Actor Gerard Depardieu poses for photographers during a photo call for the film

Jean Delaunay

L’accusation d’agression sexuelle contre Gérard Depardieu abandonnée en raison du délai de prescription

La plainte pour agression sexuelle déposée par l’actrice Hélène Darras a été rejetée par un tribunal français. Depardieu se bat toujours contre une autre accusation de viol et contre des dizaines d’accusations d’agression.

Un tribunal français a rejeté une plainte pour agression sexuelle contre l’acteur en difficulté Gérard Depardieu, déclarant que le délai de prescription était expiré.

Les accusations ont été déposées par l’actrice Hélène Darras en septembre dernier et sont liées à un incident qui aurait eu lieu en 2007, lorsque Darras et Depardieu tournaient le film. Disco. Darras avait 26 ans à l’époque et était figurant dans le film.

L’actrice a évoqué publiquement l’affaire pour la première fois dans une émission de télévision française en décembre, affirmant que Depardieu la regardait comme un « morceau de viande ».

« Je portais une robe moulante, il m’a attrapée par la taille et m’a tirée vers lui, puis il a passé sa main sur mes hanches et mes fesses », a-t-elle déclaré aux journalistes.

Darras a déclaré qu’elle n’avait pas pris la parole plus tôt parce qu’elle craignait d’être mise sur la liste noire de l’industrie cinématographique française.

Le porte-parole du procureur de Paris a déclaré Variété que Darras « avait décidé de porter plainte distincte après avoir été auditionné comme témoin lors de l’enquête en cours issue du procès de Charlotte Arnould » en 2018.

Depardieu a clamé son innocence par l’intermédiaire de ses avocats mais n’a jamais parlé publiquement de la plainte de Darras.

Vague d’accusations contre Depardieu

Darras est l’une des 13 femmes qui ont accusé Depardieu d’inconduite sexuelle dans un article publié par un site d’information d’investigation Médiapart avril dernier. Deux autres femmes se sont manifestées dans un rapport distinct de France Inter en juillet.

Depardieu est toujours impliqué dans une affaire de viol en cours, pour laquelle il a été mis en examen pour la première fois en 2020. L’affaire tourne autour d’une plainte déposée par l’actrice française Charlotte Arnould, qui accuse Depardieu de l’avoir violée à deux reprises en 2018.

Depardieu a rejeté les accusations d’Arnould dans une lettre ouverte incendiaire publiée par un journal français de droite Le Figaro en octobre, écrivant : « Il n’y a jamais eu de coercition, de violence ou de protestation. (…) Jamais, et je dis bien jamais, je n’ai abusé d’une femme.»

L’indignation contre Depardieu s’est accrue après la diffusion d’un documentaire en décembre le montrant faisant à plusieurs reprises des remarques obscènes et des gestes obscènes envers les femmes lors d’un voyage en Corée du Nord en 2018.

Dans cette vidéo, on le voyait émettre des gémissements et des commentaires sexuels devant des femmes, dont une fillette de 10 ans. On peut également le voir posant pour une photo en disant qu’il « touchait les fesses » d’un interprète nord-coréen à ses côtés.

Bilan ou chasse à l’homme ?

La vague d’accusations et de plaintes contre Depardieu a divisé l’industrie insulaire du divertissement en France – certains y voient un jugement attendu depuis longtemps tandis que d’autres dénoncent une chasse aux sorcières contre l’un des artistes les plus célèbres du pays.

Plus de cinquante célébrités ont exprimé leur soutien à Depardieu à la fin de l’année dernière dans une lettre publiée dans Le Figarodont le réalisateur Bertrand Blier, les comédiens Charlotte Rampling, Nathalie Baye, Carole Bouquet, Jacques Weber, Pierre Richard et Gérard Darmon, ainsi que les chanteurs Carla Bruni et Jacques Dutronc.

Ils ont affirmé que « quand Depardieu est ainsi attaqué, c’est l’art qui est attaqué ».

En réponse, 150 célébrités ont signé une lettre dans un journal de gauche Libération, affirmant que le statut de Depardieu dans l’industrie n’excuse pas son comportement. Le texte a été signé par les réalisateurs Monia Chokri et Thomas Jolly, les comédiens Anne Roumanoff et Guillaume Meurice, les actrices Murielle Robin, Marilou Berry et Alexandra Lamy, et les chanteuses Pomme et Imany, entre autres.

« L’art ne doit jamais nous amener à détourner notre regard de la souffrance des victimes, qu’elles soient célèbres ou anonymes, et le talent ne justifie pas la transgression des limites et l’atteinte à l’intégrité d’autrui ».

Depardieu a également trouvé un partisan en la personne du président français Emmanuel Macron, qui a déclaré que Depardieu était devenu la cible d’une « chasse à l’homme ».

« Il a fait connaître la France, nos grands auteurs, nos grands personnages (…) il fait la fierté de la France », a déclaré Macron dans un entretien télévisé à France 5.

Laisser un commentaire

17 + vingt =