John Bonafede performs at the opening night party of “MARINA ABRAMOVIC: THE ARTIST IS PRESENT”, 9 March 2010

Jean Delaunay

L’artiste nue de l’exposition de Marina Abramović en 2010 poursuit le MoMA pour ne pas avoir empêché les « tâtonnements »

L’artiste de performance cite sept cas de « tâtonnements » dans une plainte judiciaire impliquant Imponderabilia, une performance initialement mise en scène par Abramović en 1977.

Un artiste de performance, qui a participé à l’exposition 2010 du Musée d’art moderne de Marina Abramović, « L’artiste est présent », a intenté une action en justice contre l’institution, alléguant son incapacité à empêcher les agressions sexuelles dont il était victime pendant l’événement.

John Bonafede, dans une plainte déposée auprès d’un tribunal de l’État de New York, a détaillé sept cas d’agression sexuelle perpétrés par cinq personnes âgées alors qu’il participait à l’article d’Abramović intitulé Impondérables.

La célèbre performance, mise en scène à l’origine en 1977 par Abramović et son partenaire de l’époque, Ulay, met en scène deux artistes entièrement nus se tenant devant une porte, obligeant le public à passer entre eux et à choisir lequel affronter.

Impondérables a été récemment reconstitué à la Royal Academy of Arts de Londres dans le cadre de la première rétrospective de l’artiste serbe.

Détails du procès

Un client se faufile devant les gens qui jouent
Un client se faufile devant les spectateurs interprétant « Imponderabilia », présenté lors de l’exposition « Marina Abramovic : L’artiste est présente », le 15 mars 2010.

Dans le dossier judiciaire, Bonafede raconte les agressions comme étant « étrangement similaires », détaillant comment chaque « homme plus âgé » pivotait vers l’artiste, laissant tomber sa main avant de « caresser et tâtonner » ses organes génitaux, puis « s’attardant un moment avant de passer à travers ». dans la salle de galerie suivante.

L’artiste basé à New York affirme que le MoMA « avait effectivement connaissance d’agressions sexuelles en cours contre un grand nombre de ses artistes-interprètes… mais il a intentionnellement et par négligence omis de prendre des mesures correctives pour empêcher que ces agressions ne se reproduisent ».

Sollicitant des dommages-intérêts compensatoires, des dommages-intérêts punitifs et le remboursement des honoraires d’avocat, Bonafede souligne que les agressions sexuelles subies ont conduit à « des années de détresse émotionnelle et ont considérablement nui à sa santé mentale, à son corps, à son image et à sa carrière ».

Le procès allègue également qu’un autre artiste a été licencié le jour de l’ouverture de l’exposition pour ne pas être resté immobile, et que Bonafede a initialement choisi de garder le silence pour éviter un sort similaire.

Bonafede a engagé une action en justice en vertu de la loi de New York sur les survivants adultes, qui a temporairement supprimé la restriction de temps pour déposer des plaintes pour agression sexuelle pour une période allant de novembre 2022 à novembre 2023.

Alors que la date d’expiration de la vitrine approchait, une vague de poursuites a éclaté, accusant des célébrités bien connues telles que Sean « Diddy » Combs et Russell Brand d’agression sexuelle ou de mauvaise conduite.

Laisser un commentaire

5 × cinq =