Piggy bank in front of a Christmas tree.

Milos Schmidt

Le 13ème mois : Où en Europe les employeurs accordent-ils des primes de Noël ?

La période des fêtes est notoirement une contrainte pour les cordons de la bourse, mais dans certains pays européens, les employeurs sont légalement obligés de distribuer des primes.

Le 13ème mois est une tradition née aux Philippines dans les années 1970 et qui s’est depuis répandue dans le monde entier.

Afin de récompenser les employés pour leur année de travail et de les aider à couvrir les dépenses liées aux fêtes, les patrons ont commencé à offrir en décembre un salaire supplémentaire, équivalent à un mois de salaire.

Cinquante ans plus tard, la prime du 13e mois est désormais devenue une obligation légale dans de nombreux pays d’Amérique latine, où elle est connue sous le nom d’« aguinaldo ».

Outre-Atlantique, en Europe, la tradition est néanmoins un peu moins répandue.

Bonus obligatoires

L’approche européenne en matière de salaire du 13e mois est complexe car les politiques de récompense sont souvent spécifiques à une entreprise ou à un secteur.

Cela dit, au Portugal, en Espagne, en Grèce et en Italie, la plupart des salariés ont légalement droit à une prime de vacances d’hiver, généralement égale à un mois de salaire.

Au Portugal, cela s’applique aussi bien aux travailleurs du secteur public que du secteur privé, bien que la récompense de Noël soit appelée prime du 14e mois et que le 13e mois fasse référence à un paiement d’été obligatoire.

En Espagne, les employeurs sont également tenus d’offrir deux primes supplémentaires par an, dont une pendant la période de Noël.

Le moment de la deuxième prime, ainsi que le montant accordé pour les deux, sont négociés dans le cadre de ce que l’on appelle des « conventions collectives ».

Ces accords de négociation, négociés entre syndicats et employeurs, sont des accords écrits non législatifs, mais ils ont souvent autant de poids que les lois du travail.

« La suppression des primes des 13ème et 14ème mois pour les fonctionnaires a provoqué une série de réactions de la part de tous les salariés, qui affirmaient avoir perdu leurs droits constitutionnels. »

Eirini Hamiti

Avocat du travail chez Kremalis, Athènes.

Pour traverser la Méditerranée jusqu’en Grèce, de nombreux travailleurs reçoivent des primes de Noël et d’été légalement obligatoires, mais la situation varie entre les secteurs public et privé.

Dans le secteur privé grec, les travailleurs ont droit à un salaire supplémentaire obligatoire à Noël, à un demi-salaire supplémentaire à Pâques et à un demi-salaire supplémentaire en été.

Dans le secteur public, en revanche, les travailleurs ne reçoivent plus ces primes depuis 2012, une mesure introduite pour soutenir l’économie grecque après le krach financier.

Eirini Hamiti, avocat spécialisé en droit du travail chez Kremalis à Athènes, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Business : « La suppression des primes des 13e et 14e mois pour les fonctionnaires a provoqué une série de réactions de la part de tous les employés, qui ont affirmé qu’ils avaient perdu leurs droits constitutionnels. »

Elle a ajouté : « A ce jour, aucune prime de congé n’a été versée aux fonctionnaires, même si la rumeur dit qu’ils reviendront en 2024 dans le cadre de la croissance de l’économie grecque ».

Des ouvriers décorent un sapin de Noël devant le bâtiment du Parlement à Budapest, en Hongrie.  30 novembre 2023.
Des ouvriers décorent un sapin de Noël devant le bâtiment du Parlement à Budapest, en Hongrie. 30 novembre 2023.

Les autres pays qui ont légalement prévu des politiques de bonus sont les Pays-Bas et la Pologne.

Aux Pays-Bas, les travailleurs bénéficient d’une allocation de congés en mai ou en juin, représentant au moins 8 % du salaire annuel brut d’un employé.

En Pologne, les 13e et 14e mois de récompense sont inhabituels dans le secteur privé, mais le 13e salaire est une obligation légale pour certains employés du secteur public.

Les professionnels éligibles comprennent les fonctionnaires et les enseignants.

L’impact plus large des récompenses du 13e mois

Les primes peuvent être utilisées pour renforcer la fidélité et le moral du personnel, bien qu’il existe également une autre raison de récompenser les employés à Noël, selon Alper Kara, professeur de banque et de finance à la Brunel University de Londres.

« Les paiements supplémentaires contribuent certainement à financer les achats de biens et de services pour les ménages pendant les périodes de consommation intensive », a-t-il expliqué, « ce qui stimule ensuite l’économie ».

Le professeur Kara a également démystifié l’idée selon laquelle les bonus légalement obligatoires exercent une pression financière négative sur les petites entreprises.

« Les attentes du marché du travail en matière de salaires s’ajusteront à long terme. »

« En d’autres termes, les entreprises ajusteront les niveaux de salaire des 12 mois restants en fonction des exigences du paiement du 13ème mois. »

À bien des égards, les primes basées sur la performance constituent une stratégie bien plus risquée pour les entreprises que le paiement d’un montant fixe pour une récompense du 13e ou du 14e mois.

Accorder aux salariés des primes basées sur leurs résultats personnels peut notamment nuire à la cohésion des équipes, mettre en péril les bénéfices de l’entreprise et encourager la prise de risques pour des résultats à court terme, comme cela est devenu évident après la crise financière de 2008.

Laisser un commentaire

3 × deux =