AfD parliamentary group leader Alice Weidel, left, and AfD federal chairman and AfD parliamentary group leader Tino Chrupalla give a press statement

Jean Delaunay

L’AfD classée comme organisation « extrémiste présumée » après sa défaite devant le tribunal

Cette décision constitue un coup dur pour le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) à l’approche des élections régionales et européennes.

Le parti populiste de droite Alternative pour l’Allemagne a perdu un procès dans lequel il faisait appel de sa qualification de parti présumé d’extrême droite.

L’Office pour la protection de la Constitution (BfV) considère depuis 2021 l’AfD comme une organisation présumée d’extrême droite.

Dans certains Länder de l’Est de l’Allemagne, il a même été classé comme un extrémiste « résolument » de droite.

Au niveau fédéral, le parti a fait appel contre sa qualification d’organisation d’extrême droite.

En 2022, le tribunal administratif de Cologne s’est prononcé en faveur du BfV, trouvant suffisamment de preuves de tendances anticonstitutionnelles au sein de l’AfD. Ce jugement a été confirmé par un tribunal de Münster.

Le tribunal a estimé qu’il existait une base juridique suffisante pour la désignation, tout en soulignant que cette démarche ne conduisait pas inévitablement à désigner le parti comme un cas avéré d’extrémisme de droite.

L’AfD est aux prises avec de multiples scandales, notamment un procès contre son membre Bjorn Hoecke pour avoir délibérément utilisé un slogan nazi lors d’un rassemblement, et des accusations de liens avec la Chine après qu’un de ses membres, Maximillian Krah, ait fait arrêter son assistant soupçonné d’espionnage pour le compte de la Chine.

Laisser un commentaire

4 × 4 =