Visit of Philippe Lazzarini, Commissioner-General of the United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East (UNRWA), to the European Commission

Jean Delaunay

Le chef de l’UNRWA n’a pas l’intention de démissionner suite à des allégations et espère que l’UE continuera à financer

Le chef de l’UNRWA, Pierre Lazzarini, a déclaré lundi qu’il n’avait pas l’intention de démissionner et espérait que l’UE continuerait à financer son agence, après les allégations d’implication de certains membres de son personnel dans l’attaque du Hamas contre Israël.

« Non, je n’ai pas l’intention de démissionner », a déclaré Lazzarini, qui dirige l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, aux journalistes à Bruxelles à l’issue d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE.

Des membres du gouvernement israélien dirigé par Benjamin Netanyahu ont appelé Lazzarini à démissionner après que de graves allégations contre ses collaborateurs ont fait surface.

« Nous avons un gouvernement qui réclame (ma) démission. Nous pourrions avoir d’autres voix, mais je n’ai entendu aucun autre gouvernement », a expliqué Lazzarini.

Le mois dernier, Tel Aviv a affirmé que 12 membres du personnel de l’UNRWA étaient impliqués dans les attaques du 7 octobre lancées par le Hamas contre Israël, qui ont tué plus de 1 200 Israéliens et déclenché une guerre à Gaza qui a coûté la vie à plus de 26 000 Palestiniens.

Cette grave accusation, révélée par Israël le jour même où le plus haut tribunal de l’ONU lui a ordonné de prévenir le génocide à Gaza, a fait craindre une éventuelle infiltration du Hamas, désigné organisation terroriste par l’UE, dans l’agence onusienne financée par l’Occident.

Lazzarini a toutefois suggéré qu’Israël n’avait pas encore fourni de preuves pour étayer ses accusations.

Au cours du week-end, les forces de défense israéliennes ont également affirmé avoir découvert le centre de données et de communications du Hamas dans un tunnel situé directement sous le siège de l’UNRWA à Gaza. Lazzarini a depuis dit il n’avait aucune connaissance du tunnel.

Suite à des discussions avec des représentants de la Commission européenne, Lazzarini a déclaré qu’il y avait un « engagement mutuel » pour répondre aux préoccupations qui ont poussé l’exécutif européen à lancer une révision du financement de l’UNRWA.

Alors que la Commission a assuré que son aide humanitaire se poursuivrait « sans relâche » à la suite de ces allégations, elle a suggéré que son don de 82 millions d’euros d’aide au développement, attendu fin février, serait conditionné à ce que l’UNRWA vérifie ses procédures de recrutement, renforce ses mécanismes de contrôle interne et vérifie ses 30 000 candidats. un effectif solide.

Lazzarini a déclaré que ses conversations avec les commissaires sur cette question avaient été « très constructives ».

Josep Borrell, le chef de la politique étrangère du bloc, a fortement suggéré que les liquidités de l’UE circuleraient comme prévu étant donné que l’UNRWA avait lancé l’enquête demandée par le bloc.

« La Commission n’a jamais demandé que l’enquête soit terminée, mais qu’elle soit lancée », a déclaré Borrell. « Nous sommes suffisamment intelligents pour comprendre que cela ne peut pas être terminé en 20 jours. »

L’examen indépendant de l’UNRWA est dirigé par l’ancienne ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna. Un rapport intermédiaire est attendu fin mars.

Le définancement de l’UNRWA « affectera les Européens »

Plusieurs pays ont suspendu leurs paiements à l’UNRWA à la suite du scandale. Il s’agit notamment de l’Australie, de l’Autriche, du Canada, de l’Allemagne, de l’Italie, des Pays-Bas, du Royaume-Uni et des États-Unis, ce qui porte un coup dévastateur à l’agence qui dépend des donateurs.

Lazzarini a déclaré que si les gouvernements maintenaient leurs décisions, cela priverait l’UNRWA de 450 millions de dollars (418 millions d’euros) pour cette seule année. Il a indiqué qu’il était en contact avec « un certain nombre de pays » pour évaluer leurs attentes afin de permettre le déblocage de ces fonds.

Sans gel du financement, la trésorerie de l’agence aurait été assurée jusqu’en juillet, a souligné Lazzarini, mais les suspensions annoncées signifient qu’elle serait négative à partir de mars.

Borrell, provocateur, a déclaré que de telles décisions équivalaient à une « punition collective » plutôt qu’à une « responsabilité individuelle ».

« Mettre fin au soutien de l’UNRWA signifierait l’interruption des services vitaux pour des millions de personnes dans le besoin et une plus grande catastrophe humanitaire à Gaza, ce qui doit être évité », a déclaré Borrell aux journalistes.

« Non seulement parce qu’il s’agit d’un impératif humanitaire. Mais aussi parce que cela aurait des répercussions dangereuses sur la stabilité régionale et affecterait également les Européens. »

Alors que sept États membres ont suspendu leur financement, d’autres pays, comme l’Espagne, la Belgique et l’Irlande, ont fermement soutenu le rôle de l’agence dans les territoires palestiniens et dans la région au sens large, certains appelant même la Commission à augmenter son aide financière.

Dans ses remarques de lundi, Borrell a critiqué le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour ses tentatives d’« annuler » le travail de l’UNRWA. Il a assuré que ce n’est que lorsque le statut d’État aura été accordé aux Palestiniens que le travail de l’agence pourra être légitimement interrompu, affirmant que son existence 75 ans après sa création était en soi « déplorable ».

Dimanche, une commission du parlement israélien, la Knesset, a approuvé un projet de loi visant à mettre fin aux opérations de l’UNRWA à Jérusalem, et sera voté en préliminaire mercredi.

La situation à Rafah est « extraordinairement difficile »

Lazzarini a également dénoncé la situation à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, qui, selon Israël, est le dernier bastion du Hamas et où, du jour au lendemain, les forces israéliennes ont lancé une offensive militaire. On estime qu’environ 1,4 million de Palestiniens se trouvent dans la région après avoir fui d’autres parties de Gaza.

Israël leur a ordonné d’évacuer, mais Borrell a expliqué son incrédulité face à cette demande étant donné qu’ils ne peuvent pas fuir vers le sud au-delà de la frontière égyptienne.

« Ils vont évacuer où ? Vers la lune ? Où vont-ils évacuer ces gens ? » » il a interrogé.

Lazzarini a expliqué que les agences de l’ONU sont incapables d’opérer avec le minimum de protection requis parce que la police locale « pourrait ne plus être fonctionnelle, car beaucoup d’entre eux ont été tués » et que de nombreux officiers sont réticents à aider parce que les convois humanitaires ont été ciblés par « des centaines de personnes ». des jeunes. »

« Les prochains jours nous diront si oui ou non, nous pourrons continuer à opérer dans un environnement extraordinaire, extraordinaire et stimulant », a-t-il expliqué.

Laisser un commentaire

9 − 9 =