Le changement climatique et le logement sont les principaux défis des villes à l'approche des élections européennes, selon les maires

Martin Goujon

Le changement climatique et le logement sont les principaux défis des villes à l’approche des élections européennes, selon les maires

Alors que l’Europe se dirige vers les élections, les dirigeants locaux du continent affirment que le changement climatique et le logement sont les problèmes les plus importants auxquels sont confrontés leurs électeurs.

La dernière enquête Eurocities Pulse auprès des maires, menée dans les mois précédant les élections au Parlement européen de juin et partagée exclusivement avec Living Cities de L’Observatoire de l’Europe, a interrogé 92 maires dans 28 pays européens.

Pour la deuxième année consécutive, le changement climatique est en tête de liste des problèmes les plus importants pour les zones urbaines européennes. Plus d’un quart des dirigeants municipaux du bloc ont déclaré que le réchauffement climatique était la plus grande menace qui pèse sur leur ville ; plus des deux tiers ont déclaré qu’ils estimaient que la majorité de leurs citoyens exigeaient des mesures en matière de politiques de décarbonation.

Mais les maires interrogés s’inquiètent également de la colère du public face aux mesures vertes qui ont été accueillies dans des villes comme Londres et Bruxelles, où les citoyens ont protesté contre les initiatives visant à réduire l’utilisation de la voiture et à améliorer la qualité de l’air. Trente-huit pour cent des participants à l’enquête se sont dits préoccupés par les répercussions des politiques climatiques locales.

Quatre-vingt-quatorze pour cent ont déclaré que leur principal défi dans la mise en œuvre de mesures de lutte contre le changement climatique était l’accès au financement. Ils variaient cependant sur la façon dont ils utiliseraient l’argent s’ils en disposaient : près d’un quart souhaitaient davantage de végétation urbaine, tandis qu’un montant égal cherchait à investir dans l’efficacité énergétique et la décarbonation. Une personne sur cinq souhaitait mettre en œuvre davantage de solutions basées sur la nature, et une personne sur dix a déclaré que l’adaptation des bâtiments était cruciale.

Depuis le sondage de l’année dernière, le nombre de maires citant l’accès à un logement abordable comme une priorité absolue a doublé. Plus d’un tiers ont cité le logement comme une préoccupation majeure, contre 15 % en 2023.

Les résultats marquent un changement dans la question du logement : autrefois réservée aux résidents à faible revenu, elle constitue désormais également une préoccupation pour la classe moyenne.

« Nous sommes confrontés à une grave pénurie de logements décents, abordables et adéquats », a déclaré Renaud Payre, vice-président de la Métropole de Lyon, une autorité englobant la ville de Lyon et sa banlieue. « Les travailleurs de première ligne qui fournissent des services essentiels au bon fonctionnement de notre société — travailleurs sociaux, infirmiers, caissiers, agents d’entretien, chauffeurs de transports en commun, etc. — n’ont plus accès à un logement dans nos villes. »

Plus des trois quarts des personnes interrogées ont déclaré avoir été obligées de faire des compromis entre la fourniture de logements abordables et de haute qualité, le respect des normes énergétiques et l’augmentation du nombre de logements. Environ la moitié souhaite que le budget de l’Union européenne réserve des liquidités pour atténuer un déficit d’investissement annuel estimé à 57 milliards d’euros dans le logement abordable.

Payre a appelé la prochaine Commission européenne à mettre en place une « plateforme dédiée au logement pour soutenir les partenariats entre les autorités nationales, régionales et locales et les fournisseurs de logements ».

L’enquête reflète l’épuisement croissant des maires face aux responsabilités supplémentaires qu’ils ont assumées au gré des crises successives. Ces dernières années, les dirigeants locaux ont été en première ligne de la pandémie de coronavirus, ont accueilli des réfugiés d’Ukraine déchirée par la guerre et ont dû faire face à une hausse des dépenses énergétiques et du coût de la vie.

Plus de la moitié des participants ont déclaré ne pas avoir reçu de ressources supplémentaires pour gérer ces défis. Trente-huit pour cent se sont plaints que leurs gouvernements nationaux leur aient imposé des mesures d’austérité, réduisant encore davantage des budgets déjà serrés. Plus de la moitié se plaignent également du manque de fonds qui les empêche d’embaucher du personnel et de relever leurs principaux défis.

Les maires ont demandé une amélioration des relations avec l’UE, qui permettrait aux villes de travailler plus étroitement avec les institutions du bloc. Près de la moitié souhaitent une stratégie à long terme pour favoriser cette relation ; plus d’un tiers souhaitent que Bruxelles reconnaisse explicitement l’investissement local comme une voie vers une plus grande intégration européenne.

Naturellement, les maires ont déclaré qu’ils souhaitaient davantage de soutien financier de la part de l’UE. Près de la moitié ont déclaré qu’ils avaient besoin que le bloc alloue plus d’argent aux infrastructures de mobilité urbaine durable, des tramways aux pistes cyclables. Ici aussi, le climat figure parmi les principales préoccupations : 45 % des maires souhaitent que l’UE lance un « véritable » fonds social pour le climat qui répartisse les ressources au niveau local.

Laisser un commentaire

neuf + dix =