French President Emmanuel Macron, center right, delivers a speech at the Elysee Palace in Paris, Monday, Feb. 26, 2024.

Jean Delaunay

Le Kremlin met en garde contre le caractère « inévitable » d’un conflit avec l’OTAN si l’alliance militaire envoie des troupes en Ukraine

Le chef de l’OTAN a déclaré que l’alliance n’avait pas l’intention d’envoyer des troupes en Ukraine, mais le président français Emmanuel Macron a déclaré que cela ne devait pas être « exclu ».

Le Kremlin a déclaré mardi qu’un conflit direct entre l’OTAN et la Russie serait « inévitable » si l’alliance militaire déployait des troupes en Ukraine.

Dmitri Peskov, porte-parole du président russe Vladimir Poutine, réagissait aux déclarations sur le déploiement potentiel de troupes de l’OTAN lors d’une conférence internationale tenue lundi à Paris.

Peskov a déclaré que discuter de la possibilité d’envoyer « certains contingents » de l’OTAN en Ukraine est un « nouvel élément très important ».

« Cela n’est pas dans l’intérêt de ces pays, et ils devraient en être conscients », a-t-il déclaré.

« Dans ce cas (d’envoi de troupes), nous devrions parler non pas de la probabilité, mais de l’inévitabilité (d’un conflit direct entre l’OTAN et la Russie). »

Le président français Emmanuel Macron a déclaré lundi que l’envoi de troupes occidentales sur le terrain en Ukraine ne devrait pas être « exclu » à l’avenir, alors que l’opération militaire russe entre dans sa troisième année et que l’Ukraine tente de convaincre l’Occident de l’urgence continue de l’aide militaire.

L’idée d’envoyer des troupes de l’OTAN en Ukraine est taboue depuis l’invasion russe en février 2022 et reste une ligne rouge pour la plupart des plus hauts dirigeants européens.

Le chancelier allemand Olaf Scholz, pour sa part, n’était pas d’accord avec Macron sur ce qui s’est passé à Paris, affirmant que les participants étaient convenus « qu’il n’y aurait pas de troupes terrestres, pas de soldats sur le sol ukrainien envoyés là-bas par les États européens ou les États de l’OTAN ».

Scholz a déclaré qu’il y avait également un consensus « sur le fait que les soldats opérant dans nos pays ne participent pas eux-mêmes activement à la guerre ».

Son insistance à rester à l’écart d’un conflit direct intervient alors même que l’Allemagne prend des mesures pour améliorer sa propre préparation militaire. Le pays a récemment mené un exercice de simulation de guerre explorant un scénario d’un conflit direct entre la Russie et l’OTAN survenant à la frontière orientale de l’UE au cours des 18 prochains mois.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a fait écho mardi aux propos de Scholz, déclarant que l’alliance militaire n’avait pas l’intention d’envoyer des troupes de combat en Ukraine :

« Les alliés de l’OTAN apportent un soutien sans précédent à l’Ukraine. Nous le faisons depuis 2014 et nous avons intensifié nos efforts après l’invasion à grande échelle. Mais il n’est pas prévu que des troupes de combat de l’OTAN soient déployées sur le terrain en Ukraine », a déclaré Stoltenberg.

Lors d’une réunion à Prague mardi, le Premier ministre polonais Donald Tusk a déclaré que « la Pologne n’envisage pas d’envoyer ses troupes en Ukraine ». Le Premier ministre Petr Fiala a insisté sur le fait que « la République tchèque ne veut certainement pas envoyer ses soldats ».

Le Premier ministre slovaque, Robert Fico, a quant à lui déclaré que son gouvernement n’envisageait pas de proposer de déploiement, mais que certains pays réfléchissaient à la conclusion d’accords bilatéraux pour fournir des troupes pour aider l’Ukraine à repousser l’invasion russe.

Laisser un commentaire

trois × 2 =