In this June 14, 2014 file photo, two women kiss in front of a rainbow flag in central Athens.

Jean Delaunay

Le gouvernement grec s’apprête à légaliser le mariage homosexuel avec le soutien de l’opposition

Un projet visant à légaliser le mariage civil et l’adoption entre personnes de même sexe, poussé par le gouvernement grec de centre-droit, devrait être approuvé par le Parlement grâce au soutien de l’opposition de gauche, malgré les réactions négatives de l’Église orthodoxe.

Les projets du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis visant à légaliser le mariage homosexuel dans le pays et à permettre l’adoption pour les couples LGBTQ+ ont obtenu jeudi le soutien crucial de l’opposition de gauche.

Stefanos Kasselakis, l’ancien banquier ouvertement gay à la tête du parti de gauche radicale Syriza, a déclaré qu’il demanderait à ses 38 députés de voter pour la proposition, même s’il a critiqué la mesure pour ne pas aller assez loin en matière de droits parentaux.

Kasselakis, qui a épousé son mari à New York en octobre 2023, a exprimé le désir d’avoir des enfants par l’intermédiaire d’une mère porteuse, une pratique récemment condamnée par le pape François et rendue illégale en Italie.

La nouvelle mesure proposée par Mitsotakis ne permettra pas à l’avenir aux couples de même sexe d’avoir des enfants par le biais de la maternité de substitution. Les droits parentaux complets seraient accordés aux couples de même sexe ayant déjà des enfants.

Le pays n’autorise actuellement cette procédure que dans le cas de femmes – célibataires ou mariées – qui ne peuvent pas avoir d’enfants pour des raisons de santé. Outre les couples hétérosexuels, les hommes ou femmes célibataires sont autorisés à adopter.

Un précédent projet de loi proposé plus tôt cette semaine aurait autorisé le droit à la parentalité par le biais de mères porteuses.

Dans une interview accordée à la chaîne privée Star TV, l’homme politique a déclaré que malgré ses « imperfections », la proposition dévoilée mercredi par le Premier ministre contient « quelques éléments positifs ».

La Grèce a déjà légalisé les partenariats homosexuels en 2015.

Le soutien de l’opposition garantirait que la loi soit adoptée par le parlement de 300 sièges, malgré les objections d’une douzaine de députés du parti de centre-droit de Mitsotakis, Nouvelle Démocratie. Le parti compte au total 158 députés au Parlement.

Kasselakis a critiqué le Premier ministre pour avoir refusé de forcer tous ses législateurs à soutenir une question de droits de l’homme, le qualifiant de « lâcheté politique ». Mitsotakis a été réélu pour son deuxième mandat lors d’une victoire écrasante il y a seulement six mois.

Stefanos Kasselakis, chef du principal parti d'opposition Syriza, s'adresse à ses partisans devant le siège du parti à Athènes, le lundi 25 septembre 2023.
Stefanos Kasselakis, chef du principal parti d’opposition Syriza, s’adresse à ses partisans devant le siège du parti à Athènes, le lundi 25 septembre 2023.

Mais les critiques les plus virulentes à l’égard de ce projet sont venues de l’Église orthodoxe du pays, qui exerce toujours une influence massive sur la Grèce et qui a averti que la loi pourrait être la première étape vers le démantèlement de la société grecque. Selon l’Église, autoriser le mariage homosexuel est la première étape vers l’exercice des droits parentaux par les familles homosexuelles.

Mais Mitsotakis a riposté aux critiques, affirmant qu’ils écouteraient les opinions de l’Église mais qu’en fin de compte « c’est l’État qui légifère ».

« Ce que nous allons légiférer, c’est l’égalité dans le mariage, ce qui signifie l’élimination de toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle », a-t-il déclaré dans une interview à la chaîne de télévision nationale ERT. « Ce n’est pas quelque chose de radicalement différent de ce qui s’applique dans d’autres pays européens. »

Cette mesure rencontre également l’opposition des partis de droite au Parlement.

Les sondages d’opinion suggèrent que les Grecs sont également divisés sur la question du mariage homosexuel, mais opposés à l’extension des droits parentaux complets aux couples gays ou lesbiens.

Les détails complets de la proposition du gouvernement devraient être publiés dans les prochains jours. Une fois que cela sera fait, il faudra plusieurs semaines pour que le projet soit soumis au Parlement pour approbation.

Laisser un commentaire

cinq × 4 =