L’Allemagne et la France font pression pour des méga-accords dans le cadre d’une refonte de la concurrence

Martin Goujon

L’Allemagne et la France font pression pour des méga-accords dans le cadre d’une refonte de la concurrence

BRUXELLES — L’Allemagne et la France appellent à une refonte des règles de concurrence de l’Union européenne pour ouvrir la voie aux plus grandes compagnies aériennes et entreprises de télécommunications, ainsi qu’à des subventions « ciblées » pour aider les entreprises à se développer.

Cette décision intervient cinq ans après que Paris et l’Allemagne ont été frustrés dans leur tentative de construire un champion européen capable de rivaliser avec ses rivaux chinois dans le secteur ferroviaire par le biais d’une fusion Alstom-Siemens.

La France et l’Allemagne étaient frustrées que la chef de la concurrence, Margrethe Vestager, ait jugé ce rapprochement comme une mauvaise affaire pour les consommateurs et l’innovation européenne plutôt que de donner la priorité à un poids lourd européen.

Avec l’arrivée prochaine d’une nouvelle Commission, les deux plus grandes économies de l’UE s’apprêtent à modifier les règles de l’UE.

« Nous devons revoir les règles européennes actuelles de concurrence » pour vérifier si elles peuvent permettre « des consortiums et des consolidations dans des secteurs clés » comme les réseaux mobiles ou l’espace aérien « afin de renforcer la résilience européenne », ont déclaré les deux gouvernements dans un communiqué précisant ce que ils pensent que la prochaine Commission européenne devra faire au cours des cinq prochaines années pour stimuler la croissance européenne.

La compagnie aérienne allemande Lufthansa est actuellement confrontée à l’opposition de l’UE concernant son projet de prise de participation dans la compagnie aérienne italienne ITA.

Les deux gouvernements ont également fait pression pour pouvoir donner plus de liquidités aux entreprises favorisées, en faisant pression avec succès pour obtenir plus de marge de manœuvre pour aider les entreprises à surmonter une série de chocs économiques, du Covid-19 à la flambée des prix de l’énergie, malgré les inquiétudes des petits pays.

Ils souhaitent « une nouvelle amélioration du cadre des aides d’État » pour soutenir les investissements privés et un outil de subvention de la politique industrielle existant « afin de fournir un soutien ciblé aux entreprises dans leur processus de transition, dans les secteurs industriels les plus stratégiques et dans les technologies hautement innovantes, ainsi créer un espace permettant aux entreprises européennes de devenir compétitives à l’échelle mondiale.

Cela devrait s’inscrire dans un effort plus large visant à réduire la dépendance de l’Europe à l’égard de ses partenaires commerciaux et à « faire de l’Europe un leader mondial » dans les domaines des technologies zéro émission nette, de l’intelligence artificielle, des technologies quantiques, de l’espace et de l’aéronautique, des biotechnologies, de la robotique, de la mobilité et des produits chimiques, ont déclaré les ministres après l’accord. une rencontre lors de la visite d’État du président français Emmanuel Macron en Allemagne.

La Commission a besoin de « procédures plus rapides, plus efficaces, simplifiées et transparentes pour les programmes de financement européens et les aides d’État », y compris une exemption « conviviale » pour certaines aides de l’examen de l’UE et « un cadre ciblé qui permette à l’industrie de se transformer » via des mesures efficaces et accélérées. approbations d’aides d’État.

Les projets importants d’intérêt européen commun, qui canalisent l’argent de plusieurs gouvernements vers des programmes industriels clés, doivent « être optimisés, pour stimuler la technologie profonde et l’innovation de rupture », ont-ils déclaré. La procédure d’autorisation de l’UE pour de telles subventions doit être plus simple et plus rapide, ont-ils déclaré, et pourrait être combinée avec d’autres formes de financement de l’UE.

L’appel inclut la campagne « Acheter l’Europe » de Macron, qui demande « une préférence européenne pour les marchés publics dans des secteurs stratégiques, tels que la défense et l’espace ».

Paris et Berlin offrent quelques carottes aux régulateurs européens de la concurrence, sous la pression de ressources limitées, suggérant que les taxes des Big Tech paient des frais de surveillance pour la loi sur les marchés numériques afin de permettre « une mise en œuvre et un suivi approfondis ».

Ils préconisent également « d’ajuster les règles et réglementations actuelles de l’UE en matière de contrôle des fusions afin de traiter les acquisitions stratégiques de concurrents potentiels qui entravent l’innovation (« acquisitions tueuses ») », répondant à la crainte que le tribunal de l’UE puisse saper la manière dont la Commission examine les transactions problématiques.

Laisser un commentaire

19 − quatorze =