Le « Don » Habeck allemand se prépare à la bataille pour la chancellerie

Martin Goujon

Le « Don » Habeck allemand se prépare à la bataille pour la chancellerie

PADERBORN, Allemagne — Robert Habeck passe peut-être un peu trop de temps dans le pays des moulins à vent en Allemagne.

Malgré une défaite humiliante aux élections européennes du mois dernier et une chute vertigineuse de ses Verts dans les sondages avant les élections de l’année prochaine, le vice-chancelier insiste sur le fait que son parti peut rattraper le terrain perdu, un résultat qui pourrait théoriquement le propulser au poste le plus élevé du pays.

Les Verts ont « une grande chance » de remonter à 20 pour cent dans les sondages, contre 11 pour cent actuellement, au cours de la prochaine année, prédit Habeck, qui est actuellement en tournée en Allemagne pour nouer des liens avec les électeurs.

Mercredi, la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock a renoncé à sa candidature à la chancellerie des Verts lors d’une interview avec CNN, déclarant que sa responsabilité première resterait la diplomatie.

« En ces temps de crise, je crois que la responsabilité politique signifie, en tant que ministre des Affaires étrangères, ne pas se laisser entraîner dans la candidature à la chancellerie allemande », a déclaré Baerbock à Christiane Amanpour de CNN.

La décision de Baerbock ouvre la voie à Habeck, qui s’était retirée en 2021 pour se présenter. Le problème est que, l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de centre-droit devançant désormais les Verts de 21 points dans certains sondages, Habeck devrait tripler les résultats de son parti au cours de la prochaine année pour prétendre à la chancellerie (à moins que les chrétiens-démocrates n’implosent, bien sûr).

Et alors si son parti (ou tout autre parti d’ailleurs) n’a jamais réussi un tel exploit auparavant ou si la coalition actuelle a la pire cote de popularité de tous les gouvernements de mémoire d’homme ? Habeck a déclaré que lui et ses camarades de parti allaient gagner grâce au bon vieux « travail acharné ».

Les critiques pourraient rendre le ministre de l’Economie responsable de la stagnation de l’économie allemande, du déclin industriel et de la hausse vertigineuse des prix de l’énergie. Mais selon Habeck, la faute en incombe à quelqu’un d’autre : Vladimir Poutine.

« Je travaille jour et nuit pour sauver le pays de la crise économique déclenchée par la décision de Poutine de couper le gaz », a déclaré Habeck aux journalistes, faisant référence à la décision du président russe Vladimir Poutine en 2022 de couper le flux de gaz naturel russe vers l’Allemagne.

Habeck n’a pas voulu dire s’il comptait se présenter à la chancellerie, mais il est fort probable qu’il le fasse maintenant que Baerbock s’est retiré.

S’il y a une chose que possède Habeck, qui écrit des romans pour enfants pendant son temps libre, c’est une imagination débordante.

La question est de savoir, compte tenu de la popularité décroissante des Verts, si sa probable campagne pour la chancellerie sera autre chose qu’une entreprise chimérique.

Laisser un commentaire

19 + dix-sept =