Journalists take images of part of the reconstructed forward section of the fuselage of the Malaysia Airlines plane shot down over Ukraine in 2014.

Jean Delaunay

Le gouvernement néerlandais a dépensé 160 millions d’euros pour faire face à la destruction du MH17, selon un rapport

Malgré les démentis du Kremlin, des preuves accablantes imputent le crash de 2014 à un missile tiré par des séparatistes pro-russes en Ukraine.

Le gouvernement néerlandais a dépensé plus de 166 millions d’euros pour faire face aux conséquences de l’écrasement du vol MH17 de Malaysia Airlines au-dessus de l’est de l’Ukraine en 2014, selon un rapport officiel publié jeudi.

Ces dépenses massives reflètent l’implication des Pays-Bas dans tous les domaines, depuis le rapatriement des corps des victimes jusqu’aux enquêtes et poursuites engagées contre certaines des personnes impliquées dans la catastrophe.

Le Boeing 777 reliant Amsterdam à Kuala Lumpur a été abattu le 17 juillet 2014, à l’aide d’un missile Buk de fabrication russe tiré depuis un territoire de l’est de l’Ukraine contrôlé par les rebelles séparatistes.

La frappe a tué 298 passagers et membres d’équipage, dont 196 citoyens néerlandais.

En novembre 2022, un tribunal néerlandais a reconnu coupables deux Russes et un Ukrainien pro-Moscou pour leur implication dans l’incident et les a condamnés à la réclusion à perpétuité. Cependant, ils ont été jugés par contumace et n’ont pas été détenus pour purger leur peine.

Le tribunal a statué que le missile et son lanceur avaient été introduits en Ukraine depuis une base militaire en Russie et que le lanceur était ensuite retourné en Russie.

Des personnes inspectent le site du crash du MH17 près du village de Hrabove, dans la région ukrainienne de Donetsk sous contrôle russe, 2014.
Des personnes inspectent le site du crash du MH17 près du village de Hrabove, dans la région ukrainienne de Donetsk sous contrôle russe, 2014.

Selon la Cour des comptes des Pays-Bas, qui a calculé les coûts jusqu’à fin 2022, le rapatriement et l’identification des corps des personnes tuées ont coûté plus de 31 millions d’euros, tandis que les procédures judiciaires et diplomatiques internationales représentaient 5,7 millions d’euros.

Mais le procès national et l’enquête internationale massive qui l’a précédé ont coûté au total plus de 87 millions d’euros, selon l’audit.

Le total n’inclut pas non plus environ 16,5 millions d’euros que le gouvernement néerlandais a versé l’année dernière aux plus proches parents à titre d’avance sur l’indemnisation que le tribunal avait ordonné aux trois condamnés de payer.

« Cette compensation devrait en fin de compte être payée par les auteurs, mais on peut se demander s’ils le feront », indique le rapport.

Le gouvernement néerlandais a demandé à l’auditeur indépendant d’estimer les coûts car il a l’intention de demander réparation à la Russie dans le cadre d’une plainte déposée par les Pays-Bas et l’Australie auprès de l’Organisation de l’aviation civile internationale.

Moscou nie toute implication dans la catastrophe du MH17 et a passé la dernière décennie à faire circuler diverses théories démystifiées et contradictoires sur ce qui s’est passé.

Le gouvernement néerlandais soutient également les familles qui ont porté plainte contre la Russie devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Laisser un commentaire

1 + 19 =