L'argent dépensé par l'UE pour la politique migratoire devient "complexe" à suivre - expert

Jean Delaunay

L’argent dépensé par l’UE pour la politique migratoire devient « complexe » à suivre – expert

Le réseau des fonds allant vers l’externalisation de la question litigieuse s’élargit beaucoup.

La politique d’externalisation de l’UE dans la gestion des flux migratoires rend de plus en plus difficile de suivre la piste de l’argent, comme en témoigne le protocole d’accord que la Commission européenne s’apprête à signer avec le gouvernement tunisien.

L’accord comprend une enveloppe financière de 105 millions d’euros pour la gestion des frontières, les opérations de recherche et de sauvetage, les activités de lutte contre le trafic et le retour des migrants.

Ce type de coopération n’est pas nouveau et a en effet été approuvé par les dirigeants de l’UE, qui lors du sommet de la semaine dernière, « ont souligné l’importance de renforcer et de développer des partenariats stratégiques similaires ».

Mais qui et combien l’UE paie-t-elle pour freiner les flux migratoires ?

Outre les 6 milliards d’euros alloués à la Turquie depuis 2016, il y a 60 millions d’euros pour un nouveau paquet migratoire des Balkans occidentaux, 120 millions d’euros pour l’Égypte et 152 millions d’euros pour le Maroc.

Cependant, les pays voisins ne sont pas les seuls à recevoir de l’argent. Le Nigeria, par exemple, a reçu 28,4 millions d’euros au titre du « soutien au gouvernement de la migration », le Bangladesh 55 millions d’euros et le Pakistan 59 millions d’euros pour différents programmes, y compris la réintégration de leurs ressortissants renvoyés d’Europe.

Il est en fait très difficile d’avoir une vue d’ensemble de tout l’argent dépensé par l’UE, selon Sergio Carrera, chercheur senior au CEPS, qui a également critiqué le manque de transparence.

« Il existe un vaste paysage fragmenté et hypercomplexe de fonds que l’UE met en pratique pour financer les priorités liées à la gestion des migrations », a déclaré Carrera à L’Observatoire de l’Europe.

« Vous avez l’AMIF (Asile and Migration Fund), qui est un fonds pour les affaires intérieures, mais vous avez aussi des fonds pour le voisinage et le développement. L’image rend fondamentalement impossible pour quiconque de vraiment comprendre ce que l’UE finançait où.

« Et le plus préoccupant est l’impact de ces fonds sur les droits de l’homme, l’état de droit et la démocratie », a-t-il ajouté.

La Libye est l’une des situations les plus préoccupantes. L’UE a lancé son Appui à la gestion intégrée des frontières et des migrations en Libye (SIBMMIL) en 2017. Il s’élève à 59 millions d’euros et comprend la livraison de neuf navires pour les opérations de recherche et de sauvetage et la formation de plus de 100 membres des garde-côtes libyens, un corps accusé de violations des droits de l’homme par plusieurs associations. et une mission d’enquête de l’ONU.

« Le rapport de la mission d’enquête de l’ONU de mai était très, très clair », a déclaré l’eurodéputée verte néerlandaise Tineke Strik à L’Observatoire de l’Europe.

« Les garde-côtes libyens et d’autres entités dirigées par l’État financées par l’UE sont profondément impliquées dans des crimes contre l’humanité. Ils sont impliqués dans la contrebande, le trafic et l’esclavage. Ils maintiennent les gens en détention. Ils les torturent pour pousser les membres de leur famille à les payer.

« Donc, ils l’utilisent pour faire chanter les membres de leur famille et ils profitent énormément de leur trafic et ce sont les entités généralement financées par l’UE. Ainsi, l’ONU a conclu que l’UE, avec son financement, contribue aux crimes contre l’humanité », a également déclaré Strik. .

Parmi son « partenariat opérationnel anti-contrebande », la Commission européenne a promis 40 millions d’euros pour lutter contre les réseaux criminels en Afrique du Nord, mais elle devra contrôler attentivement les destinataires de cet argent.

Laisser un commentaire

1 × cinq =