Le blocage français de TikTok dans les territoires d’outre-mer crée un « dangereux précédent », préviennent les critiques

Martin Goujon

Le blocage français de TikTok dans les territoires d’outre-mer crée un « dangereux précédent », préviennent les critiques

PARIS — Dans une démarche unique en son genre au sein de l’Union européenne, le gouvernement français a décidé de bloquer TikTok dans l’un de ses territoires d’outre-mer au milieu de protestations généralisées.

Un projet de loi français, adopté lundi, permettrait aux citoyens de voter aux élections locales après 10 ans de résidence en Nouvelle-Calédonie, suscitant l’opposition des militants indépendantistes craignant qu’il ne dilue la représentation des peuples autochtones. Les violentes manifestations qui ont suivi dans cette île du Pacifique Sud peuplée de 270 000 habitants ont tué au moins cinq personnes et en ont blessé des centaines.

En réponse aux manifestations, le gouvernement a suspendu l’application populaire de partage de vidéos – propriété de ByteDance, basée à Pékin et favorisée par les jeunes – dans le cadre des mesures d’état d’urgence parallèlement au déploiement de troupes et à un premier couvre-feu de 12 jours.

Le Premier ministre français Gabriel Attal n’a pas détaillé les raisons de la fermeture de la plateforme. Le régulateur local des télécommunications a commencé à bloquer l’application plus tôt mercredi.

« Il est regrettable qu’une décision administrative de suspension du service TikTok ait été prise sur le territoire de la Nouvelle-Calédonie, sans aucune question ni demande de retrait de contenus de la part des autorités calédoniennes ou du gouvernement français », a déclaré un porte-parole de TikTok.

« Nos équipes de sécurité surveillent la situation de très près et veillent à ce que notre plateforme reste sûre pour nos utilisateurs. Nous sommes prêts à engager des discussions avec les autorités. »

L’ONG de défense des droits numériques Quadrature du Net a contesté vendredi la suspension de TikTok auprès du plus haut tribunal administratif de France, car elle constitue un « coup particulièrement grave porté à la liberté d’expression en ligne ».

Le Premier ministre français Gabriel Attal n’a pas détaillé les raisons de la fermeture de TikTok. | Miguel Medina/AFP via Getty Images

Un nombre croissant de régimes autoritaires dans le monde ont eu recours à des coupures d’Internet pour étouffer la dissidence. Cette décision inattendue – et drastique – du gouvernement de centre-droit français intervient dans un contexte de montée du militantisme d’extrême droite en Europe et de régression de la liberté des médias.

« Les excès de la France créent un dangereux précédent à travers le monde. Cela pourrait renforcer les abus liés aux coupures d’Internet, notamment le blocage arbitraire des plateformes en ligne par les gouvernements du monde entier », a déclaré Eliška Pírková, responsable mondiale de la liberté d’expression chez Access Now.

Cette mesure coïncide avec une escalade des positions du président Emmanuel Macron sur les effets néfastes des réseaux sociaux. Après avoir lancé l’idée d’une fermeture lors des manifestations de l’année dernière, Macron a décrit la réglementation d’Internet comme « un combat culturel et civilisationnel » dans un discours historique en avril.

Macron a testé l’idée de suspendre les applications de médias sociaux comme Snapchat et TikTok en juillet dernier lors d’une réunion à huis clos avec les maires français au milieu de violentes manifestations à l’échelle nationale après qu’un policier a tué un adolescent.

« (Nous devons réfléchir) aux décisions que nous prenons, y compris les décisions administratives, lorsque les choses deviennent incontrôlables, afin qu’à un moment donné, nous puissions dire que nous sommes en mesure de les réglementer ou de les interrompre », a-t-il déclaré dans un communiqué. discours à l’époque.

L’idée de bloquer les réseaux sociaux au milieu des manifestations a finalement été rejetée. « Il était clair pour moi que si nous suivions cette voie, nous deviendrions comme la Chine », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Hervé Saulignac, député socialiste.

Même s’il n’a jamais été officiellement approuvé par le gouvernement, le blocage des réseaux sociaux en temps de crise est entré dans le débat national français et est soutenu par la droite.

Un rapport parlementaire d’avril, dirigé par le sénateur de centre-droit François-Noël Buffet, préconisait que la loi soit élargie pour permettre aux autorités de demander aux applications de réseaux sociaux de suspendre certaines fonctions, telles que la géolocalisation et la diffusion en direct, pendant des émeutes.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que la décision de bloquer TikTok avait été prise localement par le haut-commissaire de Nouvelle-Calédonie, « avec les outils constitutionnels dont il dispose ».

Une loi sur l’état d’urgence de 1955 autorise le ministère de l’Intérieur à prendre « toute mesure visant à garantir l’interruption de tout service de communication publique en ligne qui incite ou cautionne les actes de terrorisme ».

Le gouvernement français a décidé de bloquer TikTok. | Joe Raedle/Getty Images

Le gouvernement français n’a pas formellement précisé pourquoi il avait choisi TikTok pour un blocage.

Philippe Gomes, l’ancien président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que la décision visait à empêcher les manifestants « d’organiser des réunions et des manifestations » via l’application.

Le gouvernement a accusé jeudi l’Azerbaïdjan d’être intervenu dans les émeutes, mais un responsable des services de renseignement français, ayant requis l’anonymat pour discuter de questions sensibles de sécurité nationale, a déclaré que l’ingérence étrangère n’avait pas joué un facteur décisif dans la suspension de TikTok.

Certains avocats se demandent si la décision serait valable devant les tribunaux, tandis que la fermeture a suscité l’inquiétude des militants des droits de l’homme et des droits numériques.

« Il est profondément troublant que le gouvernement français normalise de telles mesures », a déclaré Chantal Joris, juriste principale à l’ONG Article 19. « De telles actions protègent les gouvernements de toute responsabilité, cultivent une culture de l’impunité et, en fin de compte, exacerbent les violations des droits humains. »

Access Now a rapporté cette semaine qu’un nombre record de fermetures s’étaient produites l’année dernière : 283 dans 39 pays, le nombre le plus élevé depuis qu’il a commencé à surveiller de telles mesures en 2016.

Aucune fermeture de ce type n’a jamais été enregistrée au sein de l’UE. Toutefois, les tribunaux nationaux peuvent désormais ordonner la suspension de plateformes en ligne dans des cas extrêmes, en vertu de la loi européenne sur la modération des contenus, la loi sur les services numériques (DSA).

Le commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré l’année dernière que le DSA ne pouvait pas être utilisé pour des fermetures arbitraires après que des dizaines d’ONG ont appelé la Commission à rejeter de tels scénarios. La Nouvelle-Calédonie, en tant que territoire d’outre-mer régi par la France, n’est pas soumise au droit de l’UE.

« Access Now condamne fermement cette interdiction et appelle le gouvernement français à lever immédiatement l’interdiction de TikTok en Nouvelle-Calédonie », a déclaré Pírková d’Access Now.

« L’interdiction des plateformes en ligne et d’autres formes de coupure d’Internet ne constituent jamais une mesure proportionnée et entraînent des conséquences désastreuses pour la sécurité des personnes. »

Laisser un commentaire

7 − 2 =