The European Parliament

Jean Delaunay

Le groupe PPE de centre-droit avertit la Commission de relâcher ses efforts en matière de politique verte

Les députés européens ont décidé de ne pas diviser la plus grande commission du Parlement européen en groupes distincts sur l’environnement et la santé, ce qui a suscité un appel d’un éminent législateur du Parti populaire européen à ne pas la submerger de nouvelles lois environnementales.

L’exécutif européen devrait présenter moins de législation verte au cours du prochain cycle politique, sinon il risque de submerger les députés et leur personnel, a déclaré le coordinateur de la politique environnementale et de santé du Parti populaire européen.

Peter Liese a lancé son avertissement le matin après que les députés européens ont convenu de ne pas diviser la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire (ENVI) du Parlement européen en deux commissions distinctes.

« Au moins 25 % de tous les dossiers de codécision ont atterri à ENVI », a déclaré Liese, faisant référence au processus législatif standard, où les propositions de la Commission européenne sont amendées séparément puis ensemble par les députés européens et les délégués des gouvernements au Conseil de l’UE.

« C’est un défi, en particulier pour le personnel », a déclaré Liese. « C’est pourquoi nous avons besoin de moins de propositions de la part de la Commission européenne. » Lors d’une conférence de presse la semaine dernière, le chrétien-démocrate allemand a déclaré aux journalistes qu’il était favorable à la dissolution de la plus grande commission du Parlement et qu’il s’attendait à ce que cela se produise.

Le PPE a fait de la lutte contre la bureaucratie une priorité politique après avoir consolidé sa position de groupe parlementaire le plus important lors des élections du mois dernier. Une réduction du nombre de nouvelles lois profiterait également aux citoyens, « en particulier ceux qui travaillent dans l’industrie et l’agriculture, qui sont submergés par trop de propositions », a déclaré Liese.

La décision de ne pas créer de comités séparés pour la santé et l’environnement a été saluée par le groupe de défense des droits des consommateurs BEUC, qui a écrit aux députés la semaine dernière pour les exhorter à ne pas scinder le comité.

Sa lettre mettait en garde contre les liens étroits entre le changement climatique et la pollution, ainsi que contre les menaces telles que la résistance aux antimicrobiens et l’émergence de maladies zoonotiques : « Nous déconseillons fortement de scinder la commission ENVI, car cela risquerait de conduire à des approches cloisonnées pour relever ce défi multiforme. »

Le directeur du BEUC, Agustín Reyna, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que les députés avaient pris la bonne décision en conservant la commission ENVI comme une seule commission, conformément à l’approche « une seule santé » qui a récemment vu le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) créer un groupe de travail conjoint avec l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et les agences européennes des produits chimiques, de l’environnement et des médicaments.

« Lorsqu’il s’agit d’améliorer nos systèmes alimentaires, il est primordial d’avoir une approche intégrée – et le comité ENVI est essentiel pour cela », a déclaré Reyna.

Les tractations entre députés de lundi soir (8 juillet) ont également vu les différentes commissions réparties entre les principaux groupes politiques du Parlement proportionnellement à leur taille, la présidence de la commission ENVI revenant aux socialistes et démocrates.

Les présidents des commissions devraient être nommés plus tard ce mois-ci, après la reprise des travaux du Parlement le 16 juillet.

Laisser un commentaire

quatre × cinq =