Le gouvernement finlandais renonce au racisme après un été secoué par des scandales racistes

Jean Delaunay

Le gouvernement finlandais renonce au racisme après un été secoué par des scandales racistes

Les membres de la coalition quadripartite de droite affirment qu’ils sont désormais tous d’accord avec de nouvelles mesures visant à lutter contre la discrimination et le racisme.

Le gouvernement finlandais a dévoilé jeudi un nouveau plan pour tenter de se débarrasser des stigmates du racisme qui ont entaché les premiers mois du mandat du Premier ministre. Petteri Orpogouvernement de coalition de droite.

Le plan vise à lutter contre le racisme et l’antisémitisme, notamment par une nouvelle loi criminalisant la négation de l’Holocauste et par des projets visant à interdire éventuellement les symboles nazis et communistes – même si cela pourrait s’avérer juridiquement difficile.

« Chaque ministre du gouvernement renonce au racisme et s’engage à le combattre activement », a déclaré Orpo lors d’une conférence de presse à Helsinki, où les dirigeants ont promis jusqu’à 1,5 million d’euros pour mettre en œuvre les 23 mesures décrites dans le plan.

Le gouvernement n’a été poussé à l’action qu’après avoir été secoué par des scandales répétés depuis sa formation en juin.

Rikka Purraministre des Finances et leader du parti d’extrême droite finlandais, a dû s’excuser pour les commentaires racistes qu’elle avait tenus en ligne après avoir été condamnées par ses collègues du gouvernement.

Les propos incendiaires qu’elle avait tenus en 2008, notamment contre l’immigration, l’islam et le racisme, ainsi que les menaces de violences, ont refait surface.

En juin, un autre ministre du parti finlandais, Vilhelm Junnila, a annoncé sa démission après avoir occupé le portefeuille de l’économie pendant seulement 10 jours, suite au tollé suscité par des commentaires antérieurs favorables aux nazis et des positions racistes appelant les femmes africaines à recourir davantage à l’avortement pour lutter contre le nazisme. la crise climatique.

Lors de la dernière campagne législative, Junnila avait plaisanté sur son numéro de candidat, le 88, numéro utilisé par les groupes néo-nazis pour marquer leur allégeance à Hitler.

Le successeur de Junnila au poste de ministre de l’Economie, Wille Rydman, a également été mêlé à un scandale raciste après que le principal journal finlandais a publié des messages qu’il avait envoyés à une ancienne petite amie.

Rydman y suggérait que les Somaliens se propageaient comme de la mauvaise herbe et partageait les paroles d’une chanson apparemment écrite par un autre député du parti finlandais dont les paroles parlaient d’un musulman qui quitte son pays d’origine et viole une femme. Rydman a suggéré à son ex-petite amie que la chanson pourrait idéalement être chantée lors de soirées étudiantes.

Le ministre Rydman s’est plaint du foulard que portent certaines femmes musulmanes et a qualifié les habitants du Moyen-Orient de « singes » et de « singes du désert ».

D’autres ministres du parti finlandais ont dû clarifier leurs positions sur la théorie ethno-nationaliste du « grand remplacement », qu’ils semblaient auparavant soutenir. La fausse théorie du complot postule que les Européens blancs seront remplacés par des étrangers, en particulier des musulmans, et deviendront rapidement une minorité dans leur propre pays.

Le président du parlement finlandais, également député du parti finlandais, écrit depuis des décennies des commentaires racistes, homophobes et misogynes en ligne. Lui et d’autres députés du parti finlandais ont été condamnés pour commentaires ou écrits racistes.

Des scandales ont déclenché des tensions au sein du gouvernement de coalition

Les scandales en cours ont déclenché des tensions majeures au sein du gouvernement de coalition quadripartite, conduisant à des affrontements en particulier entre le Parti populaire suédois (SFP), auparavant modéré et socialement libéral, et le parti populiste finlandais d’extrême droite.

Le Parti populaire suédois avait demandé des excuses à tous les ministres du Parti finlandais pris dans des propos racistes, mais aucune n’a été reçue.

Déclarations répétées du chef du parti Anna-Maja Henriksson L’affirmation selon laquelle le SFP avait une tolérance zéro à l’égard du racisme a commencé à sonner creux lorsqu’elle a été répétée à plusieurs reprises au cours de l’été, à mesure que de nouveaux scandales racistes se déroulaient.

Aujourd’hui, elle a salué le nouveau plan anti-discrimination comme étant « historique ».

« La communication indique clairement que le gouvernement n’accepte aucune forme de racisme et confirme que le gouvernement et tous ses ministres sont engagés dans un travail actif contre le racisme et dans la promotion de l’égalité et de la non-discrimination », a-t-elle déclaré dans un communiqué. déclaration jeudi.

Le SFP, qui compte 10 députés, a le pouvoir de faire tomber le gouvernement s’il le souhaite, mais après quelques protestations et hésitations, il semble avoir choisi de rester au pouvoir.

Toutefois, la semaine prochaine, le Parlement finlandais procédera à des votes de confiance en faveur de Riikka Purra et de Wille Rydman, appelés par l’opposition Alliance de gauche et Verts.

Si les députés du SFP ne soutiennent pas Purra et Rydman, le gouvernement risque de tomber.

Laisser un commentaire

quatre − un =