objectifs plus ambitieux pour 2035, Olhoff estime qu’une action plus ambitieuse pour réduire les émissions est nécessaire avant la fin de la décennie.

« Tout d’abord, si nous ne le faisons pas, nous pourrons alors dire au revoir à 1,5 degré. »

Nous n’observons pas encore de pic d’émissions et les politiques climatiques actuelles s’apparentent plutôt à un plateau. Mais il existe d’énormes possibilités pour la plupart des pays de réduire considérablement les émissions et de mettre fin aux subventions aux combustibles fossiles, par exemple.

Atteindre le pic d’émissions devrait être la « partie la plus facile de la courbe », dit Olhoff, car réduire les 10, 20 ou même 30 % finaux sera probablement beaucoup plus difficile.

Laisser un commentaire

5 × un =