Ukraine

Jean Delaunay

L’Allemand Olaf Scholz est devenu un problème majeur pour l’Ukraine

Entre fuites d’enregistrements, conférences de presse muettes et politique confuse, la chancelière allemande est en grande difficulté.

Après des mois de ce qui semblait être une véritable impasse, un nouveau récit du conflit ukrainien s’installe : à moins que l’Occident n’étende et n’accélère son soutien à l’armée ukrainienne, la Russie pourrait bientôt avoir une fenêtre d’opportunité majeure.

Et alors que la Chambre des représentants des États-Unis n’a pas encore approuvé un nouveau programme d’aide militaire américaine, les alliés européens de l’OTAN s’apprêtent à accroître leurs contributions à l’effort de guerre. Mais tous ne sont pas sur la même longueur d’onde – et la plus grande économie du continent apparaît soudain comme un problème politique et stratégique majeur tant pour l’Ukraine que pour l’OTAN dans son ensemble.

L’Allemagne a parcouru un long chemin depuis l’invasion russe en février 2022. Le gouvernement alors relativement nouveau, dirigé par le chancelier Olaf Scholz, a supervisé un changement majeur dans la politique de défense allemande en annonçant que le pays fournirait du matériel militaire à l’Ukraine, une décision qui a contribué à prouver à quel point l’Occident dans son ensemble prenait le conflit au sérieux.

Mais depuis lors, le rôle des Allemands dans la guerre est devenu quelque peu confus. D’une part, les euros et le matériel allemands arrivent en Ukraine, quoique de manière intermittente. Le ministère de la Défense du pays reconnaît clairement la gravité du conflit : il exhorte de plus en plus l’Europe à anticiper une menace russe plus importante contre des pays autres que l’Ukraine et déploie des bataillons prêts au combat en Lituanie, ce qui signifie que les troupes allemandes seront stationnées à seulement 100 km des troupes russes. frontière.

Mais d’un autre côté, le gouvernement de Scholz a récemment résisté aux pressions visant à partager l’un de ses moyens militaires les plus puissants avec les Ukrainiens au moment même où ils en ont le plus besoin.

Un missile Taurus vole lors d’un exercice militaire au large des côtes sud-coréennes.
Un missile Taurus vole lors d’un exercice militaire au large des côtes sud-coréennes.

L’objet en question est le missile Taurus, un missile furtif d’une portée de 500 km – soit deux fois la portée des missiles britanniques Storm Shadow et français Scalp, qui ont tous deux été utilisés par l’Ukraine pour frapper d’importantes cibles militaires russes.

Les Ukrainiens réclament depuis des mois le système Taurus, mais Scholz a jusqu’à présent refusé. Le chancelier a affirmé que les missiles ne pouvaient pas être envoyés en Ukraine car cela impliquerait de déployer des troupes allemandes sur le terrain pour les programmer, une décision qui, selon lui, pourrait menacer une dangereuse escalade.

Scholz a commis un faux pas diplomatique majeur lors d’un récent sommet en laissant entendre que les forces françaises et britanniques utilisent des missiles de croisière qui sont apparemment sous contrôle ukrainien – ce qu’aucun des deux pays n’admet. Le chef de la commission des affaires étrangères de la Chambre des communes britannique a qualifié ces propos de « faux, irresponsables et de gifle pour les alliés ».

Mais pire encore que le refus de Scholz d’envoyer des Taurus en Ukraine a été la récente fuite d’un enregistrement dans lequel on pouvait entendre des officiers de l’armée de l’air allemande contredire directement l’argument de Scholz, confirmant au contraire que le missile ne nécessiterait pas en fait le déploiement de main d’œuvre allemande en Ukraine.

L’enregistrement a été révélé dans les médias russes, Moscou menaçant de « conséquences désastreuses » pour l’Allemagne si Taurus était déployé en Ukraine.

L’ancien président Dmitri Medvedev, qui a tenu certains des discours les plus extrêmes du Kremlin depuis l’invasion, a répondu par deux tirades nationalistes via l’application de messagerie Telegram, partageant un poème de la Seconde Guerre mondiale intitulé « Tuez-le ! » et écrivant : « L’appel de la Grande Guerre Patriotique est redevenu d’actualité : « MORT AUX OCCUPANTS ALLEMANDS-NAZIS !

Pris au dépourvu

Le fait qu’une conversation aussi sensible ait pu être enregistrée et divulguée, notamment par les Russes, a horrifié de nombreuses personnes en Allemagne et plus largement au sein de l’OTAN. Mais la révélation selon laquelle le prétexte public avancé par Scholz pour retenir le Taurus est sans fondement a provoqué une profonde colère.

Selon Benjamin Tallis, chercheur principal au Conseil allemand des relations extérieures, l’enregistrement montre que la chancelière n’est pas véritablement engagée en faveur d’une victoire ukrainienne.

« Une telle retenue risque d’entraîner une défaite ukrainienne, ce qui mettrait toute l’Europe en grand danger », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe. « Les arguments de Scholz ont été démantelés un par un et se sont révélés être des excuses. Les alliés ont envoyé des armes similaires et n’ont subi aucune représailles. Tout ce que fait Scholz, c’est projeter la faiblesse et faire de l’Allemagne une cible.

« Après la fuite du Taurus, il semble que ce qui craigne vraiment Scholz, c’est l’efficacité de l’arme. Cela trahit sa position de ne pas vouloir que l’Ukraine gagne – et c’est une approche qui laisse tomber tous les Européens en nous rendant moins sûrs. »

Olaf Scholz monte à bord d'un avion de l'armée de l'air dans la section militaire de l'aéroport de Berlin-Brandebourg.
Olaf Scholz monte à bord d’un avion de l’armée de l’air dans la section militaire de l’aéroport de Berlin-Brandebourg.

La saga du missile Taurus et la fuite de l’enregistrement surviennent à un moment extrêmement inopportun dans le conflit ukrainien.

Les récentes avancées russes dans l’est du pays doivent beaucoup à une pénurie de munitions du côté ukrainien, que Kiev et certains de ses alliés ont imputée à la lenteur de certains pays occidentaux à réapprovisionner l’effort de guerre.

En plus de continuer à infliger de lourdes pertes à l’armée russe – ce qui Kyiv revendique a perdu bien plus de 400 000 soldats depuis février 2022 – les forces armées ukrainiennes se concentrent actuellement sur la destruction de ressources militaires de grande valeur que les Russes auront du mal à remplacer, parmi lesquelles un navire de patrouille russe de haute technologie qui a été touché par un drone maritime le 4. Mars.

Ces frappes présentent de multiples avantages : en plus de ne coûter aucune vie aux Ukrainiens, elles sapent les capacités tactiques de la Russie et remettent en question l’idée selon laquelle ses énormes ressources offrent une quelconque garantie de victoire. Il en va de même pour les frappes de missiles et de drones sur le territoire russe, notamment dans la région frontalière de Belgorod, que l’Ukraine a plusieurs fois ciblée.

Mais sans suffisamment de matériel occidental pour poursuivre ces efforts, et avec de plus en plus d’informations faisant état de troupes se retirant de leurs positions avec des munitions épuisées, l’Ukraine aura du mal à maintenir les espoirs de ses alliés les plus proches.

Laisser un commentaire

6 + 8 =