Le cognac de Macron, la seule chose qui s'est bien passée avec Xi

Martin Goujon

Le cognac de Macron, la seule chose qui s’est bien passée avec Xi

PARIS — À l’occasion du premier jour de Xi Jinping en Europe après cinq ans d’absence du continent, le président français Emmanuel Macron lui a offert un cadeau hautement symbolique : plusieurs bouteilles des cognacs les plus exquis de France.

Ce n’était pas l’indice le plus subtil. L’enquête antidumping de la Chine sur les liqueurs européennes à base de vin, ciblant en grande partie les producteurs français de cognac, est considérée comme des représailles à la décision de l’Union européenne d’ouvrir plusieurs enquêtes contre Pékin sur des soupçons de pratiques commerciales déloyales dans des secteurs tels que les véhicules électriques et la fabrication de dispositifs médicaux.

En échange, Xi a offert ses propres édulcorants : une promesse de ne pas imposer de droits de douane préventifs sur les eaux-de-vie françaises et un soutien à la « trêve olympique » de Macron.

Mais contrairement aux boissons alcoolisées de Macron, les offres de Xi pourraient ne pas baisser autant.

Au cours de la visite d’État de deux jours du dirigeant chinois qui a débuté lundi, Macron avait espéré assouplir la position de Pékin sur plusieurs questions clés, notamment les déséquilibres commerciaux et le partenariat « sans limites » du pays avec la Russie.

Ce que Macron a obtenu, c’est un Xi aux oreilles plombées, qui soit niait l’existence de problèmes, soit offrait de modestes concessions qui nécessitaient très peu de sacrifices de la part de la Chine, soit déformait carrément l’implication de la Chine dans la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

Concernant l’Ukraine, le dirigeant chinois a réitéré qu’il ne livrerait pas d’armes à la Chine et qu’il « contrôlerait strictement » les exportations d’équipements à double usage vers la Russie – des positions que son pays a déjà exposées publiquement.

Xi a essentiellement passé sous silence les inquiétudes de l’Occident selon lesquelles la Chine aurait contribué à maintenir l’économie russe à flot en fournissant au pays des biens de consommation qui ne sont plus disponibles sur les marchés occidentaux en raison des sanctions. Il y a ensuite le problème de la Chine qui est accusée de dire une chose mais d’en faire une autre lorsqu’il s’agit de tendre une bouée de sauvetage à des partenaires belligérants comme la Russie et la Corée du Nord.

Xi a utilisé sa déclaration la plus ferme lors de sa visite pour lancer un coup voilé à Washington et à d’autres pays occidentaux qui accusent Pékin de soutenir le Kremlin alors qu’il mène la guerre contre l’Ukraine.

« Nous nous opposons à l’utilisation de la crise ukrainienne pour rejeter la faute, diffamer un pays tiers et inciter à une nouvelle guerre froide », a déclaré M. Xi lundi.

La référence à une « nouvelle guerre froide », le jargon du Parti communiste chinois généralement utilisé pour fustiger toute manœuvre géopolitique de Washington détestée par Pékin, pourrait toucher une corde sensible chez Macron, qui a cherché à développer l’Europe en tant que puissance militaire et économique stratégiquement autonome, indépendante de La Chine ou les États-Unis.

À la fin de la première journée de Xi à Paris, l’ambiance à l’Elysée était prudemment optimiste, plusieurs conseillers voyant des lueurs d’espoir dans les négociations, notamment sur l’Ukraine.

Xi a peut-être également réussi à creuser un fossé entre Macron, von der Leyen et Olaf Scholz. | Photo de la piscine par Sarah Meyssonnier via AFP/Getty Images

Lors de déclarations conjointes à la presse, Xi a annoncé qu’il soutenait l’appel du président français à une « trêve olympique », que Macron considérait comme une opportunité de « travailler à une résolution durable (des conflits) dans le plein respect du droit international ».

Mais alors que la Russie prend l’avantage sur le champ de bataille en Ukraine et se préparerait apparemment à une offensive au cours de l’été, parler d’une trêve pendant les Jeux olympiques semble être un vœu pieux compte tenu de la réalité sur le terrain.

Selon Marc Julienne, spécialiste de la Chine au groupe de réflexion IFRI, basé à Paris, la bonne volonté de la Chine sur ce dossier n’est « pas un réel gain » pour la France, car c’est de toute façon ce que Pékin souhaite.

« Le soutien à la proposition de trêve pendant les Jeux olympiques du président français est cohérent avec le soutien de la Chine à un cessez-le-feu, sans aucune action dans ce sens », a-t-il déclaré.

Macron a plaidé ces dernières semaines pour que la Chine et l’Europe établissent des relations commerciales « plus équilibrées » et a abordé ce sujet de front lundi lors d’une discussion à trois avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Macron a également souligné le sursis accordé aux tarifs préférentiels sur les cognacs français comme une victoire. Il a félicité Xi « pour son ouverture sur les mesures provisoires sur le cognac français et son souhait de ne pas les voir appliquées ».

Mais ce que Xi n’a pas dit, c’est qu’il était totalement opposé aux droits de douane sur le cognac français. Au lieu de cela, le ministère chinois des Affaires étrangères a cité Xi niant le « soi-disant « problème de la surcapacité de la Chine » ».

Xi a peut-être également réussi à creuser un fossé entre Macron, von der Leyen et Olaf Scholz. L’absence du chancelier allemand a été l’éléphant dans la pièce, car les analystes ont émis l’hypothèse qu’il n’était peut-être pas présent afin de ne pas risquer d’alimenter la colère de Pékin contre les véhicules électriques.

Ces réalités permettent à Xi de « licencier » facilement von der Leyen, a noté l’analyste de politique étrangère Ulrich Speck.

« Tant que Scholz et Macron se rapprochent de Xi, essayant d’approfondir les relations économiques et d’atténuer les critiques sur les questions géopolitiques, les messages délivrés par von der Leyen ne sont pas très crédibles », a écrit Speck.

Laisser un commentaire

cinq × trois =