Biden and former President Donald Trump have very different records on climate change and approaches to the environment.

Milos Schmidt

Le changement climatique préoccupe de plus en plus de personnes – et pourrait être un facteur décisif lors des élections de 2024

Biden et Trump ont des bilans très différents en matière de changement climatique. Comment les analystes pensent-ils que cela pourrait affecter les électeurs ?

Si vous demandez aux électeurs américains quels sont leurs principaux problèmes, la plupart évoqueront des problèmes de table comme l’économie, l’inflation, la criminalité, les soins de santé ou l’éducation.

Moins de 5 % des personnes interrogées dans les enquêtes Gallup de 2023 et 2024 ont déclaré que le changement climatique était le problème le plus important auquel le pays était confronté.

Malgré cela, les recherches que j’ai menées avec mes collègues suggèrent que les préoccupations liées au changement climatique ont eu un effet significatif sur les choix des électeurs lors des deux dernières élections présidentielles.

Les opinions sur le changement climatique pourraient même avoir eu un effet suffisamment important pour modifier le résultat des élections de 2020 en faveur du président Joe Biden.

Telle est la conclusion d’une analyse des données d’un sondage que nous avons publiée le 17 janvier 2024, par l’intermédiaire du Center for Social and Environmental Futures de l’Université du Colorado.

Qu’est-ce qui explique ces résultats et quel effet le changement climatique pourrait avoir sur les élections de 2024 ?

La conversation

Mesurer l’effet du changement climatique sur les élections

Nous avons utilisé les données d’enquêtes de 2016 et 2020 de l’organisation non partisane Voter Study Group pour analyser les relations entre les choix présidentiels de milliers d’électeurs lors des deux dernières élections avec leurs données démographiques et leurs opinions sur 22 questions différentes, y compris le changement climatique.

L’enquête demandait aux électeurs d’évaluer l’importance du changement climatique selon quatre options : « sans importance », « pas très important », « assez important » ou « très important ».

En 2020, 67 pour cent des électeurs ont jugé le changement climatique « assez important » ou « très important », contre 62 pour cent en 2016. Parmi ces électeurs jugeant le changement climatique comme important, 77 pour cent ont soutenu Biden en 2020, contre 69 pour cent. pour cent qui ont soutenu Hillary Clinton en 2016.

Cela suggère que l’opinion sur le changement climatique a conféré aux démocrates un avantage électoral croissant.

À l’aide de deux modèles statistiques différents, nous avons estimé que l’opinion sur le changement climatique aurait pu déplacer la marge du vote populaire national de 2020 (part des voix démocrates moins part des voix républicaines) de 3 % ou plus en faveur de Biden. En utilisant un modèle de collège électoral, nous avons estimé qu’un écart de 3 pour cent aurait été suffisamment important pour modifier le résultat de l’élection en sa faveur.

Ces tendances font écho aux résultats d’un sondage de novembre 2023. Ce sondage a révélé que davantage d’électeurs font confiance à l’approche des démocrates en matière de changement climatique, par rapport à l’approche des républicains sur la question.

Qu’est-ce qui pourrait expliquer l’effet du changement climatique sur le vote

Ainsi, si la plupart des électeurs – même les démocrates – ne placent pas le changement climatique comme leur principal problème, comment l’opinion sur le changement climatique aurait-elle pu faire pencher l’élection présidentielle de 2020 ?

Notre analyse n’a pas pu répondre directement à cette question, mais voici trois hypothèses éclairées.

Premièrement, les récentes élections présidentielles ont été extrêmement serrées. Cela signifie que l’opinion sur le changement climatique n’aurait pas besoin d’avoir un effet très important sur le vote pour modifier les résultats des élections. En 2020, Biden a remporté la Géorgie par environ 10 000 voix – 0,2 % des suffrages exprimés – et il a remporté le Wisconsin par environ 20 000 voix, soit 0,6 % des suffrages exprimés.

Deuxièmement, les candidats qui nient que le changement climatique est réel ou qu’il constitue un problème pourraient rebuter certains électeurs modérés, même si le changement climatique n’était pas leur principal sujet de préoccupation.

Les preuves scientifiques de la réalité du changement climatique sont si solides que si un candidat devait nier la science fondamentale du changement climatique, certains électeurs modérés pourraient se demander s’ils doivent faire confiance à ce candidat en général.

Troisièmement, certains électeurs commencent peut-être à voir les liens entre le changement climatique et les questions de table qu’ils considèrent comme des priorités plus élevées que le changement climatique. Par exemple, il existe des preuves solides que le changement climatique affecte la santé, la sécurité nationale, l’économie et les modèles d’immigration aux États-Unis et dans le monde.

Où en sont les candidats

Biden et l’ancien président Donald Trump ont des bilans très différents en matière de changement climatique et d’approches en matière d’environnement.

Trump a déjà qualifié le changement climatique de « canular ».

En 2017, Trump a retiré les États-Unis de l’Accord de Paris, un traité international qui engage légalement les pays à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Biden est revenu sur cette décision en 2021.

Pendant son mandat, Trump a annulé 125 règles et politiques environnementales visant à protéger l’air, l’eau, la terre et la faune du pays, arguant que ces réglementations nuisaient aux entreprises.

Biden a rétabli bon nombre de ces réglementations. Il a également ajouté plusieurs nouvelles règles et réglementations, notamment l’obligation pour les entreprises de divulguer publiquement leurs émissions de gaz à effet de serre.

La raffinerie Shell Norco le long du fleuve Mississippi.  Les États-Unis sont devenus le premier producteur mondial de pétrole et de gaz.
La raffinerie Shell Norco le long du fleuve Mississippi. Les États-Unis sont devenus le premier producteur mondial de pétrole et de gaz.

Biden a également signé trois lois majeures qui prévoient chacune des dizaines de milliards de dépenses annuelles pour lutter contre le changement climatique. Deux de ces lois étaient bipartites.

D’un autre côté, les États-Unis sont également devenus le plus grand producteur mondial de pétrole et de gaz et le plus grand exportateur de gaz naturel pendant le mandat de Biden.

Au cours de la campagne actuelle, Trump a promis de supprimer les subventions aux énergies renouvelables et aux véhicules électriques, d’augmenter la production nationale de combustibles fossiles et d’abroger les réglementations environnementales.

Dans la pratique, certains de ces efforts pourraient se heurter à l’opposition des républicains du Congrès, outre celle des démocrates.

L’opinion publique varie sur les politiques climatiques particulières adoptées par Biden. Néanmoins, agir contre le changement climatique reste bien plus populaire que ne rien faire.

Par exemple, un sondage de Yale réalisé en novembre 2023 a révélé que 57 % des électeurs préféreraient un candidat qui soutient l’action contre le réchauffement climatique à un candidat qui s’y oppose.

Ce que cela signifie pour 2024

Notre étude a révélé qu’entre les élections présidentielles de 2016 et 2020, le changement climatique est devenu de plus en plus important pour les électeurs, et l’importance que les électeurs accordent au changement climatique est devenue de plus en plus prédictive du vote pour les démocrates.

Si ces tendances se poursuivent, le changement climatique pourrait donner aux démocrates un avantage électoral encore plus important en 2024.

Bien entendu, cela ne signifie pas nécessairement que les démocrates remporteront les élections de 2024.

Par exemple, notre étude estime que le changement climatique a donné un avantage aux démocrates en 2016, et pourtant, Trump a quand même remporté cette élection en raison d’autres problèmes.

L’immigration est actuellement la principale question pour une pluralité d’électeurs, et de récents sondages nationaux suggèrent que Trump mène actuellement la course à la présidentielle de 2024 contre Biden.

Bien qu’une majorité d’électeurs préfèrent actuellement les positions climatiques des démocrates, cela n’est pas toujours vrai.

Par exemple, les démocrates risquent de perdre des électeurs lorsque leurs politiques imposent des coûts économiques ou lorsqu’elles sont présentées comme anticapitalistes, raciales ou trop pessimistes. Certaines politiques climatiques soutenues par les républicains, comme la tentative d’accélérer les projets d’énergies renouvelables, sont populaires.

Néanmoins, si les élections avaient lieu aujourd’hui, l’ensemble des preuves suggère que la plupart des électeurs préféreraient un candidat soucieux du climat, et que la plupart des électeurs soucieux du climat préfèrent actuellement un démocrate.

Laisser un commentaire

8 − cinq =