The Platform Workers Directive (PWD) aims to improve the conditions of those who service apps like Uber, Deliveroo and Glovo.

Jean Delaunay

L’accord européen sur les travailleurs des plateformes s’effondre, laissant la loi dans les limbes

Un groupe d’États membres a uni ses forces vendredi pour bloquer une loi visant à améliorer les conditions des travailleurs des plateformes dans toute l’Union européenne, poussant la législation au bord des limbes.

La coalition était suffisamment nombreuse pour agir comme une minorité de blocage et faire dérailler l’accord politique conclu la semaine dernière entre le Conseil et le Parlement européen.

L’Allemagne, l’État le plus puissant du bloc et hôte de Delivery Hero et Free Now, a choisi de s’abstenir, compliquant encore davantage le calcul pour obtenir le niveau de soutien requis.

L’accord était considéré comme la dernière chance pour que la loi franchisse la ligne d’arrivée au cours de cette session législative en raison de la date limite imposée par les prochaines élections européennes.

La débâcle de vendredi a eu un fort sentiment de déjà-vu puisqu’un scénario presque identique s’était produit fin décembre lorsque l’accord initial entre le Conseil et le Parlement avait déraillé par un groupe plus important que prévu comprenant la France, la République tchèque, l’Irlande, la Grèce et la Finlande. , la Suède et les trois États baltes, tous gouvernés par des partis de droite ou libéraux.

Même si certains pays, comme la République tchèque et l’Irlande, ont fini par passer du côté positif, le constat parmi les ambassadeurs a été le même : le compromis négocié par les institutions est, une fois de plus, en lambeaux.

La Belgique, qui assure actuellement la présidence du Conseil, a annoncé la nouvelle dans un court article sur réseaux sociaux.

« Nous pensons que cette directive, qui vise à constituer une avancée importante pour cette main-d’œuvre, a parcouru un long chemin », a déclaré la présidence. « Nous allons maintenant réfléchir aux prochaines étapes. »

Présentée pour la première fois en 2021, la directive sur les travailleurs de plateforme (PWD) vise à améliorer les conditions de travail de ceux qui desservent des applications populaires telles que Uber, Deliveroo et Glovo et sont souvent traités comme des travailleurs indépendants bien qu’ils soient soumis à des règles similaires à celles des employés ordinaires. Les tensions entre les plateformes et les travailleurs ont déclenché de nombreuses plaintes et procès au niveau national, incitant la Commission européenne à proposer un système durable pour les 27 États membres.

La pièce maîtresse de la directive est un nouveau système de présomption légale qui réajusterait le statut des travailleurs de plateforme s’ils répondent à un certain nombre de critères, ou d’indicateurs, dans leurs activités quotidiennes, comme se voir interdire de desservir une application concurrente ou être obligé de suivre des normes en matière d’apparence, de conduite et de performance.

Bruxelles estime qu’environ 5,5 millions des 28 millions de travailleurs des plateformes actuellement actifs dans l’Union européenne sont mal classés et relèveraient donc de la présomption légale. Cela leur donnerait droit à des droits tels que le salaire minimum, la négociation collective, les limites de temps de travail, l’assurance maladie, les congés de maladie, les allocations de chômage et les pensions de retraite – au même titre que n’importe quel autre travailleur régulier.

Une loi qui divise

Depuis la présentation de la directive, la présomption légale a fait l’objet d’un examen minutieux, non seulement de la part des plateformes elles-mêmes, qui craignent une explosion des coûts pour s’adapter au statut actualisé, mais aussi de la part de certains gouvernements, soucieux d’alourdir la charge administrative et de ralentir ce qu’on appelle Économie des concerts.

Les États membres ont passé des mois à essayer de faire converger leurs points de vue divergents jusqu’à ce qu’ils se mettent d’accord sur un mandat commun en juin de l’année dernière, qui ajoutait une disposition accordant aux autorités nationales le « pouvoir discrétionnaire de ne pas appliquer la présomption » dans certains cas.

Le Parlement, en revanche, a opté pour une position maximaliste et favorable aux travailleurs, qui rendait plus difficile pour les plateformes de contourner la présomption légale, renforçait les exigences de transparence sur les algorithmes et augmentait les sanctions en cas de non-conformité.

Le profond fossé entre les deux institutions a enlisé les négociations. Il a fallu six cycles de négociations, un nombre particulièrement élevé, pour parvenir à un accord à la mi-décembre.

Le système de présomption légale d'emploi de la directive s'est révélé source de division depuis le début des négociations.
Le système de présomption légale d’emploi de la directive s’est révélé source de division depuis le début des négociations.

Mais alors que les législateurs applaudissaient à cette avancée décisive, une rébellion a éclaté au sein du Conseil.

Une solide coalition de pays, dont la France, la République tchèque, l’Irlande, la Grèce, la Finlande, la Suède et les trois États baltes, a clairement fait savoir qu’elle ne pouvait pas soutenir le nouveau texte amendé, car elle pensait que l’Espagne, alors titulaire de la présidence tournante du Conseil. , s’était trop éloigné du mandat de juin. L’Allemagne a gardé le silence, une position interprétée comme un prélude à une abstention.

L’opposition de dernière minute a semé le chaos dans tout le processus et a soulevé de sérieux doutes quant à la survie ou à l’effondrement de la loi.

La présidence belge s’est efforcée de sauver la directive avant qu’il ne soit trop tard et a rédigé un nouveau compromis pour rallier les 27. Ce nouveau texte a été utilisé lors des négociations de janvier, qui ont échoué car le Parlement et le Conseil étaient encore trop éloignés.

Le mandat a été de nouveau révisé mais s’est heurté à une résistance renouvelée. La Belgique a néanmoins réussi à obtenir le feu vert pour un nouveau cycle de négociations, auquel a participé la semaine dernière Pierre-Yves Dermagne, le ministre belge de l’économie et de l’emploi.

Cette fois, cependant, les négociateurs ont réussi et ont conclu un accord remanié, qui interdirait aux plateformes de licencier des travailleurs sur la base de décisions automatisées.

Cet accord a été mis sur la table des ambassadeurs vendredi après-midi pour un suivi politique. Celui-ci a ensuite été rejeté et jeté à la poubelle.

A la veille d’un vote à enjeux élevés, le groupe des Socialistes et Démocrates (S&D) au Parlement européen distingué trois dirigeants constituent les principaux obstacles : le Français Emmanuel Macron, le Grec Kyriakos Mitsotakis et l’Estonienne Kaja Kallas. Une commission parlementaire a conclu l’année dernière que le président Macron avait contribué à l’implantation d’Uber en France grâce à une relation « privilégiée » avec la plateforme en ligne.

Laisser un commentaire

20 + 18 =