Le long chemin vers une meilleure qualité de l’air dans l’Union européenne

Jean Delaunay

Le long chemin vers une meilleure qualité de l’air dans l’Union européenne

Dans ce rapport de Varsovie, Bruxelles et Copenhague, nous entendons le point de vue des Européens en première ligne dans la lutte contre la pollution de l’air.

Lorsque nous nous déplaçons, chauffons nos maisons et cultivons des aliments, nous émettons des molécules nocives que nous respirons quotidiennement. Cette pollution rend malade chaque année des milliers de personnes en Europe.

Mais des progrès sont réalisés. Notre air devient plus pur et la technologie nous permet de surveiller la qualité de l’air en temps réel, voire de l’améliorer.

Varsovie : changer les perceptions de la pollution

En Pologne, les niveaux de particules fines dépassent régulièrement les limites européennes. Varsovie en est un bon exemple. En hiver, la capitale connaît des épisodes de smog.

« Quand l’hiver arrive et que les gens commencent à chauffer leurs maisons… c’est tout simplement épouvantable », a déclaré un habitant.

Ici, le chauffage au charbon est la principale source de pollution. Mais Varsovie s’est lancée dans une mission visant à remplacer ces poêles, que les habitants appellent « fumeurs ». En fait, la ville les a interdits le 1er octobre dernier.

« Il y a eu beaucoup de changements ces dernières années. Même cette maison centenaire a été équipée du gaz », a déclaré un habitant de Varsovie qui a évoqué l’importance du financement européen dans ce changement.

« Nous avons une ‘force de police’ spéciale qui contrôle la situation. Même les voisins commencent à contrôler la situation. Les gens apprennent beaucoup. »

La qualité de l’air dans la ville a continué de s’améliorer, selon les données de la station de surveillance voisine.

À Varsovie, on estime que le nombre de fumeurs est passé de 17 000 à 4 000 en quelques années seulement. Mais c’est encore trop, selon Piotr Siergiej, porte-parole de Polish Smog Alert, un mouvement citoyen qui a joué un rôle décisif dans la lutte contre la pollution de l’air au cours de la dernière décennie.

« Nous essayons d’utiliser les données », a déclaré Piotr. « Vous parlez aux gens et ils vous disent : ‘Non, il n’y a pas de pollution de l’air, de quoi parlez-vous ? Je ne sens rien.’

Piotr Siergiej mesure la pollution de l'air à Varsovie
Piotr Siergiej mesure la pollution de l’air à Varsovie

« Il y a dix ans, si l’on demandait à quelqu’un quelle était la principale source de pollution, il répondrait « les voitures ». Et aujourd’hui, il répondrait « les fumeurs, bien sûr ! » Nous avons donc réussi à changer la perception de la société polonaise sur la pollution de l’air. Et puis, du peuple, nous nous tournons vers les politiciens. »

À la mairie de Varsovie, nous avons rencontré Jacek Kisiel, un ancien militant écologiste aujourd’hui en charge de la qualité de l’air dans la ville.

« Nos programmes populaires diffusent chaque jour des informations sur la qualité de l’air en Pologne », a-t-il déclaré à The Road to Green. « Nous avons également des applications sur nos téléphones mobiles. Nous avons reçu de nombreuses alertes au smog, donc les gens ont commencé à utiliser ces applications. »

Jacek Kisiel, directeur adjoint du département de protection de l'air, conseil municipal de Varsovie
Jacek Kisiel, directeur adjoint du département de protection de l’air, conseil municipal de Varsovie

La capitale est à l’avant-garde de la lutte contre le smog en Pologne. Cela est également dû à un vaste réseau de capteurs et de stations de surveillance officielles.

« L’élimination de 70 % des fumeurs a vraiment amélioré la qualité de l’air. Mais ce n’est pas parfait », a révélé Jacek Kisiel. « Parce qu’il y a encore beaucoup de voitures, par exemple. Et si vous vous débarrassez de tous les fumeurs à Varsovie et qu’il y a beaucoup de fumeurs en dehors de Varsovie, l’air pollué ira également à Varsovie. Il y a donc beaucoup à faire. « 

Bruxelles : les habitants œuvrent pour un air plus pur

La Pologne est encore loin d’atteindre l’ambition zéro pollution d’ici 2050 du Green Deal.

Mais les choses changent et les gens se mobilisent, ce qui est également le cas en Belgique. Bruxelles est l’une des villes d’Europe les plus polluées en termes d’oxydes d’azote. Le trafic routier représente les deux tiers des émissions.

Ici, contrairement à Varsovie, le centre-ville est la zone la plus polluée, selon plusieurs projets de science citoyenne. Bruxelles a donc créé des dizaines de « rues scolaires », où la circulation est restreinte ou interdite.

L’association Les chercheurs d’air de Pierre Dornier a demandé à des volontaires de mesurer la pollution de leur logement à l’aide de tubes spéciaux.

« On sait qu’en moyenne ici, c’était autour de 50 mg par M3, soit cinq fois plus que la recommandation de l’OMS », explique Pierre, ajoutant que les enfants sont particulièrement à risque.

« En raison de leur taille, ils sont plus proches des pots d’échappement. C’est pourquoi il est prioritaire de les protéger de la pollution de l’air. »

Pierre Dornier, directeur des chercheurs d'air, a demandé à des volontaires de mesurer la pollution chez eux à l'aide de ces tubes.
Pierre Dornier, directeur des chercheurs d’air, a demandé à des volontaires de mesurer la pollution chez eux à l’aide de ces tubes.

Il existe également des inégalités sociales en matière de pollution. Dans l’un des quartiers les plus modestes de Bruxelles, Quentin Askajef s’est porté volontaire pour l’étude.

« Nous sommes dans un des quartiers les moins chers de Bruxelles à cause de la pollution et du bruit. Ici c’est violet foncé. Donc ça passe du vert au noir. C’est dégueulasse ici », reconnaît Quentin.

« Chaque mois, je devais installer deux tubes. Et chaque mois, je renvoyais les tubes au laboratoire. »

Pour découvrir exactement comment cela fonctionne, nous sommes allés à l’Université d’Anvers, rencontrer le professeur Filip Meysman, coordinateur de CurieuzenAir et star de la science citoyenne.

Son association a rassemblé 20 000 bénévoles pour mesurer l’air dans toute la Flandre et à Bruxelles. Les résultats ont fait la une de la presse belge.

Prof Filip Meysman, coordinateur de CurieuzenAir, Université d'Anvers
Prof Filip Meysman, coordinateur de CurieuzenAir, Université d’Anvers

« Nous utilisons ces données pour améliorer nos modèles informatiques, et ainsi les citoyens peuvent contribuer directement à de meilleures politiques. Et nous le voyons dans les données. La qualité de l’air s’améliore. La politique en matière de qualité de l’air fonctionne donc », a expliqué Filip Meysman.

Ces politiques sont appelées à évoluer encore en Europe : les directives sur l’air ambiant sont en cours de révision. Les limites de pollution devraient être abaissées.

Copenhague : ‘TLa situation s’est améliorée pour presque tous les polluants.

Copenhague est le siège de l’Agence européenne pour l’environnement. L’expert en qualité de l’air Alberto González Ortiz a accepté de nous montrer l’application lancée par son agence, l’Indice européen de la qualité de l’air, qui compile les données de quelque 4 000 stations de surveillance à travers l’UE.

« Nous sommes ici à Copenhague et nous pouvons voir maintenant que la situation est bonne, bien sûr, car nous avons beaucoup de vent qui emporte les polluants », a déclaré Alberto.

« Vous pouvez également comparer la situation dans cette station avec d’autres. Ainsi, par exemple, si vous voulez faire du jogging cet après-midi, vous pouvez peut-être choisir le bon moment, lorsque la pollution de l’air n’est pas si élevée, et aussi choisir la route que vous souhaitez. suivre.

Alberto González Ortiz, expert en qualité de l'air, Agence européenne pour l'environnement
Alberto González Ortiz, expert en qualité de l’air, Agence européenne pour l’environnement

« Nous avons beaucoup de législation en vigueur, par exemple dans le domaine industriel. Nous avons la directive sur les émissions industrielles. Nous avons les normes européennes qui s’appliquent aux véhicules. Bien sûr, nous avons aussi la législation sur la qualité de l’air. »

Alberto estime également que l’air que nous respirons aujourd’hui est « beaucoup plus propre » que par le passé.

« Nous constatons que la situation s’est améliorée pour presque tous les polluants. Mais cela ne signifie pas que nous sommes dans la situation la plus optimale car nous savons aussi qu’il n’y a, disons, aucune limite de sécurité. L’objectif devrait être d’arriver le plus tôt possible se rapprocher le plus possible des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé au niveau de ces concentrations. Donc en abaissant ces concentrations, on améliore encore la situation et on protège mieux les citoyens. »

Laisser un commentaire

20 + 14 =