Climate change could be impacting babies’ birth weights, a new study has found.

Milos Schmidt

Le changement climatique pourrait avoir un impact sur le poids de naissance des bébés, révèle une nouvelle étude

L’exposition à des températures extrêmes pourrait avoir un impact sur le poids de naissance des bébés, selon une nouvelle étude.

Le changement climatique pourrait avoir un impact sur le poids de naissance des bébés, révèle une nouvelle étude.

L’exposition au stress dû au froid ou à la chaleur, en particulier aux derniers stades de la grossesse, pourrait conduire à la naissance d’enfants trop grands ou trop petits pour leur âge gestationnel.

Le poids à la naissance peut avoir un impact sur le développement d’un enfant et sur ses chances de survie. Cela peut également indiquer leur vulnérabilité à la maladie à l’âge adulte.

Quel est l’impact du stress dû au froid et à la chaleur sur le poids à la naissance ?

L’étude, réalisée par des chercheurs de la Curtin School of Population Health de Perth, a examiné plus de 385 000 grossesses en Australie occidentale entre 2000 et 2015.

À l’aide de l’indice climatique thermique universel (UTCI), qui décrit le confort physiologique du corps humain dans des conditions spécifiques, l’exposition au stress thermique ou froid a été examinée.

L’exposition de 12 semaines avant la conception jusqu’à la naissance a été analysée pour déterminer si elle avait un impact sur le poids à la naissance.

Sur l’échantillon étudié, 9,8 pour cent des enfants sont nés trop petits et 9,9 pour cent sont nés trop grands pour leur âge gestationnel.

Les chercheurs ont découvert que l’exposition à un froid extrême ou à un stress thermique pendant la grossesse augmentait le risque de poids anormal à la naissance.

Selon les chercheurs, cela pourrait être dû au fait que les expositions au stress thermique augmentent la déshydratation et induisent un stress oxydatif et des réponses inflammatoires systémiques, ce qui peut avoir un impact négatif sur la santé du fœtus.

Qui est le plus exposé au stress dû à la chaleur et au froid ?

L’exposition biothermique moyenne se situait entre 8,1 et 30 °C, indiquant un léger stress dû au froid à l’extrémité inférieure et un stress thermique modéré à l’extrémité supérieure de l’échelle UTCI.

Les 1 pour cent de personnes les plus exposées à l’extrémité supérieure ou inférieure de cette échelle de température étaient les plus susceptibles de constater des changements dans leur poids à la naissance.

Cela était particulièrement vrai pour celles exposées à un stress thermique au cours des dernières étapes de la grossesse.

Le risque est devenu plus élevé pour certains groupes, notamment les personnes non blanches, les naissances masculines, les grossesses chez les personnes âgées de 35 ans ou plus, celles vivant dans les zones rurales et celles qui fumaient pendant la grossesse.

Cela s’ajoute aux preuves croissantes de la menace que le changement climatique fait peser sur la santé reproductive. En plus de rendre les vagues de chaleur et de froid plus fréquentes, elles alimentent les maladies à transmission vectorielle, les catastrophes naturelles et la rareté des ressources, qui ont toutes des conséquences néfastes sur la santé.

Laisser un commentaire

5 × quatre =