A man walks past a banner showing missiles being launched from an Iranian map in Tehran, April 19, 2024

Jean Delaunay

Le chef de l’AIEA en Iran veut des contrôles plus stricts sur le programme nucléaire du pays

L’Iran a limité la capacité de l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU à effectuer des contrôles appropriés sur ses activités nucléaires et l’organisme est confronté à un certain nombre d’autres obstacles imposés par Téhéran.

Le chef de l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU, Rafael Grossi, est en Iran pour demander des contrôles plus stricts sur le programme nucléaire du pays.

L’AIEA est confrontée à des difficultés croissantes pour surveiller l’évolution rapide du programme nucléaire de la République islamique, exacerbées par les tensions dans tout le Moyen-Orient à propos de la guerre entre Israël et le Hamas.

Le chef de l’AIEA, Rafael Grossi, à propos de son voyage en Iran

Grossi a déjà averti que Téhéran dispose de suffisamment d’uranium enrichi à un niveau proche de celui d’une arme nucléaire pour fabriquer « plusieurs » bombes nucléaires.

Il a reconnu que l’agence ne peut pas garantir qu’aucune des centrifugeuses iraniennes n’ait été retirée à des fins d’enrichissement secret.

Mais le chef de l’organisation iranienne de l’énergie atomique a déclaré que la coopération avec l’AIEA et l’adhésion au Traité de non-prolifération nucléaire « étaient en tête des politiques et de la stratégie de la République islamique ».

« 22 pour cent des inspections de l’AIEA sont effectuées en Iran. Un tel nombre d’inspections n’a jamais été effectué dans aucun pays au cours de l’histoire », a déclaré Mohammad Eslami.

Mais conformément aux responsables qui ont toujours soutenu que le programme nucléaire iranien était à des fins pacifiques, Téhéran « développera la technologie nucléaire avec détermination ».

Mais l’Iran a limité la capacité de l’AIEA à effectuer des contrôles appropriés sur ses activités nucléaires et l’agence des Nations Unies est confrontée à plusieurs défis, depuis l’incapacité de Téhéran à expliquer les traces d’uranium trouvées sur des sites non déclarés jusqu’à l’interdiction de presque tous les meilleurs experts en enrichissement de l’AIEA.

Accord historique

L’accord nucléaire historique, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global commun, a été signé par l’Iran, principalement des pays occidentaux, et l’Union européenne en 2015.

Cet accord a permis à l’Iran de bénéficier d’un allègement des sanctions en échange de limites imposées à ses activités nucléaires, en particulier au degré auquel il enrichit l’uranium.

Le directeur général de l'AIEA, Rafael Grossi, s'exprime lors de sa rencontre avec le ministre iranien des Affaires étrangères à Téhéran, le 6 mai 2024.
Le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, s’exprime lors de sa rencontre avec le ministre iranien des Affaires étrangères à Téhéran, le 6 mai 2024.

Mais l’accord a déraillé en 2018 lorsque le président de l’époque, Donald Trump, en a retiré les États-Unis, le qualifiant de « pire accord de l’histoire ».

La Maison Blanche a ensuite imposé une série de nouvelles sanctions contre l’Iran, adoptant une campagne de « pression maximale » dans le but de forcer le pays à limiter ses activités nucléaires.

Cette campagne a eu l’effet inverse, éloignant encore davantage l’Iran de ses engagements dans le cadre du JCPOA. L’Iran a depuis commencé à dépasser les limites convenues d’uranium enrichi et a développé de nouvelles centrifugeuses.

Laisser un commentaire

vingt − 2 =