L'Assemblée générale de l'ONU appelle à une « trêve humanitaire » à Gaza alors que la crise humanitaire s'aggrave

Jean Delaunay

L’Assemblée générale de l’ONU appelle à une « trêve humanitaire » à Gaza alors que la crise humanitaire s’aggrave

Tous les derniers développements de la guerre entre Israël et le Hamas.

L’Assemblée générale de l’ONU a approuvé vendredi une résolution non contraignante appelant à une « trêve humanitaire » à Gaza.

L’organisation mondiale composée de 193 membres a adopté la résolution par 120 voix contre 14, avec 45 abstentions, après avoir rejeté un amendement canadien soutenu par les États-Unis visant à condamner sans équivoque les « attentats terroristes » du Hamas le 7 octobre et à exiger la libération immédiate des otages pris par le Hamas. Hamas.

L’armée israélienne affirme que les forces terrestres vont étendre leurs activités à Gaza

L’armée israélienne a déclaré vendredi que ses forces terrestres « étendaient leur activité » dans la bande de Gaza, alors qu’elle se rapprochait d’une invasion terrestre totale du territoire assiégé.

Le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de l’armée, a déclaré que des attaques aériennes avaient visé les tunnels du Hamas et d’autres cibles.

« En plus des attaques que nous avons menées ces derniers jours, les forces terrestres étendent leur activité ce soir », a-t-il indiqué. « Tsahal agit avec une grande force (…) pour atteindre les objectifs de la guerre. »

Israël a rassemblé des centaines de milliers de soldats le long de la frontière avec Gaza en prévision d’une offensive terrestre attendue contre le groupe militant du Hamas.

Israël bombarde Gaza avec des frappes aériennes depuis que les militants du Hamas ont mené une incursion transfrontalière sanglante le 7 octobre.

« La catastrophe humanitaire s’aggrave » à Gaza

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) indique que dix membres de son personnel, dont une équipe chirurgicale de combat, sont entrés à Gaza vendredi, accompagnés de six camions d’aide.

Ils transportaient suffisamment de fournitures médicales pour soigner entre 1 000 et 5 000 personnes, a indiqué le CICR, ainsi que des comprimés de purification d’eau pour 50 000 litres d’eau.

Cette aide humanitaire cruciale constitue une petite dose de soulagement, mais elle ne suffit pas », a déclaré Fabrizio Carboni, directeur régional du CICR.

« Notre équipe chirurgicale et nos fournitures médicales contribueront à soulager la pression extrême qui pèse sur les médecins et les infirmières de Gaza. Mais un accès humanitaire sûr et durable est nécessaire de toute urgence.

« Cette catastrophe humanitaire s’aggrave d’heure en heure », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, l’UNESCO a déclaré que depuis le début de la guerre le 7 octobre, plus de 200 écoles ont été endommagées par les frappes israéliennes dans la bande de Gaza, soit environ 40 % du total.

Le ministère de la Santé de Gaza affirme que 7 326 personnes, dont plus de 3 000 enfants, ont été tuées depuis le début de la guerre avec Israël.

Près de 19 000 personnes ont été blessées depuis qu’Israël a commencé ses bombardements, en représailles aux attaques sans précédent du mouvement islamiste palestinien Hamas sur son territoire.

Des Palestiniens inspectent les décombres de bâtiments détruits suite aux frappes aériennes israéliennes sur la ville de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le jeudi 26 octobre 2023.
Des Palestiniens inspectent les décombres de bâtiments détruits suite aux frappes aériennes israéliennes sur la ville de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le jeudi 26 octobre 2023.

Un sondage révèle que 49 % des Israéliens souhaitent retarder l’invasion de Gaza

Près de la moitié des Israéliens sont favorables à l’ajournement d’une invasion de la bande de Gaza, selon un sondage publié vendredi.

Les résultats pourraient montrer la réticence du public à intensifier l’offensive contre le Hamas, alors que les dirigeants israéliens préparent leurs forces. On craint qu’une invasion ne mette en danger la vie des personnes capturées par le Hamas à Gaza.

Israël s’est engagé à anéantir le groupe militant palestinien après qu’il ait tué 1 400 personnes lors d’une attaque surprise le 7 octobre.

Il a déclenché un bombardement incessant sur Gaza, qui a jusqu’à présent tué plus de 7 000 Palestiniens, et a intensifié les raids de chars et d’infanterie sur l’enclave assiégée.

Dans le sondage publié par le journal Maariv, 29 % des Israéliens estiment que l’armée devrait lancer immédiatement une offensive terrestre à grande échelle, 49 % estiment qu’il « vaudrait mieux attendre », tandis que 22 % sont indécis.

Son sondage du 19 octobre révèle que 65 % des sondés soutiennent une offensive terrestre majeure.

Les Israéliens se mettent à couvert alors qu'une sirène avertit des roquettes tirées depuis la bande de Gaza, sur le cimetière de Holon, dans le centre d'Israël, le jeudi 26 octobre 2023.
Les Israéliens se mettent à couvert alors qu’une sirène avertit des roquettes tirées depuis la bande de Gaza, sur le cimetière de Holon, dans le centre d’Israël, le jeudi 26 octobre 2023.

Des militants soutenus par l’Iran tirent sur les troupes américaines

Des combattants soutenus par l’Iran ont tiré des roquettes sur une installation pétrolière abritant des troupes américaines dans l’est de la Syrie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme.

L’observateur basé au Royaume-Uni a déclaré que six roquettes avaient frappé le champ pétrolifère d’al-Omar, dans la province orientale de Deir el-Zour. L’OSDH a ​​déclaré qu’il n’était pas clair s’il y avait des victimes.

L’attaque a eu lieu quelques heures après que des avions américains ont frappé des sites liés à l’Iran et liés au Corps des Gardiens de la révolution iraniens dans l’est de la Syrie, alors que les tensions régionales autour de la guerre entre Israël et le Hamas continuent de monter en flèche.

Il a qualifié ces frappes de représailles aux attaques de drones et de missiles contre des bases et du personnel américains dans la région qui ont commencé au début de la semaine dernière.

Les États-Unis veulent frapper les groupes soutenus par l’Iran et soupçonnés de les cibler afin de dissuader de futures agressions, éventuellement alimentées par la guerre d’Israël contre le Hamas.

Cependant, il s’efforce également d’éviter d’enflammer la région et de provoquer un conflit plus large, alors que la violence s’étend au sud du Liban, à l’Égypte et à la Syrie.

La Russie défend l’accueil du Hamas pour des négociations

Le Kremlin a rejeté les critiques concernant ses entretiens avec un haut responsable du Hamas à Moscou, affirmant qu’il était vital de maintenir le contact avec toutes les parties.

La Russie a tenté de manœuvrer prudemment dans la guerre entre Israël et le Hamas, tout en cherchant à étendre son influence mondiale. Le ministère israélien des Affaires étrangères a critiqué Moscou pour avoir accueilli Abou Marzouk, membre du bureau politique du Hamas, et a exhorté la Russie à l’expulser.

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré avoir discuté de la libération des otages dans la bande de Gaza et de l’évacuation des ressortissants russes et d’autres citoyens étrangers lors des entretiens de jeudi avec le Hamas.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que la Russie considère « qu’il est nécessaire de poursuivre les contacts avec toutes les parties et que nous poursuivrons certainement notre dialogue avec Israël ».

Il n’a pas répondu lorsqu’on lui a demandé si la visite du Hamas pourrait nuire aux relations russo-israéliennes.

Laisser un commentaire

12 + 14 =