L'accord controversé entre l'UE et la Tunisie est enfin arrivé.  Mais qu'y a-t-il exactement dedans ?

Jean Delaunay

L’accord controversé entre l’UE et la Tunisie est enfin arrivé. Mais qu’y a-t-il exactement dedans ?

Après des semaines d’intenses négociations, l’Union européenne et la Tunisie ont finalement signé un protocole d’accord couvrant des sujets allant de la migration à la coopération économique.

L’accord a été dévoilé dimanche après une rencontre à Tunis entre le président tunisien Kais Saied et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, qui a été rejointe par le Premier ministre italien Giorgia Meloni et le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

« En période d’incertitudes géopolitiques, il est important d’approfondir la coopération avec nos partenaires stratégiques », a déclaré von der Leyen, sans répondre aux questions de la presse.

La présentation officielle du mémorandum avait été précédée d’une vague de spéculations et de reportages dans les médias sur le montant de l’argent des contribuables que l’Union européenne, fervent défenseur des droits de l’homme, serait prête à verser à la Tunisie, dont le gouvernement a été accusé à plusieurs reprises – y compris par le Parlement européen– de réprimer la liberté d’expression, l’indépendance de la justice et la société civile.

Le président Saied, en particulier, a été critiqué pour avoir ramené le pays dans l’autoritarisme et répandu des revendications racistes contre les migrants africains en utilisant des points de discussion qui font écho au grand remplacement, la théorie du complot d’extrême droite (et sans fondement) qui proclame que les élites remplacent activement les populations autochtones. avec des noirs.

Said a attiré une sévère réprimande des Nations unies après avoir allégué en février que des « hordes de migrants illégaux » en provenance des pays subsahariens faisaient partie d’un « plan criminel visant à modifier la composition du paysage démographique de la Tunisie » et étaient à l’origine « de violences, de crimes inacceptables et pratiques. »

Mais dimanche, von der Leyen, Rutte et Meloni ont passé sous silence la controverse et, suivant la devise « la fin justifie les moyens », ont adopté une approche pragmatique pour s’attaquer à l’un des dilemmes les plus urgents de l’UE : la migration.

Voici tout ce que nous savons jusqu’à présent.

Qu’y a-t-il dans le mémorandum ?

Sur papierle protocole d’accord est une déclaration d’intentions politiques faite conjointement par l’Union européenne et la Tunisie pour améliorer leurs relations bilatérales et relever les défis communs de manière « stratégique et globale ».

Le texte n’est pas contraignant et ne crée aucune obligation en soi. Cependant, il présente une série de plans d’action qui seront progressivement étoffés, transformés en instruments juridiques et approuvés par les États membres avant d’être mis en œuvre.

Les plans sont divisés en cinq piliers thématiques : la stabilité macroéconomique, l’économie et le commerce, la transition verte, les contacts entre les peuples et la migration.

Chaque catégorie comprend différents projets d’investissement et de coopération, dont beaucoup impliqueront le décaissement direct de fonds provenant du budget commun de l’UE.

Combien d’argent est prévu?

Le mémorandum est vague sur les chiffres financiers, qui pourraient changer en fonction des développements sur le terrain, mais certains chiffres préliminaires ont déjà émergé.

L’un d’eux est de 150 millions d’eurosle montant d’argent que l’UE a l’intention de fournir comme soutien budgétaire au gouvernement tunisien, qui a eu du mal ces dernières années à maîtriser ses finances publiques.

Le pays est considéré comme au bord de la faillite en raison des ravages dévastateurs causés par la pandémie de COVID-19, de la hausse de l’inflation, de la hausse mondiale des prix des matières premières, du chômage élevé et de l’exode des investissements étrangers causé par le recul démocratique continu.

Bruxelles craint que l’économie en chute libre ne s’effondre bientôt et n’aggrave encore l’instabilité interne de la Tunisie, poussant les gens hors du pays et vers les frontières extérieures du bloc.

L’enveloppe de 150 millions d’euros vise à éviter ce scénario du pire et à garantir que le gouvernement tunisien dispose de suffisamment de liquidités pour assurer la fourniture des services de base et jeter les bases des réformes économiques.

En outre, le mémorandum prévoit 307,6 millions d’euros pour le développement d’ELMED, une ligne de transmission entre la Tunisie et l’Italie pour échanger de l’électricité renouvelable à bas coût, et jusqu’à 150 millions d’euros pour la construction de Medusa, un câble sous-marin qui utilisera la technologie de la fibre optique pour relier 11 pays méditerranéens.

Ces projets combineront des subventions du budget de l’UE et des prêts accordés par la Banque européenne d’investissement (BEI), ce qui signifie que certaines sommes devront être remboursées.

Qu’en est-il des migrations ?

C’est certainement le nœud du problème.

La Tunisie, avec la Libye, est considérée comme l’une des principales portes d’entrée pour les demandeurs d’asile qui souhaitent atteindre les côtes européennes. Certains de ces migrants sont des ressortissants tunisiens qui fuient les politiques répressives du pays, mais d’autres viennent de pays lointains comme l’Égypte, la Côte d’Ivoire, la Syrie, l’Afghanistan, le Pakistan et le Bangladesh.

En raison de sa proximité géographique, l’Italie représente, dans la grande majorité des cas, le premier point de destination pour les milliers de migrants qui chaque mois tentent de traverser la dangereuse route de la Méditerranée, souvent après avoir payé une somme exorbitante pour embarquer sur un bateau surpeuplé avec des conditions sordides.

Selon Frontexl’année dernière a vu plus de 102 000 passages frontaliers illégaux à travers la Méditerranée centrale, soit une augmentation de 51 % par rapport à 2021. L’Italie a du mal à faire face à cette augmentation des arrivées et a déclaré l’état d’urgence pour déployer des ressources supplémentaires.

C’est pourquoi la migration est un pilier essentiel du mémorandum, avec une dotation initiale de 105 millions d’euros pour lutter contre les opérations de lutte contre la contrebande, renforcer la gestion des frontières et accélérer le retour des demandeurs d’asile dont les demandes sont refusées.

L’argent sera fourni aux autorités tunisiennes sous forme de bateaux de recherche et de sauvetage, de jeeps, de radars, de drones et d’autres types d’équipements de patrouille, ainsi qu’aux organisations internationales qui travaillent sur le terrain, telles que l’Organisation internationale pour les migrations ( OIM) et l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Mais le décaissement des fonds ne sera lié à aucun objectif numérique de réadmissions annuelles ou de réduction des arrivées ; et il n’y aura pas de dispositions supplémentaires en matière de droits de l’homme en plus des clauses traditionnelles que l’UE attache à ses programmes d’aide étrangère, malgré des preuves de plus en plus nombreuses de refoulements et de traitements violents contre les migrants noirs.

« Nous ne transférons pas d’argent aux autorités pour qu’elles fassent ce qu’elles veulent », a déclaré un haut responsable de l’UE, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat pour défendre les aspects les plus sensibles du mémorandum. « Ce n’est pas du tout un chèque en blanc. »

Le haut responsable a insisté sur le fait que la Tunisie ne devrait accepter le retour que de ses propres ressortissants – pas des milliers de demandeurs d’asile qui traversent le pays pour tenter d’atteindre le bloc, ce qui se fera sur une base volontaire avec l’OIM et Appui du HCR. De même, la Tunisie ne sera pas invitée à accueillir sur son territoire d’autres nationalités qui se sont vu refuser la possibilité de se réfugier dans le bloc.

« La Tunisie n’est pas prévue pour être un point de rassemblement pour les migrants irréguliers », a déclaré le responsable, rappelant une déclaration similaire faite précédemment par le gouvernement tunisien.

En parallèle, l’UE s’efforcera de faciliter le déplacement des Tunisiens hautement qualifiés vers le bloc pour travailler par le biais de voies légales et de soi-disant « partenariats de talents ». L’Allemagne, la France et la Belgique ont déjà proposé 300 postes dans le cadre de cette initiative, a déclaré le responsable, avec un objectif d’atteindre 700 d’ici la fin de l’année.

Pourrait-il y avoir plus d’argent dans le pipeline?

Oui, il pourrait y en avoir, mais tout dépend du Fonds monétaire international (FMI).

En complément des plus de 700 millions d’euros déjà prévus, Bruxelles est disposée à mettre sur la table une enveloppe substantielle d’assistance macrofinancière pour renforcer la fragile économie tunisienne et empêcher la situation de dégénérer.

Ursula von der Leyen a déclaré le mois dernier que le bloc était prêt à fournir « jusqu’à 900 millions d’euros» à cet égard mais lorsqu’elle s’est exprimée dimanche, elle a évité les chiffres précis.

« Nous restons prêts à soutenir la Tunisie en mobilisant une assistance macro-financière dès que les conditions nécessaires seront remplies », a déclaré von der Leyen.

Les conditions font référence aux pourparlers en cours entre Tunis et le FMI autour d’un accord de prêt de 48 mois d’une valeur de 1,9 milliard de dollars, soit 1,69 milliard d’euros. L’accordtel que proposé par le FMI en octobre, introduit des réformes importantes, notamment sur les PME, la fiscalité, les subventions de l’État, la transparence, la gouvernance et le changement climatique, en échange de l’argent.

Les conditions ont été plus tardives dénoncés par le président Saied comme « des diktats étrangers qui conduiront à plus de pauvreté », plongeant le prêt dans les limbes bureaucratiques. Bruxelles qui, comme Romeplaçait de grands espoirs dans le processus du FMI, estime que la signature du mémorandum insufflera l’élan qui manque pour conclure les négociations.

Ce n’est que lorsque le prêt sera mis en place et prêt à démarrer que l’UE avancera avec sa propre assistance macrofinancière. La dernière fois que le bloc a proposé un programme de ce genre à la Tunisie remonte à mai 2020, lorsque le Parlement européen et le Conseil ont approuvé une enveloppe de 600 millions d’euros dans le cadre de la pandémie de coronavirus.

Laisser un commentaire

2 × 2 =