The far-right Alternative for Germany (AfD) party is suspected of extremism.

Jean Delaunay

L’AfD et ses alliés forment à Bruxelles un nouveau groupe d’extrême droite appelé « Europe des nations souveraines »

Le nouveau groupe, baptisé Europe des nations souveraines, devient immédiatement la force la plus radicale de la droite au Parlement européen.

Un nouveau groupe d’extrême droite s’est formé au Parlement européen sous le nom d' »Europe des Nations Souveraines » (ESN), regroupant des partis controversés qui jusqu’à aujourd’hui manquaient d’affiliation politique en raison du caractère radical de leurs idées.

La formation regroupe 25 députés européens issus de huit États membres, soit suffisamment pour établir un groupe formel dans l’hémicycle et éviter la catégorie des non-inscrits, qui réduit considérablement la pertinence et le temps de parole des législateurs.

Sa composition et son nom ont été annoncés mercredi après-midi à l’issue d’une réunion constitutive à Bruxelles, mettant fin à des jours de spéculations croissantes. Cette nouvelle intervient deux jours seulement après l’émergence des Patriotes pour l’Europe de Viktor Orbán et consolide la reconfiguration des forces d’extrême droite au lendemain des élections de juin.

Malgré leur nature variée, les huit partis de l’ESN sont soudés par une opposition farouche à la gestion des migrations, au Green Deal, au progressisme social et à l’aide militaire à l’Ukraine, ce qui les met sur une trajectoire de collision avec le courant dominant.

En outre, ils contestent tous le projet d’intégration européenne, dans lequel les pays délèguent certaines de leurs compétences à des institutions supranationales pour construire une union politique et économique. D’où la prédominance du terme « souveraineté » dans le titre.

L’Europe des Nations Souveraines est composée de :

  • Alternative pour l’Allemagne (AfD) : 14 députés
  • Confédération polonaise : 3 députés
  • La renaissance de la Bulgarie : 3 députés européens
  • Reconquête de la France : 1 député européen
  • République slovaque : 1 député
  • Liberté et démocratie directe en Tchéquie (SPD) : 1 député
  • Mouvement hongrois « Notre patrie » : 1 député européen
  • Union du peuple et de la justice de Lituanie : 1 député européen

Qui est qui dans le nouveau groupe ?

Le parti de l’AfD est le principal parti du parti, qui détient plus de la moitié des sièges des États souverains en Europe. L’un de ses députés, René Aust, a été nommé coprésident. Stanisław Tyszka, de la Confédération, est l’autre.

« Nous nous sommes réunis parce que nous partageons l’objectif d’avoir un impact significatif sur l’avenir politique de l’Europe par le biais d’actions décisives et d’une planification stratégique. Cela ne peut réussir que collectivement, comme le montre l’histoire européenne. L’influence a toujours été exercée par ceux qui ont eu le courage de s’organiser et d’agir de manière stratégique », ont déclaré Aust et Tyszka.

« Nous choisissons cette voie non pas parce qu’elle est facile, mais parce qu’elle est nécessaire pour réaliser notre vision commune d’une Europe des patries forte, unie et tournée vers l’avenir. »

Sans doute l’un des partis d’extrême droite les plus notoires d’Europe, l’AfD a été accusé de promouvoir des croyances ethno-nationalistes, de propager l’islamophobie, de se livrer à un révisionnisme historique et de nier l’existence du changement climatique d’origine humaine.

Plus tôt cette année, l’organisation de journalisme d’investigation Correctiv a révélé que des responsables de l’AfD avaient participé à une réunion au cours de laquelle ils avaient discuté de projets de « remigration » visant à expulser du pays les demandeurs d’asile, les résidents étrangers et les citoyens allemands « non affiliés ». Le rapport a provoqué une énorme indignation et a donné lieu à des semaines de manifestations de masse.

En mai, un tribunal allemand a officiellement qualifié l’AfD de suspect d’extrémisme, permettant aux services de renseignement de surveiller ses activités et ses communications.

Plus tard dans le mois, l’AfD a été exclue du groupe Identité et démocratie (ID), aujourd’hui dissous, après que son chef de l’époque, Maximillian Krah, a déclaré à un journal italien que tous ceux qui portaient un uniforme SS n’étaient pas des criminels de guerre. Par ailleurs, les bureaux de Krah ont été perquisitionnés lorsque son assistant a été arrêté, accusé d’espionnage pour le compte des services secrets chinois.

Le statut de non-inscrit de l’AfD a alimenté des semaines de spéculations sur un éventuel nouveau groupe à Bruxelles, initialement appelé « Les souverainistes ».

Parmi les autres membres figure la Confédération polonaise (ou Konfederacja), une coalition résolument anti-LGBTQ, antiféministe et anti-avortement. Cependant, seuls trois des six députés européens élus sous la Confédération ont rejoint le nouveau groupe.

La députée européenne Anna Bryłka a déclaré qu’elle resterait à l’écart en raison de « l’attitude » du groupe à l’égard des gazoducs Nord Stream qui relient l’Europe à la Russie, auxquels la Pologne s’oppose fermement.

« Dans le même temps, je déclare coopérer avec toutes les forces européennes qui veulent mettre un terme à la fédéralisation rampante, à l’immigration massive et incontrôlée et au Pacte vert européen », a déclaré Bryłka sur les réseaux sociaux, expliquant sa décision.

L’Europe des nations souveraines comprend également le Renouveau bulgare, le Mouvement Notre Patrie (MHM) hongrois, le Parti de la liberté et de la démocratie directe (SPD) tchèque, le Reconquête ! français et la République slovaque, qui prônent tous l’ultranationalisme et l’ultraconservatisme, et embrassent des thèmes nativistes et xénophobes.

Dans certains cas, comme Revival, Our Homeland Movement et Republika, les partis ont été associés au mouvement anti-vaccination. Une position amicale envers la Russie est un autre thème récurrent parmi les membres de l’ESN.

Dans l’ensemble, le groupe peut facilement être considéré comme la formation la plus radicale du Parlement européen et sera immédiatement placé sous contrôle. cordon sanitaire par les forces dominantes, le privant de postes de haut niveau au sein de l’institution.

Le parti controversé SOS Roumanie, qui semblait être un candidat approprié, a été rejeté en raison des inquiétudes soulevées par certaines délégations, notamment l’AfD et le Mouvement Notre Patrie. Parmi ses propositions extrêmes, SOS Roumanie souhaite redessiner la carte de l’Europe de l’Est pour rétablir la « Grande Roumanie », le royaume de l’entre-deux-guerres.

Une autre omission notable est celle du parti espagnol Se Acabó La Fiesta (SALF), le parti autoproclamé « anti-establishment » dirigé par l’influenceur des médias sociaux Luis « Alvise » Pérez. Malgré les précédents rapports des médias, SALF n’a pas rejoint le groupe d’extrême droite.

Laisser un commentaire

11 − 11 =