Le challenger socialiste dénonce le style de gestion distant de von der Leyen

Martin Goujon

Le challenger socialiste dénonce le style de gestion distant de von der Leyen

PARIS — Le principal candidat socialiste aux élections européennes de la semaine prochaine, le commissaire à l’emploi Nicolas Schmit, a critiqué la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, pour ne pas impliquer suffisamment les commissaires dans le processus décisionnel.

Au cours de ses cinq mandats, von der Leyen a souvent été accusée de ne pas avoir consulté les commissaires, mais de travailler avec une étroite série de conseillers. Cette approche solitaire l’a mise dans une situation délicate avec les procureurs qui enquêtent sur la disparition de ses messages texte concernant d’importants contrats de vaccins contre le coronavirus.

« Je pense que la collégialité est importante, le débat politique est important, nous sommes des politiciens, nous ne sommes pas des super-technocrates qui sont là pour gérer leurs propres affaires », a déclaré Schmit à un groupe de journalistes lors d’un déjeuner dans un restaurant parisien jeudi.

Les critiques de Schmit sont le signe que les élections entrent dans la dernière ligne droite, car il s’est montré jusqu’à présent quelque peu réticent à se déchaîner contre son patron.

Pendant le déjeuner, quelqu’un a mentionné l’histoire de L’Observatoire de l’Europe selon laquelle il n’était pas un rival sérieux de von der Leyen. Schmit a répondu : « Je pense qu’ils (L’Observatoire de l’Europe) avaient la preuve que ce n’est pas du tout le cas. »

Le socialiste luxembourgeois avait déjà critiqué von der Leyen pour avoir conclu un accord avec la Tunisie visant à freiner la migration vers l’UE – affirmant qu’il s’agissait d’un accord avec une « vilaine dictature ».

« J’ai formulé cette critique par exemple dans un cas particulier qui est par essence très politique puisqu’il concerne la migration et les relations avec un pays, avec une région », a-t-il ajouté jeudi.

« Je ne suis pas convaincu par la méthode et j’en choisirai une autre », a-t-il déclaré.

Au cours des derniers mois, von der Leyen a été de plus en plus critiquée par d’autres commissaires européens, signe que les tensions préélectorales s’intensifiaient. Elle a notamment été critiquée pour avoir nommé comme représentante des petites entreprises un député européen appartenant à son parti conservateur allemand, alors que d’autres candidats ont obtenu de meilleurs résultats dans le processus de sélection.

Schmit, qui détient le portefeuille de l’emploi et des droits sociaux de la commission, a également critiqué le parti de von der Leyen, le PPE, qui devrait arriver en tête des élections.

Il a critiqué le PPE qui se plaint constamment d’un excès de règles au niveau européen, alors qu’il a joué un rôle important dans leur élaboration.

« Vous gouvernez pendant 20 ans, vous avez la présidence (de la Commission) et le groupe le plus important au Parlement, et puis vous découvrez qu’il y a trop de réglementation », a-t-il déclaré. « Cela fait 20 ans que le PPE est président. Il me semble qu’ils ont laissé (l’excès de réglementation) se produire, et maintenant ils le découvrent soudainement, ils en font leur première priorité et ils essaient de nous rejeter le problème.»

Mais le commissaire socialiste a également critiqué l’appel du président français Emmanuel Macron à une « pause réglementaire » dans les règles environnementales de l’UE.

«Je suis un peu confus parce qu’il y avait une sorte d’idée, partagée par le PPE, selon laquelle il fallait maintenant ralentir le rythme, il fallait une rupture réglementaire. Si tel est le cas, il y a une différence fondamentale (de points de vue avec le gouvernement français) », a déclaré Schmit, ajoutant qu’il attendait avec impatience d’en savoir plus du Premier ministre français Gabriel Attal sur la position de la France sur les dossiers verts.

Laisser un commentaire

quatorze + trois =