Le changement climatique fait des ravages en Serbie alors que les cultures souffrent après une chaleur extrême après les inondations

Jean Delaunay

Le changement climatique fait des ravages en Serbie alors que les cultures souffrent après une chaleur extrême après les inondations

Les agriculteurs serbes ressentent les effets du changement climatique sur les récoltes de cette année alors que la chaleur extrême suit les inondations.

Les températures montent en flèche dans toute l’Europe, et la Serbie ne fait pas exception. Stimulées par le changement climatique, les températures ont grimpé au-dessus de 40 degrés Celsius la semaine dernière et devraient rester élevées tout au long de cette semaine.

La chaleur crée une situation désespérée pour les agriculteurs qui, à peine deux mois plus tôt, faisaient face à d’importantes inondations.

Le pays a connu « des extrêmes absolus en termes de sécheresse et de quantité d’eau dont nous disposions », a déclaré un agriculteur serbe Dejan Ivanišević a déclaré à L’Observatoire de l’Europe. « Croyez-moi, je ne comprends absolument pas ce qui se passe. »

Le mois dernier, de fortes pluies a créé un lac sur des parties de la terre d’Ivanišević où il avait l’habitude de planter du maïs et du soja. Maintenant, la hausse des températures a aggravé la situation, gâchant une profession qu’Ivanišević adore.

« Je commence absolument à perdre ma volonté », ajoute-t-il. « J’ai avant tout travaillé la terre parce que j’aime ça, j’adore ça… C’est très agréable de produire de ses propres mains… pour nourrir au moins son village ou sa famille. »

Les experts mettent en garde contre les conditions météorologiques extrêmes – y compris des températures torrides – se poursuivra pendant des années à mesure que les gens ajouteront plus de gaz qui réchauffent la planète dans l’atmosphère.

Selon la météorologue d’L’Observatoire de l’Europe Milena Lazarevic, au cours de la dernière décennie, il y a eu en moyenne environ trois vagues de chaleur chaque année.

« Maintenant, nous en avons déjà eu cinq. Ensuite, la quantité de pluie de 50 litres par mètre carré, ce qui était autrefois ce que nous voyions pendant tout le mois de juin ou juillet, tombe désormais en moyenne en 12 heures. »

A cause de ce nouveau climatDejan s’attend à gagner juste assez d’argent cette saison pour investir dans plus de semences pour la prochaine récolte, en espérant qu’elle sera plus fructueuse que cette année.

Laisser un commentaire

cinq + douze =