Art world accusing German government of stifling pro-Palestinian speech - pictured: left to right - Jyoty, Manuka Honey, Jesse Darling

Jean Delaunay

Le monde de l’art accuse le gouvernement allemand d’étouffer le discours pro-palestinien

La réaction a été en grande partie décriée par Berlin qui a mis en œuvre une nouvelle clause de financement qui ne permettrait pas à ceux qui critiquent Israël de recevoir un soutien financier de la ville.

Ces dernières semaines, des personnalités de l’industrie des arts et du divertissement ont exprimé leur soutien au mouvement Strike Germany en réponse au « recours par le gouvernement à des politiques maccarthystes qui suppriment la liberté d’expression » liées à la solidarité avec les Palestiniens de Gaza.

Plusieurs artistes comme Jyoty et Manuka Honey se sont retirés du prochain festival CTM de Berlin, qui doit se dérouler du 26 janvier au 4 février dans divers lieux de la ville, en solidarité avec le mouvement Strike Germany.

Une publication de Ravers pour Palestine sur Instagram plus tôt ce mois-ci a confirmé que Jyoty et Manuka Honey ne se produiraient pas au CTM du légendaire club Berghain le vendredi 26 janvier.

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Ravers for Palestine (@raversforpalestine)

CTM a répondu par un communiqué, affirmant qu’il « respecte les décisions des artistes » et reste « ferme dans notre soutien à la liberté artistique et au dialogue ».

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par CTM Festival (@ctmfestival)

Selon le site Internet de l’initiative, Strike Germany est « un appel à refuser que les institutions culturelles allemandes utilisent les politiques maccarthystes qui suppriment la liberté d’expression, en particulier les expressions de solidarité avec la Palestine ».

Jyoty et Manuka Honey rejoignent des centaines d’artistes qui ont signé un document diffusé par la nouvelle initiative qui encourage le refus d’organiser des expositions et d’organiser des événements dans des institutions qui « contrôlent la politique de leurs artistes », en particulier ceux qui se sont prononcés en faveur de la Palestine. déclarations.

La lettre ouverte du mouvement affirme que les manifestations de solidarité avec la Palestine ont été « qualifiées à tort d’antisémites et interdites » tandis que les espaces militants sont « attaqués par la police et que les arrestations violentes sont fréquentes ».

Parmi ceux qui ont signé l’appel à Strike Germany figuraient plusieurs lauréats du prix Turner, dont Lawrence Abu Hamdan et Charlotte Prodger, ainsi que l’écrivaine lauréate du prix Nobel Annie Ernaux.

Ils dénoncent une atmosphère tendue en Allemagne, où des événements, des expositions dans des musées et d’autres opportunités ont été retirés aux personnalités ayant exprimé leur soutien à la Palestine.

Ce mois-ci, Berlin a mis en œuvre une nouvelle clause de financement qui ne permettrait pas à ceux qui critiquent Israël de recevoir un soutien financier de la ville. Le conseil municipal de Berlin a déclaré que les bénéficiaires de fonds gouvernementaux destinés aux arts devraient renoncer à « toute forme d’antisémitisme ».

Cela permettrait d’aligner la définition de l’antisémitisme donnée par la ville sur celle de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste, qui consiste notamment à « faire des comparaisons entre la politique israélienne contemporaine et celle des nazis » et à « nier au peuple juif son droit à l’autodétermination, par exemple en affirmant que l’existence d’un État d’Israël est une entreprise raciste ».

Poète fantôme
Poète fantôme

Aujourd’hui, l’auteur-compositeur-interprète Ghostpoet, de son vrai nom Obaro Ejimiwe, nominé pour le Prix Mercury, a exprimé son scepticisme quant à la « vague d’annulations générales » de la grève.

L’artiste britannique a qualifié la nouvelle frappe culturelle allemande de « mal orientée », tout en déclarant également son soutien à Gaza.

Dans une publication sur Instagram, Ghostpoet a écrit que même s’il partage la colère suscitée par « le soutien impardonnable de l’Allemagne à la campagne génocidaire d’Israël contre les Palestiniens », elle n’atteindra pas « les résultats escomptés ».

Voir cette publication sur Instagram

Un post partagé par Ghostpoet (@ghostpoet)

Il a ajouté que la grève est « mal orientée », car bon nombre des institutions concernées sont des « espaces de dissidence contre ces politiques génocidaires » mais sont celles qui « paient le prix de la position du gouvernement ».

L’artiste a conclu qu’il « ne peut pas, en toute bonne conscience, continuer à soutenir la grève », ajoutant : « Je suis favorable aux échanges et aux conversations avec ceux qui ont choisi de s’y joindre, et j’espère que nous pourrons développer des stratégies plus efficaces. Je continue de soutenir la lutte palestinienne, comme je l’ai toujours fait. La Palestine sera libre! »

Jesse chéri
Jesse chéri

Ailleurs, lors d’une récente manifestation, Jesse Darling, l’artiste berlinois qui a remporté le prix Turner en 2023, a prononcé un discours dans lequel il a déclaré que « pendant qu’Israël bombarde les enfants de Gaza, ils chantent encore les vieux lieder sur le beau bleu ». des enfants aux yeux rivés dans les kitas de plus en plus multiraciales de Berlin, tout en adoptant une législation qui naturalise le profilage racial et commence l’exclusion d’un autre racial du domaine de la polis, du domaine de la culture et de la parole.

Darling a ajouté : « La seule chose que nous savons, c’est que « cela ne doit plus jamais se reproduire », mais si vous demandez exactement ce qui ne doit plus jamais se reproduire, le traumatisme de l’agresseur entre en jeu et on se retrouve confronté à un mécanisme de contrôle et de réduction au silence honteux.

Laisser un commentaire

18 − 11 =