Le comité d'éthique va éradiquer la corruption à Bruxelles, déclare le vice-président de la Commission européenne

Jean Delaunay

Le comité d’éthique va éradiquer la corruption à Bruxelles, déclare le vice-président de la Commission européenne

L’UE redouble d’efforts pour accroître la transparence et sa propre crédibilité à la suite du récent scandale de corruption du « Qatargate ». Lors de la Global Conversation, L’Observatoire de l’Europe s’est entretenu avec Vera Jourova, vice-présidente de la Commission européenne, pour parler des nouvelles mesures anti-corruption de l’institution.

L’Observatoire de l’Europe

Vera Jourova, merci beaucoup d’être sur L’Observatoire de l’Europe. Six mois se sont écoulés depuis le plus grand depuis l’un des plus grands scandales de corruption de l’histoire de l’Union européenne. Et selon les derniers sondages, la majorité des Européens, en fait, 60% d’entre eux sont mécontents de la façon dont l’UE gère la corruption. Êtes-vous surpris?

Věra Jourova

Cela ne me surprend pas, mais en même temps, cela me donne une autre impulsion pour faire quelque chose à ce sujet. Et peu importe où le scandale est apparu. C’était l’une des institutions, probablement l’échec plus des individus que du système. Mais que peuvent penser les citoyens ? Politiciens bien payés, ils ont des privilèges immérités. Nous ne savons pas quelles normes et s’il y a une certaine éthique. Vous savez, trop de questions et trop peu de réponses. C’est pourquoi nous avons proposé le paquet anti-corruption, qui couvre également les institutions de l’UE. Et aujourd’hui, j’ai présenté le tout premier organe européen d’éthique, qui couvrirait toutes les institutions clés de l’UE.

L’Observatoire de l’Europe

Parlons de ce nouvel organe d’éthique, car il établira des normes futures pour toutes les institutions de l’UE. Mais les ONG et les eurodéputés demandent que le contrôle ne soit pas lié à l’Union européenne mais qu’il soit indépendant. Pourquoi cela ne se produit-il pas ?

Věra Jourova

Eh bien, l’organisme d’éthique comble le vide, car imaginez simplement que chacune des institutions ait une structure interne qui devrait faire le travail. L’organe d’éthique ne doit pas se substituer à ces dispositions institutionnelles. Il y a des gens qui devraient poursuivre les fautes disciplinaires et sanctionner ces cas. Ainsi, le corps d’éthique comblera les lacunes, le toit au-dessus de toutes les institutions, et le travail sur les normes unifiées se reflétera alors dans le travail de chaque institution. Et pourquoi ne pas être indépendant ? Eh bien, je pense qu’il est important que le corps d’éthique soit composé de personnes qui connaissent le travail et le rôle de chaque institution. C’est pourquoi j’ai proposé quelque chose qui sera très pratique. Il y aura dix personnes assises autour de la table. Je parle du niveau politique, des vice-présidents de chaque institution ou d’un autre haut fonctionnaire. Et cinq experts indépendants seront invités à travailler avec les représentants des institutions. Je veux que l’organisme d’éthique soit significatif, pratique et transparent afin que les normes sur lesquelles l’organisme d’éthique se mettra d’accord soient connues du public. En référence à votre première question, ce que les gens peuvent penser de nous. Je pense qu’ils devraient connaître les règles concernant les voyages, les cadeaux, les déclarations de patrimoine et ce que font les politiques après le mandat. Eh bien, je pense que les gens ont le droit de voir des normes claires.

L’Observatoire de l’Europe

Par exemple, ces nouvelles normes empêcheront dans le futur directeur général de la commission de prendre des vols gratuits, des chambres d’hôtel gratuites payées par des acteurs étrangers comme le Qatar.

Věra Jourova

Honnêtement, je ne comprends pas comment cela peut se produire, car soit je suis en voyage d’affaires et puis il faut que ce soit béni par l’institution et payé par l’institution pour laquelle je travaille. Ou c’est un voyage privé et je le paie moi-même. Je ne vois pas de place pour autre chose. Et je pense que c’est exactement ce que le corps d’éthique devrait clarifier et nous devrions nous mettre d’accord là-dessus.

L’Observatoire de l’Europe

Pensez-vous également que les 700 eurodéputés sont en ligne pour pousser les normes plus haut ?

Věra Jourova

Si vous leur demandez à tous, ils vous diront que oui. J’ai parlé à de nombreux députés. Bien sûr, le Parlement est une institution spéciale : il y a des élus directs. Il y a toujours une discussion sur la liberté du mandat ou sur leurs immunités. C’est très juste de discuter de toutes ces choses. Mais en même temps, il devrait y avoir des normes égales suffisamment élevées pour tout le monde au Parlement. Nous voyons des opinions assez différentes de différents clubs politiques et je suis prêt à discuter avec tous.

L’Observatoire de l’Europe

Et qu’en est-il des enquêtes et des sanctions pour ces règles déontologiques ?

Věra Jourova

Eh bien, cela doit rester dans les institutions qui ont une base juridique solide pour le faire. Je sais que cela semble trop légaliste, mais je dois rappeler que cet organe d’éthique sera établi sur la base de l’accord, et ce n’est pas prévu dans le traité, et il ne sera pas établi sur la base de la loi. Une fois que vous travaillez pour un tel organisme établi par la loi, vous êtes autorisé à consulter des documents privés et différents types de documents. Vous êtes autorisé à enquêter sur le peuple et vous êtes autorisé à sanctionner le peuple. Et cela nécessite vraiment l’autorisation légale la plus forte possible. Et c’est pourquoi l’instance d’éthique n’en aura pas.

L’Observatoire de l’Europe

Nous avons un an d’avance sur les prochaines élections au Parlement européen. Craignez-vous que des acteurs étrangers essaient d’influencer la campagne et qu’ils pourraient en fait faire dérailler la campagne avant les élections législatives, par exemple, avec des campagnes de fausses nouvelles ou de la désinformation ?

Věra Jourova

Je crois qu’ils ne gagneront pas parce que nous faisons tout pour protéger les élections contre les manipulations cachées et contre les différentes formes d’ingérence. Mais que c’est sûr, il y aura une forte influence, et qu’il y aura une grosse pression de différents acteurs hostiles pour s’immiscer dans les processus électoraux. C’est pourquoi nous alertons déjà les États membres, qui ont l’obligation d’organiser les élections, de fortifier en quelque sorte les systèmes également contre les cyberattaques, mais aussi contre les campagnes coordonnées utilisant la désinformation.

L’Observatoire de l’Europe

Pour lutter contre l’influence étrangère, la Commission européenne propose également un nouveau paquet intitulé Défense de la démocratie. Mais les ONG protestaient contre cette législation, elles disaient qu’elle était très similaire à la loi russe sur les agents étrangers. Alors après ces critiques, allez-vous amender cette législation, pour satisfaire les ONG ?

Věra Jourova

La critique était basée sur le manque d’informations sur ce que nous prévoyons, et je ne critique personne. Je pense que c’est principalement à nous d’informer tous ceux qui pourraient se sentir concernés par ce que nous prévoyons. Ce que nous prévoyons, c’est un niveau élevé de transparence concernant les flux financiers vers l’Europe. Et je pense que c’est loin de la loi géorgienne ou même de la loi américaine ou de la loi australienne, qui est la loi sur la justice pénale. Pas d’étiquetage, pas d’agents étrangers, pas de stigmatisation. Nous voulons même inscrire dans la loi la garantie contre les possibles abus de la part de certains États membres : ne pas aller au-delà des demandes ou des exigences de la loi. Mais vous avez également posé des questions sur le processus. Nous avons admis que nous avions besoin de plus de temps pour deux choses : Pour les consultations intenses avec tous ceux qui se sont fait entendre et qui ont exprimé des préoccupations, en particulier les ONG, je vais simplifier cela. Mais beaucoup, beaucoup d’autres également des lieux officiels des États membres, nous avons entendu beaucoup de points d’interrogation. J’utiliserai cet été pour des consultations sur la base du texte déjà très précis afin que nous sachions de quoi nous parlons. La deuxième chose que nous devons faire est d’essayer de collecter des données, ce qui nous donnera plus de certitude quant à l’ampleur du problème. La collecte de telles données n’est pas une chose aisée car elles sont principalement détenues par les États membres, les services secrets et les agences de sécurité. Nous explorons donc maintenant la manière d’obtenir des données fiables. Donc on va faire deux choses pendant l’été et puis à l’automne, on y reviendra. Parce que je suis convaincu que nous avons besoin d’une telle loi. Et si ce n’est pas le cas, nous serons le seul espace démocratique qui n’a pas de loi qui veut au moins accroître la transparence et nous donner une chance de savoir qui est payé par les gouvernements des pays tiers. C’est la dernière chose que je veux dire sur le fond car aussi il y avait une critique que tout l’argent venait de l’étranger. Non, il s’agira de l’argent versé par les gouvernements et les organisations étatiques des pays tiers.

L’Observatoire de l’Europe

Pensez-vous que les plateformes de médias sociaux, les grandes plateformes de médias sociaux, en font assez pour lutter contre la désinformation parce que le système européen actuel est basé sur le volontariat et que Twitter quitte même ce système ?

Věra Jourova

Eh bien, nous aurons bientôt la loi sur les services numériques en vigueur et ce sera une législation lourde juridiquement contraignante qui vise à accroître la responsabilité des plateformes. Et c’est une réaction à quelque chose que nous avons vu évoluer au fil des ans, à savoir que les plateformes s’accaparent trop de pouvoir et hésitent à assumer les responsabilités pertinentes. Avant cela et parallèlement à cela, nous avons le code de conduite contre la désinformation, qui est en effet un accord volontaire. À l’heure actuelle, nous avons 44 signataires. Nous avons toutes les grandes plateformes sauf Twitter. Nous pouvons en faire beaucoup, mais bien sûr, il y a encore des lacunes. Ce que je veux changer: tout d’abord, pour lutter contre la désinformation pro-Russie et pro-Kremlin, car il s’agit d’un cas clair, le mot propagande doit être supprimé et nous sommes dans la guerre de l’information et il ne devrait donc pas y avoir compromis. Deuxièmement, nous voulons que les plateformes modèrent et investissent constamment dans la vérification des faits. Cela ne peut pas être fait uniquement en anglais ou en allemand. Il doit être fait dans toutes les langues des États membres. Et le plus délicat, c’est que plus on va à l’Est de l’Europe, plus la pression de la propagande russe apparaît. Nous voulons donc qu’ils investissent en fait, en vérifiant dans ces pays. Nous voyons une grande influence de la propagande russe sur la Slovaquie, sur l’opinion publique bulgare. Nous constatons des pressions accrues sur les communautés allemandes et en particulier l’utilisation de certains mandataires nationaux. Et c’est une nouveauté alors que la propagande russe est prise en charge par les partis extrémistes de l’UE. C’est une nouvelle étape dangereuse. Donc meilleure modération. La troisième chose que nous attendons des plateformes, c’est de permettre aux chercheurs d’avoir un meilleur accès aux données. Nous avons besoin des chercheurs pour analyser la situation. Quand je dis nous, nous sommes les décideurs parce que je voudrais qu’Internet et les médias sociaux restent la zone libre de la liberté d’expression. Donc aussi mon souci n’est pas de dépasser les règles que nous prenons mais de venir avec des mesures proportionnées et nécessaires. Nous devons savoir ce qui se passe et les chercheurs devraient nous aider avec une sorte d’analyse sérieuse. La première chose et c’est un nouvel agenda, et j’ai demandé lundi aux plateformes d’envisager le nouveau développement de l’intelligence artificielle générative. Et là encore, le code peut être un véhicule rapide, une réponse rapide.

Laisser un commentaire

5 × 2 =