Steam rises from the cooling tower of the nuclear power plant of Gundremmingen, Bavaria, Germany, Friday, December 31, 2021.

Jean Delaunay

Le déficit d’investissement et la diminution des puits de carbone menacent les progrès de l’UE en matière de climat – rapport

Le financement insuffisant ralentit la transition vers la neutralité climatique et les puits de carbone forestiers doivent être renforcés pour piéger davantage de dioxyde de carbone, selon un nouveau rapport.

Les pays de l’UE vont dans la « mauvaise direction » dans leurs efforts pour réduire les niveaux de dioxyde de carbone, car les puits de carbone naturels continuent de disparaître et le manque d’investissement dans le climat compromet les progrès, selon un rapport publié aujourd’hui (2 juillet).

Alors que l’ambition climatique reste sur la bonne voie sur la base des objectifs déclarés des pays de l’UE, l’Observatoire européen de la neutralité climatique (ECNO) considère « urgente » l’adoption de mesures visant à investir dans l’élimination naturelle du dioxyde de carbone en encourageant une plus grande diversité d’espèces d’arbres.

« Il est urgent de développer davantage les pratiques forestières durables et de promouvoir la restauration, le reboisement et la gestion durable », indique le rapport.

Nick Evans, chercheur chez Ecologic et expert de l’ECNO, a déclaré que les preuves indiquent également des « faiblesses cruciales » dans la mise en œuvre au niveau national du financement de la transition.

Selon le rapport, le déficit d’investissement climatique s’élève à 406 milliards d’euros en 2022, ce qui correspond à un manque de 50 % des investissements pour la transition vers la réalisation des objectifs climatiques.

L’ECNO considère que sans un « retournement de situation financière », la transition climatique « pourrait échouer » et ses collègues chercheurs estiment que les investissements doivent doubler pour atteindre l’objectif climatique de réduction des émissions nettes de gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici 2030.

« Une forte impulsion politique est nécessaire pour réorienter les flux financiers vers le financement de la transition, notamment en supprimant progressivement les subventions aux combustibles fossiles, et pour combler le déficit d’investissement », recommande le rapport.

Alors que les investissements privés dans les technologies propres ont augmenté, les investissements dans les domaines critiques doivent être accélérés pour accélérer la transition, a averti l’ECNO, notamment dans les rénovations de bâtiments économes en énergie, l’installation de pompes à chaleur électriques, le développement de l’énergie éolienne et solaire, l’amélioration du réseau électrique, l’accélération du transport ferroviaire et public, ainsi que les véhicules de tourisme à zéro émission et les stations de recharge correspondantes.

Clara Calipel, chercheuse à l’Institute for Climate Economics et experte de l’ECNO, a déclaré que les données du rapport montrent que les subventions aux combustibles fossiles ont presque triplé entre 2021 et 2022 pour atteindre 190 milliards d’euros dans le contexte de la crise des énergies fossiles, une somme qui pourrait être utilisée à la place pour promouvoir l’adoption de technologies propres et pousser la transition verte.

Mais Eike Karola Velten, auteur principal du rapport de l’ECNO et chercheur principal à l’Ecologic Institute, est convaincu que les années à venir verront de nouvelles avancées en matière de politiques vertes dans la transition de l’économie et de la société.

« Nous sommes heureux de voir des signes indiquant que la Commission et d’autres organismes clés reconnaissent la nécessité et l’importance d’un suivi plus complet, afin de garantir que la mise en œuvre de la transition climatique de l’Europe puisse être suivie et pilotée avec des informations ciblées et factuelles », a déclaré Velten, tout en exhortant à la prudence contre la complaisance « dans cette décennie critique d’action ».

Les États membres avaient jusqu’à dimanche (30 juin) pour présenter leurs plans définitifs en matière d’énergie et de climat, un délai qui n’a été respecté que par le Danemark, la Finlande, les Pays-Bas et la Suède, a déclaré le 1er juillet un porte-parole de la Commission européenne.

« La Commission exhorte vivement les autres États membres à mettre en œuvre leurs plans en matière d’énergie et de climat. La présentation en temps voulu de ces plans contribuera à déclencher les investissements nécessaires pour atteindre nos objectifs à l’horizon 2030 », a ajouté le porte-parole.

Laisser un commentaire

onze + 3 =