Presidential candidates Pekka Haavisto left, Jussi Halla-aho, center, and Alexander Stubb speak before the debate at Yle in Helsinki on January 25, 2024.

Jean Delaunay

L’ancien Premier ministre devrait remporter le premier tour de l’élection présidentielle finlandaise

Alexander Stubb, qui a probablement gagné 27,3 %, affrontera désormais son deuxième Pekka Haavisto, qui a probablement gagné 25,8 %, lors du second tour le mois prochain.

La chaîne publique finlandaise YLE a également prévu que le président du Parlement, Jussi Halla-aho, arriverait en troisième position avec 18,6 %.

Le résultat prévu entraînera un second tour le 11 février entre Stubb et Haavisto, car aucun des candidats n’a reçu plus de la moitié des voix.

La prédiction de YLE, très précise lors des élections précédentes, est un modèle mathématique calculé sur la base des votes anticipés et d’un certain nombre de votes de dimanche selon les données officielles fournies par le Centre du Registre Légal. Les sondages à la sortie des urnes ne sont généralement pas utilisés en Finlande.

Stubb, 55 ans, et Haavisto, 65 ans, étaient les principaux prétendants à l’élection. Environ 4,5 millions d’électeurs éligibles ont choisi un successeur parmi neuf candidats au très populaire président Sauli Niinistö, dont le deuxième mandat de six ans expire en mars. Il n’était pas rééligible.

Le taux de participation initial a été calculé à 74,9 %.

Stubb représente le parti conservateur de la Coalition nationale et a dirigé le gouvernement finlandais en 2014-2015, tandis que le politicien chevronné Haavisto, ancien diplomate de l’ONU et membre de la Ligue verte, se présente pour la troisième fois en tant que candidat indépendant.

Contrairement à la plupart des pays européens, le président finlandais détient le pouvoir exécutif dans la formulation de la politique étrangère et de sécurité, en particulier lorsqu’il traite avec des pays extérieurs à l’Union européenne comme les États-Unis, la Russie et la Chine.

Le président agit également en tant que commandant suprême de l’armée finlandaise, une fonction particulièrement importante dans l’environnement de sécurité actuel de l’Europe.

Les principaux thèmes de l’élection étaient des questions de politique étrangère et de sécurité telles que l’adhésion récente de la Finlande à l’OTAN, la politique future à l’égard de la Russie, le renforcement de la coopération en matière de sécurité avec les États-Unis et la nécessité de continuer à aider l’Ukraine tant militairement qu’humanitairement.

Le nouveau chef de l’État finlandais entamera un mandat de six ans en mars dans une situation géopolitique et sécuritaire en Europe nettement différente de celle de l’actuel Niinistö après les élections de 2018.

Abandonnant des décennies de non-alignement militaire à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Finlande est devenue le 31e membre de l’OTAN en avril, au grand dam du président russe Vladimir Poutine, qui partage une frontière de 1 340 kilomètres avec la nation nordique.

L’adhésion à l’OTAN, qui a fait de la Finlande le pays de première ligne de l’alliance militaire occidentale face à la Russie, et la guerre qui fait rage en Ukraine à seulement 1 000 kilomètres de la frontière finlandaise ont renforcé le statut du président en tant que leader en matière de politique de sécurité.

En tant que ministre des Affaires étrangères, Haavisto a signé l’année dernière le traité d’adhésion historique de la Finlande à l’OTAN et a joué un rôle clé dans le processus d’adhésion aux côtés de Niinistö et de l’ancienne Première ministre Sanna Marin.

La Suède, voisin occidental de la Finlande, devrait rejoindre l’OTAN dans un avenir proche, le dernier pays résistant, la Hongrie, devant ratifier la candidature de Stockholm d’ici la fin février.

Laisser un commentaire

quatre × deux =