The Yangwang U9 EV

Jean Delaunay

Le constructeur automobile chinois BYD dévoile une supercar électrique d’une valeur de 215 000 € qui atteint la vitesse d’une Ferrari

BYD, son rival de Tesla, a déclaré que l’U9 pouvait accélérer jusqu’à 100 kilomètres par heure en 2,36 secondes.

Le constructeur automobile chinois BYD a dévoilé son véhicule le plus cher, une voiture électrique coûtant 1,68 million de yuans (215 000 €) et pouvant atteindre les mêmes vitesses qu’une Lamborghini et une Ferrari NV.

La supercar U9 fera partie de la marque de luxe Yangwang de BYD et sera initialement destinée au marché chinois, a annoncé la société lors d’un événement diffusé en direct à Shanghai.

BYD a déclaré que l’U9 sera capable d’atteindre une vitesse de pointe de 309,19 km/h et d’accélérer à 100 km/h en 2,36 secondes.

Bien que BYD vende principalement en Chine, l’entreprise souhaite se développer. Au dernier trimestre 2023, il est devenu le plus gros vendeur de véhicules électriques au monde, dépassant la Tesla d’Elon Musk.

La société est mieux connue pour ses véhicules électriques abordables, mais elle devrait lancer d’autres voitures de luxe cette année, comme la berline.

Bien que BYD vende principalement en Chine, l’entreprise souhaite se développer. Au dernier trimestre 2023, il est devenu le plus gros vendeur de véhicules électriques au monde, dépassant la Tesla d’Elon Musk.

L’entreprise ouvre sa première usine de véhicules électriques en Europe, qui se situera en Hongrie, près de la frontière avec la Serbie.

Cependant, la Commission européenne enquête sur la compétitivité chinoise sur le marché des véhicules électriques, y compris BYD.

L’UE accuse les constructeurs automobiles chinois de bénéficier d’aides d’État pour aider leurs véhicules électriques à concurrencer les véhicules fabriqués en Europe.

Mais BYD a rejeté cette allégation lundi.

« Notre succès n’est pas dû aux subventions, mais plutôt au fait que nous disposons d’une technologie unique. . . et notre efficacité de gestion est élevée », a déclaré Michael Shu, président européen de BYD, au Financial Times.

« C’est parce que nous avons investi dans cette technologie bien plus tôt et bien plus que nos concurrents. Ce n’est pas à cause de la subvention », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

huit − 2 =