Iranian demonstrators burn representations of British, U.S. and Israeli flags during a protest, in front of the British Embassy in Tehran, Iran, Friday, Jan. 12, 2024.

Jean Delaunay

L’armée américaine frappe une autre cible des Houthis au Yémen malgré les demandes de l’ONU

L’armée américaine a mené une autre frappe sur un site contrôlé par les Houthis au Yémen tôt samedi, ciblant un endroit qu’elle considérait comme constituant une menace pour les navires commerciaux dans la mer Rouge. Cette action fait suite à une série de frappes aériennes menées jeudi par les États-Unis et la Grande-Bretagne contre les rebelles Houthis.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a exhorté toutes les parties à « ne pas aggraver encore la situation » après les premières frappes, qui ont touché 28 sites et plus de 60 cibles, le président Joe Biden ayant mis en garde contre la possibilité de nouvelles frappes contre les Houthis.

La décision de frapper à nouveau est intervenue après que la marine américaine a émis un avertissement vendredi, conseillant aux navires battant pavillon américain d’éviter les zones spécifiées de la mer Rouge et du golfe d’Aden pendant les 72 heures suivant les frappes aériennes initiales.

Les Houthis avaient juré de riposter, intensifiant les tensions dans une région déjà en proie à la guerre entre Israël et le Hamas à Gaza.

L’armée américaine et les responsables de la Maison Blanche ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que les Houthis tentent de riposter.

Selon les Houthis, cinq personnes ont été tuées et six autres blessées lors des premières frappes. Les États-Unis ont ciblé 28 zones différentes contrôlées par les Houthis lors de deux vagues de frappes.

L’Iran a critiqué l’attaque, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, déclarant que des attaques arbitraires ne feraient que contribuer à l’insécurité et à l’instabilité dans la région.

Alors que les manifestants se sont rassemblés vendredi à Téhéran, brûlant des drapeaux britanniques, américains et israéliens tout en scandant un slogan condamnant les trois nations pour les frappes.

Lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, l’ambassadeur russe Vassily Nebenzia a accusé les États-Unis, le Royaume-Uni et leurs alliés d’une « agression armée flagrante » contre le Yémen, avertissant qu’une escalade continue pourrait conduire à une catastrophe dans l’ensemble de la région du Moyen-Orient.

En réponse, l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield et l’ambassadrice britannique Barbara Woodward ont défendu les frappes comme des actes d’autodéfense, soulignant la nécessité d’une désescalade, en particulier de la part des Houthis qui mettaient en danger les lignes maritimes internationales.

Laisser un commentaire

vingt + 20 =