Le gouvernement polonais parie gros sur la loi anti-russe

Martin Goujon

Le gouvernement polonais parie gros sur la loi anti-russe

La loi d’influence risquée du Kremlin en Pologne trahit la nervosité du parti avant les prochaines élections.

Jarosław Kaczyński, le chef de longue date du parti polonais Droit et justice (PiS), double sa position du tout ou rien selon laquelle une victoire de l’opposition aux prochaines élections serait finis poloniae — la fin de la Pologne.

Et en clin d’œil à cette position austère, le parlement du Sejm a adopté une nouvelle loi le 26 mai, établissant une commission chargée d’enquêter sur « ceux qui servent les intérêts de Moscou ».

En vertu de cette nouvelle loi, si la commission déclare des individus coupables, elle peut infliger des sanctions, y compris une interdiction d’exercer une fonction publique pendant une décennie. Ainsi, la ratification rapide du président Andrzej Duda quelques jours plus tard a fait craindre que le PiS au pouvoir n’utilise la loi pour agir contre les principaux dirigeants de l’opposition à l’approche des élections d’octobre.

Mobilisant une opposition de masse « pro-démocratie », tout en suscitant un contrecoup international, cette nouvelle commission est un pari pour le PiS. Et avec Duda cédant aux critiques quelques jours seulement après la signature de la législation, cette décision risquée trahit la nervosité du parti avant le vote à venir.

Les retombées de la ratification de la loi sont venues de toutes parts, gagnant peu de sympathie pour le PiS à un moment où la Pologne devient un acteur de plus en plus vital au sein de l’Union européenne et de l’OTAN.

Le Département d’État des États-Unis a rapidement exprimé sa «préoccupation» quant au fait que la nouvelle loi «pourrait être utilisée à mauvais escient pour interférer avec les élections libres et équitables en Pologne».

Pendant ce temps, Bruxelles a exprimé une « préoccupation » similaire, indiquant en outre qu’une « action immédiate » serait prise si cette nouvelle commission devait agir sur les opposants politiques, avant d’annoncer cette semaine qu’elle entamerait une procédure d’infraction contre la Pologne. Cette tension ne fait qu’ajouter au conflit en cours sur «l’état de droit», qui a vu l’UE geler plus de 35 milliards d’euros de fonds de relance COVID-19, rendant de moins en moins probable une détente entre Bruxelles et Varsovie.

Alors, qu’est-ce qui fait de cette manœuvre politique une question aussi brûlante ?

La réponse à cela réside dans le contexte des élections controversées en Pologne et du contournement de la procédure régulière constitutionnelle, qui a déjà valu à la loi le tristement célèbre surnom de « Lex Tusk », car la nouvelle commission est largement considérée comme une menace directe pour Donald Tusk – le chef du principal parti d’opposition, la Coalition civique (KO), et ancien rival personnel de Kaczyński.

En novembre 2022, alors que des rumeurs sur une éventuelle commission avaient déjà commencé à tourbillonner, Janusz Kowalski, vice-ministre et député de la coalition au pouvoir, a déclaré avec force : « Nous allons traduire le pro-russe Donald Tusk devant le Tribunal d’État, puis nous allons mettez-le en prison », des mots qui n’ont fait que justifier l’inquiétude croissante de l’opposition.

Le lien entre Tusk et le Kremlin est un pilier de la rhétorique du PiS depuis des années maintenant – bien qu’il soit largement resté en dehors du domaine de l’action judiciaire. Et Tusk a également été critiqué pour son attitude conciliante envers l’UE et l’Allemagne, ce que Kaczyński a longtemps compris comme signifiant : « Chaque fois que l’intérêt vital de la Pologne est en jeu, Tusk est contre. »

L’ancien président du Conseil européen Donald Tusk | Wojtek Radwanski/AFP via Getty Images

La rivalité avait également pris un aspect personnel pour Kaczyński depuis 2010, lorsque son frère, l’ancien président Lech Kaczyński, est mort dans la « catastrophe aérienne de Smolensk » au-dessus de la Russie pendant le mandat de Tusk en tant que Premier ministre. Les enquêtes sur le jeu déloyal concernant l’accident sont toujours en cours, bien que des accusations informelles de « trahison » aient déjà été portées contre des membres de l’ancien gouvernement de Tusk.

Tusk, pour sa part, a été un critique virulent de la « caricature d’une dictature » de Kaczyński et a promis que d’ici les élections d’octobre, « la Pologne sera libérée de la peur, du mépris, de Kaczyński ».

Bien que cela explique la base de la nouvelle loi et sa menace pour Tusk, il faut encore se demander pourquoi maintenant ? Et pourquoi Kaczyński est-il prêt à risquer une décision aussi controversée ?

La réponse la plus simple est que le PiS – comme le suggère Kaczyński lui-même – « ne peut pas se permettre de perdre cette élection ». Et avec un rapide coup d’œil aux sondages, la décision risquée commence à avoir un sens.

Le soutien au PiS se situe actuellement à 35 % – bien en deçà du seuil permettant de maintenir une majorité au pouvoir – tandis que l’opposition centriste, dominée par le KO de Tusk et la nouvelle coalition Third Way, recueille environ 41 % combinés.

Ainsi, le PiS de Kaczyński est pris dans une lutte existentielle, ce qui pourrait expliquer leur approche du tout ou rien. Cependant, compte tenu de l’indignation généralisée, ainsi que des concessions proposées par Duda, la loi semble s’être retournée contre elle, quelle que soit son intention initiale.

Sans aucun doute, les prochaines semaines seront critiques pour le parti au pouvoir, mais avec les manifestations sans précédent de cette semaine et l’opposition rassemblée, il est clair que la volonté de démocratie en Pologne n’a pas encore péri.

Laisser un commentaire

10 − 5 =