Graphic depicting gender inequality.

Milos Schmidt

Le chômage mondial devrait augmenter cette année, malgré une baisse en 2023

L’Organisation internationale du travail prévient que le chômage mondial pourrait augmenter en 2024, parallèlement à la persistance de l’inflation et des difficultés économiques dans les États du G20.

Les taux de chômage et de pénurie d’emplois sont tombés en dessous des niveaux d’avant la pandémie, selon un nouveau rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT).

Le taux de chômage fait référence au nombre de personnes sans emploi qui recherchent activement un emploi.

Selon le rapport de l’OIT intitulé Tendances mondiales de l’emploi et des questions sociales : 2024 (WESO Trends), le chômage mondial a diminué de 5,3 % à 5,1 % en 2023.

Ces chiffres surviennent après que l’Office statistique de l’UE a publié hier des résultats similaires pour la zone euro. Là-bas, le taux de chômage est tombé à 6,4 % en novembre 2023, contre 6,5 % le mois précédent et 6,7 % l’année précédente.

Toutefois, l’étude de l’OIT prévoit qu’environ deux millions de personnes supplémentaires chercheront un emploi cette année, ce qui pourrait faire passer le taux de chômage mondial de 5,1 % en 2023 à 5,2 %.

Le rapport souligne que le niveau de vie pourrait ne pas s’améliorer en raison de l’inflation et de la baisse des revenus dans la plupart des pays du G20, où l’amélioration de la qualité de vie ne devrait pas se produire rapidement.

« La baisse du niveau de vie et la faible productivité, combinées à une inflation persistante, créent les conditions d’une plus grande inégalité et sapent les efforts visant à instaurer la justice sociale », a déclaré le Directeur général de l’OIT, Gilbert Houngbo. « Et sans une plus grande justice sociale, nous n’aurons jamais de reprise durable. »

Gilbert F. Houngbo prononce son discours au siège européen des Nations Unies à Genève, Suisse, le 14 juin 2023.
Gilbert F. Houngbo prononce son discours au siège européen des Nations Unies à Genève, Suisse, le 14 juin 2023.

Houngbo a également souligné que les « déséquilibres » ne sont pas seulement un aspect temporaire de la reprise après la pandémie, mais plutôt « structurels ».

L’OIT a observé des différences notables entre les pays à revenu élevé et les pays à faible revenu. L’année dernière, les pays à revenu élevé avaient un taux d’écart d’emploi de 8,2 %, bien inférieur aux 20,5 % des pays à faible revenu. Le chômage est resté à 4,5 % dans les pays à revenu élevé, tandis qu’il était de 5,7 % dans les pays à faible revenu.

La pauvreté au travail devrait également persister. Le nombre d’employeurs confrontés à l’extrême pauvreté (< 1,97 € par personne et par jour en termes de parité de pouvoir d’achat (PPA)) a augmenté d’environ un million en 2023. Le nombre d’employeurs confrontés à une pauvreté modérée (< 3,34 € par jour et par personne en termes de PPA) a augmenté de 8,4 millions. dans la même année.

Les inégalités de revenus se sont également creusées, prévient le rapport WESO Trends, soulignant que l’érosion du revenu disponible réel « est de mauvais augure pour la demande globale et pour une reprise économique plus durable ».

Les taux de travail informel devraient rester les mêmes, représentant environ 58 % de la main-d’œuvre mondiale en 2024.

L’écart entre les sexes et les disparités d’âge persistent malgré des améliorations

Après la pandémie, la participation des femmes au marché du travail s’est rapidement améliorée, mais un écart notable entre les sexes persiste, en particulier dans les pays émergents.

Des manifestants à l'hôtel de ville de Brême lors d'un rassemblement du DGB, réclamant une meilleure formation dans les domaines à prédominance féminine et s'attaquant à l'écart salarial entre les sexes pour lutter contre les pénuries de compétences.  mars 2023
Des manifestants à l’hôtel de ville de Brême lors d’un rassemblement du DGB, réclamant une meilleure formation dans les domaines à prédominance féminine et s’attaquant à l’écart salarial entre les sexes pour lutter contre les pénuries de compétences. mars 2023

Des défis subsistent également en matière de chômage des jeunes. Le nombre de jeunes femmes appartenant au groupe NEET (pas d’emploi, d’études ou de formation) reste élevé, ce qui constitue un obstacle à leurs futures opportunités d’emploi.

Le rapport révèle également que les personnes qui réintègrent le marché du travail après la pandémie travaillent moins d’heures qu’auparavant, et que le nombre de jours de maladie pris a considérablement augmenté.

Le déficit de compétences et la faiblesse de la productivité

Après une brève augmentation suite à la pandémie, la productivité est revenue aux faibles niveaux de la dernière décennie. L’une des raisons à cela est l’allocation importante des investissements vers des secteurs moins productifs tels que les services et la construction, selon l’étude.

La pénurie de compétences et le contrôle exercé par les grands monopoles numériques constituent un autre frein à l’adoption de la technologie, en particulier dans les pays en développement et dans les secteurs dominés par des entreprises moins productives.

« Les défis liés à la main-d’œuvre (…) constituent une menace à la fois pour les moyens de subsistance des individus et pour les entreprises et il est essentiel que nous les affrontions efficacement et rapidement », a déclaré Houngbo.

Laisser un commentaire

trois × quatre =