Exiled Russian artist Katya Muromtseva

Jean Delaunay

L’artiste russe en exil Katya Muromtseva peint les histoires de femmes immigrées à Dubaï

L’exposition de Muromtseva, Over the Slopes of Speech, orne l’espace de la galerie de triptyques épiques à l’aquarelle, chacun racontant l’histoire de femmes immigrées – une entreprise appropriée dans un pays où les immigrés représentent près de 90 % de la population.

Au milieu du quartier industriel de Dubaï, le quartier Al Quoz se trouve quelque chose d’inattendu : un centre de créativité, attirant des artistes, des designers et des amateurs d’art du monde entier dans une partie sans prétention d’une ville célèbre pour son faste.

Au cours des 15 années écoulées depuis que la foule artistique a commencé à s’imposer dans le quartier, l’avenue Alserkal a été le cœur de ce mouvement ; Cependant, ces derniers temps, un groupe d’espaces innovants a déplacé le centre de gravité légèrement vers le sud.

Parmi eux, le jeune NIKA Project Space, situé sur l’avenue Al Khayat, qui, même s’il vient tout juste de fêter son premier anniversaire, fait déjà des vagues sur la scène artistique de Dubaï.

Fondée par Veronika Berezina, avocate devenue galeriste d’origine russe, NIKA défend et soutient concrètement le travail des femmes artistes et conservatrices, avec un accent particulier sur les praticiennes des pays du Sud – notamment via son programme de recherche et de résidence.

Parmi les participants se trouve l’artiste new-yorkaise Katya Muromtseva, elle-même immigrée et militante anti-guerre qui s’est retrouvée contrainte de quitter sa Russie natale.

Katya Muromtseva pose avec l'une de ses œuvres
Katya Muromtseva pose avec l’une de ses œuvres

Son exposition Over the Slopes of Speech orne l’espace de triptyques épiques à l’aquarelle, chacun racontant l’histoire de femmes immigrées (et dans certains cas accompagné d’un dépliant contenant l’intégralité de l’entretien écrit) – une entreprise appropriée dans un pays où les immigrés représentent près de 90% de la population.

Les peintures monumentales sont basées sur des entretiens que l’artiste a menés à Dubaï et dans sa ville d’adoption à New York, explorant l’expérience et la résilience de femmes de pays comme l’Ukraine, le Turkménistan, la Russie, le Ghana et le Nigeria, et incitant à une réflexion sur des thèmes plus larges d’appartenance, de mémoire. , frontières et contrôle.

L’Observatoire de l’Europe Culture a rencontré Muromtseva pour parler de sa propre expérience de l’immigration, de son travail mettant sur papier les histoires d’autres femmes immigrées, de la scène artistique dynamique des Émirats arabes unis et de sa participation à la prochaine Biennale de Venise.

Vos œuvres sont issues de discussions que vous avez eues avec des femmes immigrées. Ont-ils dit quelque chose qui vous a surpris ?

L’histoire du Dr Maya (une médecin qui a fui le Turkménistan et a finalement lancé sa propre entreprise de cosmétologie à Dubaï) m’a vraiment choquée. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un du Turkménistan de ma vie, c’est un pays très fermé. Toute son histoire a été très dure, mais la façon dont elle a géré la situation m’a également choqué, car elle ne se plaint pas. Elle travaille, travaille et travaille, et regarde vers l’avenir, comme une acrobate sur un fil qui ne peut pas regarder en arrière, car cela signifierait tomber.

Pourriez-vous me parler un peu du titre de l’exposition, qui, je crois, est tiré d’un poème ?

Oui, c’est tiré d’un poème de Mahmoud Darwish. C’était un poète palestinien, venu en Union soviétique et qui est très largement traduit en russe. Ce poème particulier – No More And No Less – parle d’être une femme, et l’un des vers du poème – « par-dessus les pentes de la parole » – m’a semblé parfait. Ce spectacle est vraiment « au-delà des pentes de la parole », car tout est fait de tous les mots que j’ai écoutés.

Qu’est-ce qui, dans les aquarelles, vous permet d’aborder ou de représenter les sujets que vous abordez dans l’exposition ?

C’est mon médium préféré, même si je travaille également avec le théâtre d’ombres, la vidéo et l’installation. D’un côté, j’aime avoir besoin de contrôler la peinture car si elle fuit, toute la pièce est gâchée. D’un autre côté, c’est parfois très imprévisible, car il faut deux jours pour sécher. C’est comme la vie – certaines parties que vous pouvez contrôler et d’autres sont tout simplement incontrôlables. J’ai demandé à mes interviewés : « Quand avez-vous commencé à avoir le sentiment de vivre dans l’histoire ? Cette question porte en fait sur la façon dont vous faites face aux circonstances que vous ne pouvez pas contrôler.

Comment votre propre expérience de devenir immigrant a-t-elle façonné votre travail sur cette série, et plus largement ?

Je pense que cela a façonné ma compréhension de ces femmes. Si je n’étais pas moi-même immigrant, je n’aurais jamais eu cette idée et je ne les aurais jamais comprises aussi profondément. Ils m’ont aussi aidé en quelque sorte à m’adapter à une nouvelle culture et à devenir moi-même un immigrant. Lorsque vous parlez avec quelqu’un et qu’il partage son expérience, vous sentez que vous n’êtes pas seul.

Comment le programme de recherche et de résidence spatiale du projet NIKA vous a-t-il aidé à développer votre pratique et à élargir votre réflexion sur les thématiques que vous abordez dans cette exposition ?

C’est ma première fois au Moyen-Orient. Je pense qu’il est très important de visiter le Moyen-Orient au moins une fois dans sa vie. On en entend tellement parler sous des angles très différents, et il y a tellement de stéréotypes à ce sujet. Mais quand on arrive ici, on sent que c’est vraiment sa propre affaire, et on ne peut pas le juger de l’extérieur. Être ici a élargi ma compréhension de la vie et mes horizons.

Concrètement, le studio qu’ils m’ont loué pour la résidence – un immense entrepôt – a été incroyable. Je n’ai jamais eu un si grand studio de ma vie. NIKA Project Space m’a également mis en contact avec de nombreuses personnes et m’a soutenu matériellement, en termes de peinture et de tout ce dont j’avais besoin pour réaliser l’œuvre.

Selon vous, qu’est-ce qui est particulièrement excitant dans la scène créative ici aux Émirats arabes unis ?

J’aime le fait que chez NIKA, ils sont très réfléchis avec leur programme, et ce n’est pas toujours « le business d’abord » : l’idée est de faire quelque chose d’impactant et de créer une sorte de communauté et de connexion. Ils veulent également vraiment travailler avec des artistes du Sud, ainsi qu’avec des artistes et conservateurs locaux – la dernière exposition ici, I Can No Longer Produce the Limits of My Own Body, était avec la commissaire Nadine Khalil, basée à Dubaï.

Je suis également très enthousiasmé par Sharjah (une ville voisine). La Triennale de Sharjah est très intéressante, notamment la façon dont ils utilisent des espaces non conventionnels pour montrer les œuvres : un hôpital, un abattoir, une école. C’est quelque chose que je fais dans mon travail : j’ai peint des peintures murales dans des maisons de retraite et installé une galerie sur les balcons pendant la pandémie. Ce n’est pas aussi aliénant que cela peut l’être quand c’est juste dans le « cube blanc ». C’est vraiment accueillant car cela fait partie de votre expérience quotidienne.

Plus généralement, parce que la scène artistique ici est relativement jeune, je pense qu’elle est généralement plus ouverte et plus tolérante que, disons, New York et Londres.

Vous participez cette année au Pavillon de la Croatie à la Biennale de Venise. Qu’est-ce que cela fait en tant qu’artiste russe de jouer un rôle actif à Venise ? (La Biennale de Venise 2024 n’inclura pas encore de pavillon russe)

J’ai été invité par Vlatka Horvat, qui représente la Croatie. Elle a demandé à des artistes immigrés de créer pour elle une œuvre qui reflète l’expérience d’immigration de leur diaspora et de leur communauté où ils vivent, qui est ensuite emmenée par quelqu’un du monde de l’art (et non par un service de livraison !) à Venise – elle s’appelle By the Des moyens à portée de main.

Je suis très opposée à la guerre en Ukraine. En fait, j’ai organisé une exposition de protestation intitulée Les femmes en noir contre la guerre. Je pense qu’il est important d’exprimer votre position politique et de montrer qu’il y a beaucoup de gens en Russie qui sont contre la guerre.

Comme Ioulia Navalnya l’a dit récemment dans son discours devant le Parlement européen, il est important de soutenir tous ceux qui sont contre Poutine et la guerre – c’est ainsi que l’on peut réellement changer quelque chose.

Laisser un commentaire

quatorze + 7 =