L'Allemagne assouplit les restrictions sur les exportations d'armes vers l'Arabie saoudite - mais pas sur les avions de chasse

Martin Goujon

L’Allemagne assouplit les restrictions sur les exportations d’armes vers l’Arabie saoudite – mais pas sur les avions de chasse

La décision de ne pas livrer d’avions de chasse risque de mettre la Grande-Bretagne en colère.

VILNIUS — Le gouvernement allemand a accepté mercredi d’assouplir sa position sur les exportations d’armes vers l’Arabie saoudite tout en continuant à bloquer les livraisons d’avions Eurofighter — une décision qui risque de contrarier le Royaume-Uni qui est impliqué dans la production de l’avion de chasse.

L’Allemagne a imposé un embargo sur les exportations d’armes contre l’Arabie saoudite en 2018 à la suite du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi et de l’implication de Riyad dans la guerre au Yémen. Ces derniers mois, certains membres de la coalition gouvernementale du chancelier Olaf Scholz ont exercé une pression croissante – en particulier de la part du Parti libéral démocrate (FDP) favorable aux entreprises – reconsidérer l’exportation d’armes vers l’Arabie saoudite après avoir atteint un cessez-le-feu avec les Houthis soutenus par l’Iran au Yémen l’année dernière.

Les exportations d’armes vers les régions en conflit sont un sujet particulièrement sensible pour les Verts, l’un des partenaires de coalition des sociaux-démocrates de Scholz, aux côtés du FDP.

Le gouvernement allemand a dévié de sa position de longue date de ne pas fournir d’armes aux zones de guerre lorsqu’il a accepté l’année dernière pour la première fois d’envoyer ses propres armes en Ukraine au milieu de l’invasion russe.

Scholz a conclu un accord avec les Verts et le FDP pour autoriser les exportations d’armes vers l’Arabie saoudite « dans des cas individuels spécifiques », a déclaré le porte-parole de Scholz, Steffen Hebestreit, dans un communiqué louant les efforts de cessez-le-feu de l’Arabie saoudite, sans préciser quels sont les critères pour ces cas.

Ces armes, a-t-il ajouté, ne doivent pas être utilisées au Yémen et ne doivent pas être utilisées en relation avec d’éventuelles violations des droits de l’homme.

Scholz a déclaré mercredi aux journalistes que l’accord ne changeait pas la position de Berlin sur les livraisons d’avions de chasse à Riyad, que l’Allemagne a bloquées.

« Je peux vous dire : une décision sur la livraison d’un Eurofighter vers l’Arabie saoudite n’est pas à l’ordre du jour dans un avenir prévisible », a déclaré le chancelier lors de sa conférence de presse de clôture du sommet de l’OTAN à Vilnius.

Un fonctionnaire du gouvernement allemand, qui a obtenu l’anonymat pour parler librement, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’il n’y aurait pas d’autorisation d’exporter des Eurofighters vers l’Arabie saoudite au cours de la période législative actuelle, qui s’étend jusqu’à la fin de 2025.

La décision pourrait contrarier le Royaume-Uni, qui fait pression pour autoriser la livraison d’avions Eurofighter à Riyad, selon un rapport de Welt, une publication sœur allemande de L’Observatoire de l’Europe.

L’Arabie saoudite, qui compte déjà 72 Eurofighters, a convenu il y a cinq ans avec Londres d’une option pour commander quatre douzaines d’avions supplémentaires développés conjointement par la société franco-allemande Airbus (bien que la France se soit retirée plus tard), le britannique BAE Systems et l’italien Leonardo. Ces pays peuvent opposer leur veto aux exportations d’avions vers d’autres pays, ce que l’Allemagne a utilisé dans ce cas.

Cependant, l’Allemagne peut autoriser la livraison de l’avion cargo militaire A400M, développé entre plusieurs pays européens, aux Émirats arabes unis. Scholz a souligné l’importance de la coopération sur divers projets d’armement en Europe lors de sa conférence de presse mercredi, et a désigné l’A400M spécifiquement comme un avion pouvant être autorisé à l’exportation.

Sara Nanni, porte-parole de la politique de défense des Verts allemands, a salué la décision de ne pas autoriser les livraisons d’avions de chasse à l’Arabie saoudite, mais a souligné que les Émirats ne devraient pas obtenir l’A400M.

« Ils l’utiliseront pour distribuer des armes dans la région – cela atteindra le contraire de la prévention et de la stabilité », a déclaré Nanni à L’Observatoire de l’Europe.

Laisser un commentaire

dix-huit − cinq =