L'actrice britannique Julia Ormond poursuit Harvey Weinstein pour agression sexuelle et coups et blessures.

Jean Delaunay

L’actrice britannique Julia Ormond poursuit Harvey Weinstein pour agression sexuelle et coups et blessures.

Dans une plainte déposée mercredi, Julia Ormond affirme qu’Harvey Weinstein l’a agressée sexuellement et saboté sa carrière, accusant Disney de détourner le regard.

L’actrice anglaise Julia Ormond, un visage familier du grand écran dans les années 1990 qui a joué dans des films avec Brad Pitt et Harrison Ford, est la dernière d’une longue lignée de femmes à accuser le producteur hollywoodien en disgrâce Harvey Weinstein d’agression sexuelle.

Ormond a déposé une plainte devant la Cour suprême de New York mercredi 4 octobre, accusant Weinstein de l’avoir agressée sexuellement en 1995 et d’avoir ensuite entravé sa carrière. Elle a également accusé The Walt Disney Co., Miramax et ses anciens agents de savoir que Weinstein était un problème, mais de ne rien faire pour la protéger.

Weinstein a été poursuivi en justice par des dizaines de femmes depuis qu’une série d’articles parus en 2017 dans le New Yorker et le New York Times ont révélé un vaste réseau d’abus et de mauvaise conduite présumés à Hollywood. Mais ses partenaires commerciaux ont rarement été cités comme coaccusés pour avoir permis son comportement.

Dans son procès, Ormond dit qu’elle a rencontré Weinstein en 1994, alors que sa carrière décollait, et qu’elle est restée en contact avec lui pour discuter de scénarios et de projets. En 1995, elle a conclu un accord de production avec Miramax, dont il était coprésident.

Ormond accuse Weinstein d’avoir commis des violences sexuelles contre elle en décembre 1995 après une réunion d’affaires, affirmant qu’il « s’était déshabillé et l’avait forcée à lui faire une fellation ».

Elle dit qu’il a ensuite exercé des représailles contre elle et saboté sa carrière après l’avoir confronté des semaines plus tard.

L’avocat de Weinstein, Imran Ansari, a déclaré à l’Associated Press que son client « nie catégoriquement les allégations portées contre lui par Julia Ormond et est prêt à se défendre avec véhémence ».

« Trop important, trop puissant »

Ormond dit qu’elle a parlé de son agression à ses agents américains à l’époque, mais qu’elle n’a reçu aucun soutien et qu’on lui a conseillé de ne pas engager de poursuites judiciaires ou d’autres mesures. Elle accuse la Creative Artists Agency (CAA), Disney et Miramax de savoir que Weinstein représentait un danger pour les femmes, mais de ne rien faire pour l’arrêter.

Selon le dossier, « aucune de ces sociétés de premier plan n’a averti Ormond que Weinstein avait l’habitude d’agresser les femmes parce qu’il était trop important, trop puissant et qu’il leur faisait trop d’argent ».

« Pire encore, peu de temps après l’agression de Weinstein contre Ormond et son rapport sur l’agression, la CAA a perdu tout intérêt à la représenter, et sa carrière en a dramatiquement souffert », ajoute le procès.

La CAA a répondu dans un communiqué que l’agence « prend au sérieux toutes les allégations d’agression et d’abus sexuels et a de la compassion pour Mme Ormond ».

Le communiqué indique que l’agence a embauché des avocats pour enquêter sur ses allégations lorsqu’elle est venue les voir pour la première fois en mars, et qu’ils n’ont trouvé que « des preuves d’une relation dynamique et engagée entre la CAA et Mme Ormond, et des efforts constants de l’agence pour soutenir sa carrière ».

« MS. Les réclamations d’Ormond contre la CAA sont sans fondement, et l’agence les réfutera vigoureusement devant les tribunaux », indique le communiqué.

Un besoin de changement systémique

Weinstein est actuellement en prison à New York, où il purge une peine de 23 ans pour deux condamnations pour viol. Il a fait appel des deux condamnations.

Plus de 100 femmes ont porté plainte pour viol et mauvaise conduite contre le producteur en disgrâce de 71 ans, remontant à la fin des années 1970.

C’est la première fois qu’Ormond accuse publiquement Weinstein d’agression sexuelle. Elle dit qu’elle a pris cette décision parce qu’elle veut rendre Hollywood plus sûr.

« Je raconte mon histoire maintenant publiquement parce que j’ai l’impression que nous avons encore besoin d’un changement systémique, et j’estime que nous avons besoin de responsabilisation de la part des facilitateurs, afin d’y arriver », a-t-elle déclaré à Variety. « Je sens que c’est ce qui m’est arrivé. »

Ormond a intenté une action en justice en vertu de l’Adult Survivors Act, une loi adoptée l’année dernière dans l’État américain de New York qui ouvre un délai d’un an autorisant les victimes d’agression sexuelle à déposer une plainte après le délai de prescription normal de l’État.

Ses films incluent « Legends of the Fall » avec Pitt, « Sabrina » avec Ford et « First Knight » avec Sean Connery et Richard Gere.

Laisser un commentaire

huit + cinq =