FILE - A man thought to be a migrant disembarks after being picked up in the Channel by a British border force vessel in Dover, south east England, 13 August, 2021.

Jean Delaunay

L’alarme est tirée sur les conditions « semblables à celles des prisons » dans les centres d’immigration britanniques

Un nouveau rapport a exhorté les autorités britanniques à apporter une série d’améliorations dans les centres de détention pour immigrants, notamment en ce qui concerne les conditions de détention et les problèmes de personnel.

Les centres de détention pour immigrants au Royaume-Uni ont encore un long chemin à parcourir.

C’est ce que révèle un nouveau rapport du Comité européen pour la prévention de la torture (CPT) publié jeudi.

Lors d’une visite dans le pays entre mars et avril 2023, il a souligné plusieurs problèmes liés à l’incertitude quant à la durée de détention des migrants, aux conditions « carcérales » dans les centres et au traitement des personnes présentant des symptômes de maladie mentale.

Le gouvernement britannique a fustigé le rapport, affirmant qu’il ne « reconnaissait pas grand-chose » de son contenu.

Le rapport du CPT a formulé une série de recommandations à l’intention de Downing Street, qui tente actuellement de faire adopter par la Chambre des Lords son projet de loi controversé visant à expulser les demandeurs d’asile vers le Rwanda.

Le Royaume-Uni devrait imposer une limite de temps pour la détention de personnes en vertu de la législation sur l’immigration, l’incertitude liée au fait de ne pas connaître la durée de la détention ayant un impact négatif sur les détenus, affirme-t-il.

À l’heure actuelle, la loi britannique sur l’immigration de 1971 ne fixe pas de délai de détention.

Cela signifie que les gens peuvent passer six mois, voire un an ou deux, dans un centre de détention, explique Hugh Chetwynd, secrétaire exécutif du CPT, à L’Observatoire de l’Europe.

« L’incertitude liée à la durée de votre détention joue sur votre bien-être », explique Chetwynd, « surtout si vous n’avez pas commis de crime et que vous allez être expulsé. »

Installations de type carcérale et mauvaise ventilation

Le CPT a visité quatre centres de détention situés à travers le pays : Derwentside (près de Newcastle), Brook House (aéroport de Gatwick) et Colnbrook et Harmondsworth (région de Londres).

Les centres de détention sont généralement bien équipés, selon le rapport. Certaines chambres comprennent une télévision, des armoires avec serrures, un coin salon et des fenêtres pouvant être facilement ouvertes.

Pourtant, le CPT a déterminé que les centres de détention de Brook House et de Colnbrook restent semblables à des prisons et « ne sont pas appropriés pour détenir des personnes ».

Même si Brook House s’efforce de créer un meilleur environnement en incluant des œuvres d’art murales, des efforts supplémentaires devraient être déployés, estime le CPT.

Certaines personnes ont signalé des maux de tête au centre en raison du manque de ventilation dans les cellules, le CPT signalant des moisissures.

La délégation a également reçu des plaintes concernant la nourriture dans les quatre centres. Les inquiétudes concernaient des portions inadéquates et une qualité médiocre.

Les gens pensent qu'il s'agit de migrants qui ont entrepris la traversée depuis la France à bord de petites embarcations et ont été récupérés dans la Manche.  Vendredi 17 juin 2022.
Les gens pensent qu’il s’agit de migrants qui ont entrepris la traversée depuis la France à bord de petites embarcations et ont été récupérés dans la Manche. Vendredi 17 juin 2022.

Il n’y a aucune indication de mauvais traitements physiques infligés aux détenus par des membres du personnel, indique le rapport.

Cela indique que les personnes travaillant dans les établissements sont généralement solidaires et entretiennent de bonnes relations avec tout le monde.

Pourtant, à Colnbrook et Harmondsworth, des rapports auraient fait état de propos abusifs de la part de membres du personnel. À Brook House, le CPT a noté des moments de « comportement dédaigneux et de manque d’engagement » de la part du personnel.

Inquiétudes concernant le traitement des personnes atteintes de maladie mentale

Les personnes détenues dans les centres de détention ont un bon accès aux équipes de santé mentale, a rapporté le CPT.

Mais le transfert de patients présentant des « symptômes graves de maladie mentale » vers un hôpital psychiatrique reste une préoccupation.

Le CPT a également constaté que certaines personnes considérées comme inaptes à la détention étaient détenues dans les centres.

Selon les règles britanniques, les personnes vulnérables doivent être portées à l’attention des autorités qui prennent les décisions en matière de détention. Si la santé d’une personne est susceptible d’être affectée par sa détention, les autorités doivent alors évaluer si elle doit être libérée, indique le rapport.

Pourtant, le CPT a constaté que dans certains centres, les personnes étaient mal catégorisées et restaient en détention malgré les implications pour leur santé.

Leur rapport soulevait des inquiétudes concernant les processus d’expulsion d’étrangers ayant commis des crimes au Royaume-Uni, estimant qu’ils étaient « enfermés 23 heures par jour dans leurs cellules dans de mauvaises conditions avec peu de chances d’être expulsés, ce qui pourrait équivaloir à un traitement inhumain et dégradant ».

En réponse, le gouvernement britannique a déclaré qu’il « ne reconnaît pas une grande partie du contenu de ce rapport » car il « ne reflète pas fidèlement le travail important que nous entreprenons pour assurer la sécurité et le bien-être des personnes dont nous avons la charge ».

Ils ont affirmé que le Royaume-Uni remplissait depuis longtemps ses obligations en matière de droits de l’homme et garantissait la protection des libertés.

Laisser un commentaire

deux × 3 =