A French sex worker holds a banner reading

Jean Delaunay

Le droit du travail historique belge pour les travailleuses du sexe pourrait-il inaugurer un changement à travers l’Europe ?

Cette loi est la première en Europe – et dans le monde – à offrir aux travailleuses du sexe des dispositions en matière de sécurité sociale telles que des pensions et des congés de maternité, ainsi qu’un contrat de travail officiel.

Lorsqu’Emily a entendu parler pour la première fois de la décision de la Belgique de créer la première loi du travail pour les travailleuses du sexe en Europe, elle était ravie que ses conditions de travail s’améliorent enfin.

« De cette façon, nous aurons un plus grand choix de lieux sûrs où nous pourrons offrir nos services de manière autodéterminée car, pour le moment, ce n’est pas vraiment le cas », explique Emily, qui vit dans une grande ville de Belgique. a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Travailleuse du sexe indépendante depuis trois ans, Emily (nom modifié pour protéger son identité) a personnellement fait l’expérience du manque de soutien pour les travailleuses du sexe pendant la pandémie de COVID-19, où beaucoup ont perdu leur revenu mais n’étaient pas éligibles à l’aide du gouvernement car leur secteur ne l’a pas fait. existent officiellement.

Elle et d’autres espèrent que cela changera avec l’introduction de la première loi européenne – et mondiale – du travail pour les travailleuses du sexe en Belgique.

Que signifie concrètement la nouvelle loi ?

La législation, approuvée par 93 voix pour, 33 abstentions et 0 voix contre au début du mois, permet pour la première fois aux proxénètes de fournir aux travailleuses du sexe belges un contrat de travail.

Ce changement donne aux travailleuses du sexe accès aux prestations de sécurité sociale telles que les retraites, l’assurance maladie et les congés annuels. Il protège également les travailleuses du sexe contre les risques liés au travail, notamment en mettant en œuvre des normes définissant qui peut devenir employeur.

Une chaise à l'intérieur d'un stand de travailleuses du sexe est vide à Anvers, le 3 novembre 2020.
Une chaise à l’intérieur d’un stand de travailleuses du sexe est vide à Anvers, le 3 novembre 2020.

Daan Bauwens, du Syndicat belge des travailleuses du sexe UTSOPI, a expliqué que la nouvelle loi impose des restrictions sur les personnes pouvant attribuer des contrats aux travailleuses du sexe, limitant ainsi les possibilités d’exploitation.

Les personnes ayant déjà été condamnées pour trafic d’êtres humains et vol ne pourront pas devenir employeurs, a déclaré Bauwens à L’Observatoire de l’Europe. « C’est une chose très importante car jusqu’à présent, c’était possible. »

Les travailleuses du sexe bénéficient également de droits essentiels supplémentaires, notamment la possibilité de refuser un client ou un acte sexuel, ainsi que d’interrompre un acte sexuel à tout moment.

Si l’un de ces droits est invoqué plus de 10 fois au cours d’une année, le salarié ou l’employeur peut faire intervenir un médiateur gouvernemental.

Différents coups, différentes personnes

La Belgique reste une exception dans le contexte européen lorsqu’il s’agit de répondre aux revendications des syndicats de travailleuses du sexe.

Il y a à peine deux ans, elle est devenue le premier pays d’Europe à décriminaliser le travail du sexe en Europe.

D’autres pays d’Europe ont soit légalisé dans une certaine mesure le travail du sexe, soit suivi le soi-disant « modèle nordique », qui criminalise le proxénétisme et l’achat de travail du sexe.

Les différents modèles de légalisation dans des pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Autriche signifient que chaque pays a un ensemble distinct de conditions qui doivent être remplies pour pouvoir exercer légalement le travail du sexe, a déclaré Bauwens.

En ce vendredi 29 mars 2019, image d'archives des touristes se baignant dans une lueur rouge émanant des vitrines et des néons des peep shows, dans le quartier rouge d'Amsterdam.
En ce vendredi 29 mars 2019, image d’archives des touristes se baignant dans une lueur rouge émanant des vitrines et des néons des peep shows, dans le quartier rouge d’Amsterdam.

Dans certains endroits, une travailleuse du sexe pourrait encore être criminalisée pour avoir exercé un travail si elle ne remplissait pas certaines conditions préalables, ce qui ne serait pas le cas dans un système de décriminalisation totale.

En outre, des pays comme l’Allemagne, qui suivent leur propre modèle de légalisation, ont déclaré qu’ils envisageaient d’apporter des modifications aux règles existantes, par exemple en criminalisant les clients des travailleuses du sexe selon le modèle nordique.

Pourtant, selon Emily, ce genre de changements ne fait que rendre le travail du sexe plus dangereux.

« Si vous criminalisez les clients, les bons clients, ceux qui veulent respecter la loi, cesseront de fréquenter les travailleuses du sexe », a-t-elle expliqué.

« Ceux qui ne se soucient pas de la loi continueront de toute façon à fréquenter des travailleuses du sexe. En conséquence, nous avons une clientèle encore pire. »

La sécurité et le bien-être avant la politique nationale

L’Europe a longtemps été incapable de s’entendre sur un modèle unifié pour réglementer le travail du sexe. En septembre dernier, le Parlement européen a adopté un rapport controversé sur la manière de réglementer le travail du sexe, qui soulignait la nécessité de réduire la demande de travail du sexe et de punir les clients.

Bien que le rapport n’ait aucun impact législatif, plusieurs associations de travailleuses du sexe et ONG ont critiqué ses recommandations.

« D’une certaine manière, ce n’est pas une question paneuropéenne – comme la Commission européenne nous l’a dit lorsque nous sollicitons un financement, cela dépend des États membres », a déclaré Sabrina Sanchez, directrice exécutive de l’Alliance européenne pour les droits des travailleuses du sexe, à L’Observatoire de l’Europe.

Emily convient que les approches différentes et concurrentes sont symboliques de la politique nationale. Pourtant, ce qui compte, c’est la sécurité et le bien-être de chacun, et une décriminalisation complète dans toute l’Europe est la première étape la plus importante, suivie d’une législation du travail stricte, a-t-elle déclaré.

« Si vous examinez la science, vous verrez que des études montrent que la décriminalisation est beaucoup plus efficace pour protéger les travailleuses du sexe et qu’en réalité, si vous criminalisez les clients, vous rendez alors beaucoup plus dangereux le travail du sexe. »

« J’espère qu’à un moment donné, la communauté internationale s’en rendra compte – et suivra l’exemple de la Belgique », a conclu Emily.

Laisser un commentaire

vingt − douze =