Le leader écossais vient de démissionner.  Voici qui pourrait le remplacer.

Martin Goujon

Le leader écossais vient de démissionner. Voici qui pourrait le remplacer.

La démission de Humza Yousaf en tant que premier ministre écossais plonge le Parti national écossais dans sa deuxième élection à la direction en deux ans.

Yousaf – qui n’a succédé à Nicola Sturgeon qu’en 2023 – subit une pression croissante après avoir rompu un accord de partage du pouvoir avec les Verts écossais.

Cela signifie que le SNP gouverne désormais comme une administration minoritaire, en difficulté dans les sondages et dépendant des partis d’opposition qu’il a écartés. Oh, et il y a des élections générales à Westminster qui se préparent.

L’Observatoire de l’Europe passe en revue les prétendants probables à un sacré travail de redressement.

Vétéran du SNP, Swinney est largement apprécié au sein des factions belligérantes – et est présenté comme la seule figure susceptible d’unir le parti en tant que leader intérimaire dans une période difficile.

S’exprimant lundi, Swinney a déclaré qu’il accordait à la question « une considération très active », ajoutant qu’il avait « beaucoup de choses à penser ».

Vétéran du SNP, John Swinney est largement apprécié parmi les factions belligérantes. | Jeff J. Mitchell/Getty Images

S’il accepte ce poste, Swinney dirigerait le SNP pour la seconde fois après avoir dirigé le parti entre 2000 et 2004, devenant plus tard secrétaire aux Finances sous les anciens premiers ministres Alex Salmond et Nicola Sturgeon. Il a été l’adjoint de Sturgeon pendant tout son mandat entre 2014 et 2023.

Attendez-vous à ce que les conservateurs écossais martelent ce point si Swinney remporte le poste le plus élevé.

S’exprimant lundi, le leader conservateur écossais Douglas Ross a donné un aperçu des arguments de l’opposition contre lui, déclarant à Times Radio : « John Swinney a servi dans le cabinet d’Alex Salmond et dans celui de Nicola Sturgeon et était l’un des plus fervents partisans de Humza Yousaf. Ce sera à nouveau une continuité absolue, en mettant davantage l’accent sur l’indépendance que sur l’amélioration des services publics qui ont souffert année après année.»

Forbes a été battue de justesse par Yousaf lors des élections à la direction de l’année dernière, dominées par le débat sur ses positions socialement conservatrices sur le mariage homosexuel, l’auto-identification de genre et bien plus encore.

Mais Forbes conserve de nombreux admirateurs à travers le parti et a laissé entendre qu’elle se présenterait à nouveau à la tête du parti. Elle a occupé le poste de secrétaire aux Finances à partir de 2020 avant de quitter le gouvernement lorsque Yousaf est devenu chef – et lui a proposé une rétrogradation pour rester dans son cabinet. En tant que député d’arrière-ban, Forbes a appelé à l’abrogation de l’accord de Bute House entre le SNP et les Verts écossais en décembre dernier.

Gray est devenu secrétaire à la Santé plus tôt cette année après la démission de Michael Matheson suite à une facture iPad de 11 000 £ financée par les contribuables (non, vraiment.)

Neil Gray a contribué à mener avec succès la campagne à la direction de Yousaf l’année dernière après avoir décidé de ne pas se présenter lui-même. | Jeff J. Mitchell/Getty Images

Membre du Parlement écossais (MSP) depuis 2021, Gray a contribué à mener avec succès la campagne à la direction de Yousaf l’année dernière après avoir décidé de ne pas se présenter lui-même. Ses actions ont augmenté après un passage en tant que secrétaire à l’économie et au bien-être de Yousaf, où il a été crédité d’avoir rétabli les relations du SNP avec certains groupes d’affaires. Plusieurs médias ont rapporté lundi qu’il envisageait plutôt de ramer derrière Swinney.

L’actuelle secrétaire de cabinet chargée de l’éducation et des compétences, Jenny Gilruth, était pressenti pour occuper le poste le plus élevé. Son étoile est perçue comme étant en pleine ascension, notamment parmi les éléments de gauche du SNP. Mais elle s’est exclue de la course lundi et a soutenu son ancien patron Swinney.

Le moment du départ de Yousaf jouera en défaveur de l’étoile montante du SNP, Màiri McAllan, qui devrait partir en congé de maternité cet été et ne devrait revenir qu’en mars 2025.

Le moment n’est pas non plus opportun pour le leader du parti à Westminster, Stephen Flynn, qui ne peut pas devenir premier ministre car il siège au Parlement britannique, et non au Parlement écossais. Mais son soutien pourrait s’avérer crucial dans la compétition.

Laisser un commentaire

4 + trois =