Actor Kevin Spacey walks outside Southwark Crown Court in London, Wednesday, July 26, 2023.

Jean Delaunay

L’acteur américain Kevin Spacey ne paiera qu’un million de dollars dans le cadre du règlement « House of Cards »

L’acteur a été exclu de la dernière saison de la série à succès en 2017 en raison d’accusations de harcèlement sexuel. La société de production derrière « House of Cards » a désormais besoin de son aide.

Kevin Spacey faisait face à une amende de 36 millions de dollars (33 millions d’euros) de la part de la société de production qui a produit la série à succès Netflix « House of Cards ».

L’acteur américain avait été accusé d’inconduite sexuelle présumée par des membres masculins du personnel sur le tournage et avait été abandonné par la société MRC pour la dernière saison de la série à succès en 2017.

Un juge a ensuite estimé que les accusations étaient crédibles, ordonnant à Spacey de rembourser 31 millions de dollars (28,7 millions d’euros) que le MRC avait perdu en retravaillant la saison, plus les intérêts.

Mais la société de production est maintenant parvenue à un accord avec Spacey pour annuler 35 millions de dollars (32,5 millions d’euros) de dette qu’il doit en échange de quelque chose de plus précieux : l’aide de Spacey pour poursuivre leur compagnie d’assurance.

Selon les rapports de Variety et Puck, Spacey a accepté de payer l’amende d’un million de dollars (928 000 €) en versements annuels représentant 10 % de son revenu imposé. Il a également accepté de coopérer avec MRC dans son procès contre ses assureurs, Fireman’s Fund et Lloyd’s de Londres.

Les sociétés de production paieront régulièrement une assurance casting pour se protéger au cas où un acteur clé deviendrait trop malade pour jouer.

Dans son dossier d’assurance initial en 2022, MRC a fait valoir que Spacey était considéré comme malade en vertu du contrat d’assurance parce qu’il s’était inscrit dans un établissement pour toxicomanes sexuels à la suite de la mauvaise conduite présumée.

L’affaire des assurances a été rejetée à deux reprises par un juge américain, et définitivement rejetée lorsqu’il s’agissait du Lloyd’s de Londres. Cependant, en novembre, la MRC a eu une dernière chance de modifier son procès contre Fireman’s Fund.

MRC devait préciser la maladie de Spacey, a déclaré le juge, et détailler pourquoi cela l’empêchait de se produire. Pour ce faire, la société de production aurait besoin d’accéder au dossier médical de Spacey ainsi que de sa coopération dans cette affaire.

Selon Variety et Puck, les deux parties sont parvenues à un accord le 16 décembre, deux semaines avant la date limite pour déposer la plainte d’assurance modifiée.

En échange d’une amende considérablement réduite, Spacey a accepté de témoigner dans cette affaire, d’être examiné par des médecins de chaque côté et de fournir son dossier médical dans un délai de 10 jours.

Le nouveau procès du MRC allègue que Spacey était traité pour anxiété et dépression, ce qui l’empêchait de travailler.

Les avocats de Fireman ont répondu par une requête visant à rejeter la plainte modifiée, affirmant que la société de production allait au bout de ses nouvelles affirmations et qu’elles « frôlent l’absurde ».

Ils ont qualifié cela de « pivot à 180 degrés » par rapport à l’arbitrage du MRC contre Spacey, qui déclarait que l’entreprise avait licencié Spacey pour violation de sa politique en matière de harcèlement sexuel, et non pour maladie.

« Après des années à essayer de présenter une affirmation théoriquement viable, il semble qu’ils aient complètement perdu de vue ce qui s’est réellement passé et leur obligation de plaider la vérité », a écrit l’équipe de Fireman dans la requête, selon Variety.

Laisser un commentaire

4 × deux =