L'argent des contribuables européens passe toujours la nuit dans certaines des banques les moins respectueuses du climat au monde

Jean Delaunay

L’argent des contribuables européens passe toujours la nuit dans certaines des banques les moins respectueuses du climat au monde

Il est impératif que l’UE développe une stratégie d’allocation de capital qui déplace ses liquidités vers des banques éthiques et durables, écrit Marilyn Waite.

Nous avons demandé à la Commission européenne où l’UE garde son argent. La réponse? Dans les banques qui alimentent la crise climatique.

L’UE disposait d’un budget annuel de plus de 158 milliards d’euros en 2021, provenant principalement de ses 27 États membres représentant plus de 447 millions de citoyens de l’UE.

Cet argent passe actuellement la nuit dans certaines des banques les plus polluantes du monde – des institutions qui prêtent des centaines de milliards pour les combustibles fossiles, la déforestation et d’autres industries nuisibles.

Bruxelles continue de faire confiance aux banques très polluantes

Pour aggraver les choses, l’UE n’a aucune relation bancaire avec des banques durables à impact ESG.

Pour les services de paiement, l’UE dépose en moyenne 20 millions d’euros chacune auprès de BNP Paribas en France, d’ING aux Pays-Bas et d’Unicredit en Italie, ignorant les alternatives respectueuses du climat et socialement justes telles que La Nef en France, Triodos aux Pays-Bas et Banca en Italie. Etique.

Dans le cheminement vers une réduction des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici 2030, où l’UE choisit de mettre notre argent compte, d’autant plus que 67 % des consommateurs s’attendent à ce que leur banque soit durable.

Peter Dejong/AP
Un œil est vu sur une petite camionnette de livraison alors qu’une femme retire de l’argent d’un distributeur automatique de billets ING sur le marché Albert Cuyp, Amsterdam, mars 2013

En matière de gestion d’actifs, les choix de la Commission européenne sont tout aussi peu flatteurs : Credit Suisse, Société Générale, Deutsche Bank, BNP Paribas, ING et Santander se classent parmi les premiers de l’UE pour le financement des énergies fossiles et de la déforestation.

Dans le cheminement vers une réduction des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici 2030, où l’UE choisit de mettre notre argent compte, d’autant plus que 67 % des consommateurs s’attendent à ce que leur banque soit durable.

Le dernier rapport du GIEC le dit clairement : nous ne pouvons pas résoudre le changement climatique et continuer à développer l’extraction de combustibles fossiles. Pourtant, c’est exactement ce que font de nombreuses banques choisies par l’UE.

Les fonds verts devraient être confiés à des banques avec le bon ensemble de valeurs

Pour chaque euro inscrit au bilan d’une banque, cette banque peut en tirer un effet de levier d’au moins un facteur trois et généralement d’un facteur dix pour faire des prêts.

La Commission européenne gaspille ainsi les efforts pour accompagner la transition écologique juste avec son choix de relations bancaires.

Avec un budget annuel important financé par les citoyens, l’UE devrait s’aligner sur les institutions financières qui soutiennent les objectifs climatiques ambitieux du bloc et l’économie réelle.

Francisco Seco/AP
Un courtier travaille dans une salle des marchés d’une banque portugaise à Lisbonne, septembre 2013

L’UE peut d’abord prendre des mesures pour réaffecter une partie de ses comptes bancaires à des banques durables, définies comme des banques éthiques et axées sur l’impact ESG, notamment en fonction du statut de membre de la FEBEA, du statut de l’Alliance mondiale pour la banque sur les valeurs, de la certification B Corp ou une désignation d’entreprise nationale axée sur la mission.

Par exemple, le capital utilisé pour gérer le Fonds social pour le climat, le Fonds LIFE et le Fonds pour l’innovation pourrait siéger dans des banques qui ne compromettent pas directement les objectifs de ces mêmes instruments.

Déposer l’argent des contribuables dans des banques éthiques nous rapprocherait également du net zéro

En déplaçant les dépôts des banques de combustibles fossiles vers des banques durables, l’UE réaliserait tout le potentiel de l’argent des contribuables, car les émissions pour chaque euro déposé diminueraient de plus de 60 %.

Cela rapprocherait l’UE du véritable zéro net en tirant simplement parti des ressources déjà existantes.

Il est important de noter que le transfert des dépôts vers les banques durables de l’UE ne nécessiterait aucun budget ni dépense supplémentaire.

Au contraire, cela renforcerait le solide réseau existant d’institutions financières axées sur la durabilité dans toute l’UE, qui peuvent faire évoluer leurs politiques respectueuses de la population et de la planète.

Au cours de la dernière décennie, les banques durables ont affiché des rendements des actifs et des fonds propres qui doublent la performance de leurs homologues conventionnels tout en limitant considérablement leur exposition aux risques environnementaux.

Paul Blanc/AP
Des employés de bureau marchent dans le quartier des affaires de Madrid, janvier 2013

Au cours de la dernière décennie, les banques durables ont affiché des rendements des actifs et des fonds propres qui doublent la performance de leurs homologues conventionnels tout en limitant considérablement leur exposition aux risques environnementaux.

En suivant l’adoption par le marché du Partnership for Carbon Accounting Financials (PCAF), les banques à impact ESG ont été des pionnières mondiales dans la comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre provenant des prêts et des investissements et ont eu une influence positive sur les banques à la traîne à cet égard.

L’UE devrait œuvrer pour un avenir socialement responsable et sûr

Bien que les banques respectueuses du climat ne soient pas encore en mesure d’absorber 100 % de l’argent de l’UE, leur capacité est suffisamment importante pour une réaffectation significative des fonds de l’UE.

Par exemple, les membres de la FEBEA, qui ne représentent qu’une fraction des banques durables de l’UE, gèrent à eux seuls plus de 33 milliards d’euros d’actifs.

Lorsque ces actifs sont combinés avec d’autres banques durables, telles que GLS, UmweltBank et Triodos, la capacité passe à 61 milliards d’euros.

Il est impératif que l’UE développe une stratégie d’allocation de capital qui déplace ses liquidités vers des banques éthiques et durables.

Virginie Mayo/AP
Un pigeon est vu devant une bannière géante pour l’euro devant le siège de la Commission européenne à Bruxelles, novembre 2012

Il est impératif que l’UE développe une stratégie d’allocation de capital qui déplace ses liquidités vers des banques éthiques et durables.

Ne nécessitant aucun fonds supplémentaire des contribuables, cette décision permettrait au budget actuel de l’UE de travailler 10 fois plus pour un avenir socialement responsable et écologiquement sûr.

La décarbonation de la finance de l’UE est un puissant levier climatique, non seulement en raison des réductions directes d’émissions, mais aussi en raison de son potentiel de transformation systémique du secteur financier européen en soutenant des banques respectueuses du climat et en incitant d’autres acteurs économiques à faire de même.

Laisser un commentaire

3 × 1 =