Social Housing in Vienna: Is it as good as it seems?

Jean Delaunay

Le logement social à Vienne : est-il aussi bon qu’il y paraît ?

Vienne, connue comme la capitale européenne du logement social, est depuis longtemps saluée comme la figure emblématique des initiatives en matière de logement abordable. Mais cette tradition pourrait-elle être en voie de disparition ?

Plus de la moitié des 1,9 million d’habitants de Vienne vivent dans un logement subventionné.

La réputation de Vienne en tant que modèle d’excellence en matière de logement social est largement considérée comme bien méritée ; le conseil municipal possède, est copropriétaire et gère environ 50 pour cent de l’immobilier résidentiel de la ville à travers un ensemble de programmes sociaux, ces initiatives ont rendu les loyers abordables pour des dizaines de milliers de ménages.

Cette tradition vieille de plusieurs décennies, qui a débuté dans les années 1920, a contribué à faire de la ville le statut de ville la plus agréable à vivre au monde. Mais le système est-il aussi parfait et idyllique qu’il y paraît ?

Les développements récents ont suscité des inquiétudes ; les critiques soulignent la hausse des loyers, les listes d’attente toujours plus longues, la part décroissante des logements sociaux sur le marché immobilier après une longue période de taux d’intérêt bas et l’augmentation ultérieure de la propriété privée.

Le journaliste d’L’Observatoire de l’Europe Julian Lopez s’est rendu dans la capitale autrichienne pour L’Observatoire de l’Europe Witness afin de voir ce qui se cache derrière la façade.

Le paradis des locataires

L’assistante administrative Tesbire Keskin a fait visiter à L’Observatoire de l’Europe son appartement de 70 m2 où elle vit avec sa famille depuis près de 20 ans. Elle paie 500 € par mois et bénéficie d’une qualité de vie au-delà des standards du marché dans son appartement situé au centre-ville. « Le jardin d’enfants est juste en face de moi, l’école est à dix minutes à pied. En deux minutes, je suis au métro », explique-t-elle.

« Quand mes enfants étaient petits et que je ne pouvais pas rentrer du travail, les voisins les récupéraient à la maternelle. C’est très joli ici, c’est vert, calme. Je suis très heureuse, satisfaite. »

Tesbire Keskin, locataire d'un logement social vivant à Vienne
Tesbire Keskin, locataire d’un logement social vivant à Vienne

Des représentants du conseil municipal ont également fait visiter à L’Observatoire de l’Europe certains des plus anciens bâtiments sociaux de Vienne. Contrairement à Berlin et à d’autres villes européennes où la propriété foncière privée est élevée, l’ancienne capitale du vaste empire austro-hongrois n’a jamais vendu ses terres publiques.

Le budget annuel de Vienne pour le logement social dépasse les 400 millions d’euros, dépassant celui des grandes capitales européennes comme Rome, Madrid ou Lisbonne.

« Notre modèle de logement est garanti et financé par une taxe d’habitation que chaque Autrichien paie », a déclaré Christian Schantl, responsable des relations internationales chez Wiener Wohnen-Vienna Living.

« Il s’agit d’une petite contribution de leur revenu brut. L’employeur apporte également une petite contribution, et cet argent est spécifiquement destiné à la construction de logements dans toute l’Autriche. »

Le vent du changement

Si Vienne est pionnière en matière de stratégies de logement inclusif, la ville est également aux prises avec l’évolution de la dynamique du logement et une demande croissante de logements sociaux. En outre, une période prolongée de taux d’intérêt bas a joué en faveur des promoteurs privés.

Les experts de l’ONG Volkshilfe, qui aide les sans-abri à accéder au logement social, affirment qu’il y a plusieurs décennies, 80 pour cent des nouveaux développements étaient sociaux et 20 pour cent privés. Mais maintenant, les rôles ont changé.

« Il y a dix ou quinze ans, les deux tiers de tous les appartements étaient construits par des logements sociaux. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Les deux tiers de tous les appartements sont construits par des investisseurs privés. Le résultat est bien sûr une hausse des prix de l’immobilier. Nous devrions essayer de renverser la situation à nouveau », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Martin Orner, chef du département de politique du logement de l’ONG.

En raison de l’inflation, le coût des terrains, des matériaux et des coûts d’entretien a également grimpé en flèche, exerçant une pression supplémentaire sur le logement social.

« La principale solution serait d’obtenir plus de terrains et plus de possibilités de construire des logements sociaux », a suggéré Orner.

Une tradition centenaire

Lilli Bauer, co-commissaire de l'exposition « Vienne rouge »
Lilli Bauer, co-commissaire de l’exposition « Vienne rouge »

Alors que la ville continue de relever les défis d’un paysage immobilier en évolution, l’esprit de la « Vienne rouge » persiste – une période des années 1920 et 1930 où le Parti social-démocrate autrichien des travailleurs a introduit un programme de construction de logements sociaux en réponse à une situation de logement difficile. pénuries.

Aujourd’hui, une exposition permanente sur cette époque rappelle le pouvoir transformateur du logement social pour façonner les communautés et favoriser l’inclusion. L’Observatoire de l’Europe s’est entretenu avec les conservateurs, qui affirment que ce modèle de logement a contribué à créer le caractère culturel et social unique de la ville, qui continue d’influencer le présent.

« C’était une ville dans la ville et les gens n’avaient pratiquement pas besoin de quitter leur domicile car tout était disponible, y compris les cabinets médicaux, les magasins, etc. », explique Lilli Bauer, co-commissaire de l’exposition.

« À l’époque, il y avait même des centres de soins contre la tuberculose dans ces bâtiments municipaux. De même, pendant la pandémie, il y avait des centres de dépistage et de vaccination contre le COVID-19. Ils étaient tous très décentralisés et répartis dans la ville, et faciles d’accès », a-t-elle déclaré. ajoutée.

Malgré ses limites, Vienne témoigne de l’impact durable des politiques de logement progressistes. Le conseil municipal affirme qu’il continuera à subventionner entre 5 000 et 7 000 nouveaux appartements chaque année.

Pour le rapport complet de Julian, cliquez sur la vidéo dans le lecteur multimédia ci-dessus.

Laisser un commentaire

10 − 10 =