L’avenir du travail réside dans l’équilibre entre l’humain et l’IA

Jean Delaunay

L’avenir du travail réside dans l’équilibre entre l’humain et l’IA

Le capital humain est le moteur de l’Europe, mais les humains travaillent de plus en plus aux côtés des nouvelles technologies et de l’intelligence artificielle (IA). Veiller à ce que les travailleurs puissent exploiter le véritable potentiel de l’IA, tout en établissant des règles claires garantissant la qualité de l’emploi, était le thème central du Forum européen sur l’emploi et les droits sociaux de cette année, les 16 et 17 novembre.

Le Forum a exploré les avantages potentiels de l’IA en termes de performances commerciales, de création d’emplois, de perfectionnement de la main-d’œuvre et de réduction des risques physiques. Des inquiétudes ont été soulevées quant aux effets négatifs potentiels tels que le déplacement d’emplois, les problèmes de cybersécurité et les pratiques discriminatoires.

L’introduction de l’IA est sur le point de remodeler notre paysage professionnel. Des emplois disparaîtront, de nouveaux apparaîtront et nombre d’entre eux subiront des changements importants. Ce changement modifiera non seulement les compétences requises, mais entraînera également des adaptations dans les écoles et les programmes de formation. Cet environnement de travail changeant influencera à son tour la dynamique entre les employés et les employeurs.

Le taux de chômage de l’UE, à 6 %, est à son plus bas historique. Cependant, jusqu’en 2050, la population européenne en âge de travailler devrait diminuer d’un million de personnes par an – soit une petite ville perdue chaque année. Une population active réduite, des taux de natalité en baisse et un plus grand nombre de personnes âgées de 75 ans et plus mettront à rude épreuve les marchés du travail, la productivité et la compétitivité de l’UE, ainsi que les systèmes de protection sociale.

Il est essentiel d’exploiter l’IA pour apporter des bénéfices, tout en protégeant la société – y compris les travailleurs – de ses effets potentiellement néfastes.

« Dans un monde du travail en évolution rapide, nous devons toujours valoriser l’innovation et la performance, mais nous devons également continuer à protéger les travailleurs avec un cadre réglementaire approprié. Nous devons prévenir les pratiques abusives et garantir que l’humain reste aux commandes », a expliqué Joost Korte, directeur général de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion de la Commission européenne.

Le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, s’est également montré optimiste : « L’intelligence artificielle – et l’économie des données qui y est étroitement liée – marque des changements très profonds dans notre économie et notre société. Mais nous nous y préparons. Depuis le début de ce mandat, nous avons mis en place un cadre pour anticiper ces transformations : avec une approche holistique, indispensable compte tenu de la polyvalence de l’intelligence artificielle.

©
©

Protection des travailleurs

Le commissaire européen à l’emploi et aux droits sociaux, Nicolas Schmit, a expliqué que dans un monde du travail en mutation lié à l’émergence des algorithmes et de l’IA, les travailleurs des plateformes doivent se voir garantir les mêmes droits que les travailleurs traditionnels. Il a déclaré qu’une approche centrée sur l’humain, en particulier dans les relations asymétriques déclenchées par des algorithmes, était particulièrement importante.

« Avec les nouvelles technologies telles que ChatGPT, le travail peut être plus efficace, plus rapide, facilité et simplifié », a déclaré Schmit. « Mais nous devons également veiller à ce que les travailleurs profitent de chaque nouvelle avancée. Le plus grand défi est d’établir un système dans lequel les gains issus de l’IA soient répartis équitablement.

La directive proposée par la Commission sur les travailleurs des plateformes cherche à être le premier exemple déterminant de réglementation de l’IA dans le domaine du travail et vise à gérer les plateformes dites de l’économie des petits boulots.

Beate Andrees, sous-directrice générale et directrice régionale pour la région Europe et Asie centrale à l’Organisation internationale du travail, a souligné que la technologie est à la fois une opportunité et un risque. Possibilité d’améliorer les activités, les risques professionnels et les mesures de sécurité, et de remédier à la pénurie de main-d’œuvre. Le risque de gestion algorithmique survient pendant le processus de recrutement et de sélection, notamment en propageant des préjugés sexistes ou en portant atteinte au droit à la vie privée. La syndicalisation des travailleurs des plateformes peut également s’avérer difficile en raison du manque de présence physique sur le lieu de travail.

Il est également essentiel que les travailleurs aient leur mot à dire sur la manière dont les changements apportés à leurs rôles pourraient être gérés. Esther Lynch, secrétaire générale de la Confédération européenne des syndicats (CES), a déclaré que maintenir les employés impliqués et investis dans de nouveaux processus est un élément important de l’apprentissage de l’utilisation de l’IA. « Les travailleurs veulent participer et discuter du changement, ainsi qu’avoir accès à la formation. Il est nécessaire de permettre aux cadres de les informer », a-t-elle déclaré.

Le message principal du Forum était clair : quel que soit le degré d’avancée technologique, les travailleurs humains détiennent toujours la clé, et ils devraient être les principaux bénéficiaires du progrès technologique.

Opportunités pour l’IA

Tim O’Reilly, fondateur et PDG d’O’Reilly Media, a prédit que l’IA affecterait toutes les professions, mais a ajouté qu’il est encore impossible de prédire ce que l’IA va créer. Il est nécessaire d’accroître la transparence concernant les critères utilisés par les sociétés d’IA pour former leurs modèles et réglementer au rythme de la technologie, et non au rythme des actions gouvernementales actuelles.

Andrea Nahles, présidente de l’Agence fédérale pour l’emploi d’Allemagne, a souligné que personne ne devrait être laissé pour compte. La première étape est de sensibiliser. Il existe des hésitations concernant le perfectionnement des compétences, qui peuvent être comblées par une meilleure communication. Elle a donné des exemples de cas de sensibilisation en Allemagne. La directrice générale d’Accenture, Laetitia Cailleteau, a quant à elle déclaré que le rythme de la transformation est sans précédent. Selon une enquête récente, 91 % des dirigeants réaffectent leurs fonds à l’IA.

©
©

Les compétences également à l’honneur

Dans le cadre de l’Année européenne des compétences, l’accent a été mis en grande partie sur la manière dont les initiatives de l’UE contribuent à renforcer les compétences numériques sur le terrain. Le Forum européen sur l’emploi et les droits sociaux a souligné à quel point les compétences sont essentielles pour l’innovation, la croissance durable, les emplois de qualité et la compétitivité européenne, ainsi que pour faire face aux transitions verte et numérique. Une chose était claire : les employeurs, les employés et les décideurs politiques devaient tous être préparés.

Une récente enquête Eurobaromètre a montré que 75 % des petites et moyennes entreprises ont des difficultés à recruter des personnes possédant les compétences adéquates et que près de la moitié des adultes et une personne sur trois travaillant en Europe manquent de compétences numériques de base. Pour surmonter ces obstacles, l’UE s’est fixé l’objectif ambitieux que 80 % de tous les Européens possèdent au moins des compétences numériques de base d’ici 2030. L’UE souhaite également voir 20 millions de spécialistes des TIC employés en Europe d’ici 2030, avec une représentation équilibrée des hommes et des femmes. .

Entrepreneuriat et droits sociaux

Une séance de questions-réponses sur l’entrepreneuriat des jeunes a discuté des conditions requises pour que les jeunes puissent s’épanouir et réussir en tant qu’entrepreneurs à l’ère de l’IA. Hannah Wundsam, directrice générale d’AustrianStartups, a souligné la nécessité d’inculquer un esprit d’entreprise aux étudiants grâce à des programmes tels que la Semaine de l’entrepreneuriat des jeunes. Elle a également souligné les lacunes en matière de formation à l’entrepreneuriat dans les universités européennes et les défis auxquels les entrepreneurs sont confrontés pour obtenir du capital-risque en vue de leur développement à grande échelle.

L’éthicienne de l’IA, Olivia Gambelin, a suggéré d’aller au-delà d’une approche basée sur les risques et de donner aux entrepreneurs les ressources nécessaires pour concevoir une IA conforme aux valeurs.

Enfin, un atelier sur le socle européen des droits sociaux a invité les participants à réfléchir de manière critique sur ce qui est nécessaire pour poursuivre la mise en œuvre du socle européen des droits sociaux et pour rendre les politiques sociales de l’UE adaptées à l’avenir. Des défis tels que les changements démographiques, la révolution verte et numérique, les pénuries de compétences, les modes de travail non conventionnels et le spectre persistant de la pauvreté et des inégalités auront des conséquences considérables sur le marché du travail et les systèmes de protection sociale.

Laisser un commentaire

deux × 1 =